Un par­king payant juste pour les han­di­ca­pés

Les deux places de sta­tion­ne­ment ré­ser­vées aux han­di­ca­pées d’une ré­si­dence HLM de Gar­gen­ville sont payantes, en ac­cès res­treint. Les autres places en sur­face sont gra­tuites et libres d’ac­cès. Deux lo­ca­taires in­va­lides sont scan­da­li­sés.

Le Courrier de Mantes - - La Une - Re­naud Vi­la­fran­ca

De­vant la ré­si­dence Jean-Ra­ty, des di­zaines de places de sta­tion­ne­ment sont en ac­cès libres de­puis la rue. Seuls deux d’entre elles, ré­ser­vées aux per­sonnes in­va­lides, sont fer­mées cha­cune par un ar­ceau ra­bat­table ver­rouillé… Pour en ob­te­nir la clé, il faut ré­gler 17 eu­ros par mois au bailleur de ce com­plexe HLM, pro­prié­taire du par­king.

Pour Mi­chel Le­moine, lo­ca­taire de­puis 2012 et lour­de­ment han­di­ca­pé, la pi­lule ne passe pas : « Jus­qu’à dé­but 2015, le sta­tion­ne­ment était gra­tuit sur ces places. Un beau jour, le bailleur a dé­ci­dé d’ins­tal­ler une bar­rière et d’exi­ger un

loyer. J’ai re­fu­sé », peste ce re­trai­té à la dé­marche ban­cale, ap­puyé sur sa bé­quille. Quand bien même comp­te­rait-il payer, se­lon lui le dis­po­si­tif mis en place est « très contrai­gnant » à dé­ver­rouiller pour une per­sonne à mo­bi­li­té ré­duite.

Trente-trois marches à gra­vir

Il loue dé­jà une place en sous-sol. Mais le bâ­ti­ment n’est pas équi­pé d’as­cen­seur. Alors Mi­chel, qui a con­tac­té plu­sieurs fois son bailleur pour ob­te­nir la gra­tui­té en sur­face, compte les marches sé­pa­rant le par­king sou­ter­rain de son lo­ge­ment, si­tué au pre­mier étage. « Il y en a trente-trois en tout, souffle-til.

Vous ima­gi­nez, dans mon état, avec des sacs et des packs d’eau ? » « Je l’en­tends sou­vent râ­ler dans l’es­ca­lier », té­moigne Khei­ra Ben­zer­ga, sa voi­sine, ti­tu­laire aus­si d’une carte d’in­va­li­di­té

et es­to­ma­quée par la si­tua­tion. « C’est tom­bé du jour au len­de­main. On n’a pas été pré­ve­nus », pré­cise-t-elle. Jus­qu’au prin­temps der­nier, cette tren­te­naire payait la lo­ca­tion. Puis un jour, elle en a eu marre. Con­sé­quence : ces places de­meurent in­oc­cu­pées de­puis.

Le comble, pour eux, c’est l’ex­ten­sion ré­cente du par­king de la ré­si­dence et la créa­tion d’une autre place pour les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite (PMR), en libre ac­cès, mais loin de l’en­trée des bâ­ti­ments. « C’est à 160 mètres en­vi­ron, j’ai beau­coup de mal à me dé­pla­cer moi », ar­gu­mente le re­trai­té. Ils viennent d’écrire au maire, au pré­fet et même à la se­cré­taire d’État en charge du han­di­cap pour faire en­tendre leur voix.

Mi­chel voit même une forme d’achar­ne­ment à leur égard de la part du bailleur France ha­bi­ta­tion. Il a ten­té de ru­ser, en se ga­rant entre les deux bar­rières,

« De la dis­cri­mi­na­tion » se­lon un res­pon­sable as­so­cia­tif

en l’ab­sence du vé­hi­cule de sa voi­sine. « C’était juste le temps de dé­char­ger ma voi­ture. » Mais le bailleur a fi­na­le­ment ins­tal­lé un plot, an­ni­hi­lant tout moyen de frau­der.

« C’est to­ta­le­ment illé­gal de mettre un ar­ceau à ou­ver­ture ma­nuelle sur une place PMR », s’in­digne Jean-Mi­chel Royère, pré­sident fon­da­teur de Mo­bi­li­té ré­duite, as­so­cia­tion qui réa­lise no­tam­ment des tes­tings d’ac­ces­si­bi­li­té dans les villes. « On ne peut pas pro­po­ser du payant aux han­di­ca­pés et du gra­tuit aux va­lides. Si­non ça s’ap­pelle de la dis­cri­mi­na­tion », ajoute ce spé­cia­liste. De son cô­té, France ha­bi­ta­tion as­sure que le sta­tion­ne­ment a tou­jours été payant à cet en­droit. « Elles sont à la lo­ca­tion, se­lon le même prin­cipe que les ap­par­te­ments. La place pour han­di­ca­pés créée ré­cem­ment est gra­tuite car elle se si­tue sur le par­king vi­si­teur », in­dique la­co­ni­que­ment le bailleur, qui ne semble pas vou­loir re­ve­nir sur sa dé­ci­sion.

Khei­ra et Mi­chel, ti­tu­laires de la carte de sta­tion­ne­ment pour han­di­ca­pé, ne di­gèrent pas la dé­ci­sion du bailleur : res­treindre l’ac­cès au par­king han­di­ca­pé et le rendre payant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.