Jo­seph Ba­kar :

La ma­ter­ni­té de Mantes-la-Jo­lie ouvre ses portes au pu­blic le samedi 7 oc­tobre pro­chain. Une vi­site ou­verte à tous ceux qui ont en­vie de sa­voir ce qu’il se passe der­rière les portes de cet en­droit où naissent les bé­bés.

Le Courrier de Mantes - - L’actu -

« Je pars du prin­cipe que l’in­con­nu fait peur. En ou­vrant les portes de notre ma­ter­ni­té au grand pu­blic, ce­la nous per­met de dé­sa­cra­li­ser l’en­droit, d’ex­pli­quer nos mé­thodes et d’évi­ter aux femmes d’avoir peur en­suite de ve­nir ac­cou­cher chez nous. »

Le doc­teur Jo­seph Ba­kar est le chef de la ma­ter­ni­té de l’hô­pi­tal de Mantes. Lui et son équipe sont à l’ori­gine des portes ou­vertes qui se dé­rou­le­ront le samedi 7 oc­tobre de 10 heures à 18 heures.

« Je ne suis pas un char­la­tan »

« Nous vou­lons par­ler de ce que l’on fait. De­puis un an, nous ré­flé­chis­sons à ce que peut être la ma­ter­ni­té de de­main. 80 % des gros­sesses et des ac­cou­che­ments se passent bien. Nous pou­vons alors tes­ter des choses plus na­tu­relles avec les ma­mans. En re­vanche, dans les 20 % des cas dif­fi­ciles, notre équipe est spé­cia­li­sée, pro­fes­sion­nelle et prête à in­ter­ve­nir »,

le doc­teur Ba­kar. ex­plique

Ain­si, à la ma­ter­ni­té de Mantes, la mé­de­cine na­tu­relle co­ha­bite par­fai­te­ment avec la

« Nous avons un énorme ar­se­nal thé­ra­peu­tique à notre dis­po­si­tion.

mé­de­cine mo­derne.

Pour­quoi ne pas l’uti­li­ser en pa­ral­lèle ? »,

« Je ne suis pas un char­la­tan. Mais je suis ca­pable de me rendre compte que les mé­di­ca­ments ont aus­si leurs li­mites et que par­fois, d’autres so­lu­tions peuvent par­fai­te­ment fonc­tion­ner. »

Jo­seph Ba­kar. as­sume

Ain­si, en toute confiance avec les fu­tures ma­mans, le doc­teur Ba­kar pro­pose des séances d’au­to-hyp­nose et de re­laxa­tion, pra­ti­quées par un mé­de­cin for­mé à ces pra­tiques. Un os­téo­pathe in­ter­vient éga­le­ment sur le bas­sin des femmes après l’ac­cou­che­ment, ou sur les nou­veau-nés ayant un peu souf­fert.

« Deux sages-femmes ont aus­si des for­ma­tions en acu­punc­ture, et une de nos aides-soi­gnantes est spé­cia­li­sée dans le mas­sage des bé­bés. »

Des mé­thodes pa­ral­lèles uti­li­sées en concer­ta­tion et en ac­cord avec les équipes de mé­de­cins.

« On ré­flé­chit, on dis­cute, on dé­cide, puis on es­saye. Nous avons conscience qu’un tel dis­cours peut être dé­li­cat dans un éta­blis­se­ment comme le nôtre »,

conçoit

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.