Les amis du CAC s’in­vitent au conseil mu­ni­ci­pal

Le conseil mu­ni­ci­pal qui s’est te­nu lun­di der­nier a été cha­hu­té par la fan­fare du CAC Georges-Bras­sens, ve­nue jouer sous les fe­nêtres de la mai­rie. Le maire a ré­af­fir­mé les rai­sons du non-re­nou­vel­le­ment de la conven­tion liant le CAC à la mai­rie.

Le Courrier de Mantes - - Mantes-la-jolie - Cé­line Evain

Lun­di der­nier, les amis du CAC Georges-Bras­sens se sont fait en­tendre. Du­rant toute la séance du conseil mu­ni­ci­pal, la fan­fare consti­tuée d’une par­tie des mu­si­ciens du centre cultu­rel a joué sous les fe­nêtres de la mai­rie. Ce concert, don­né à l’ex­té­rieur, contras­tait avec la pré­sence si­len­cieuse d’une di­zaine de sym­pa­thi­sants du CAC, qui ar­bo­rait bras­sards noirs en signe de deuil et mous­taches en hom­mage à Bras­sens.

Par cette ac­tion « mi­li­tante

et non vio­lente » les Amis du CAC sont ve­nus dire leur mé­con­ten­te­ment suite à la dé­ci­sion de la mai­rie de ne pas re­con­duire le conven­tion­ne­ment avec l’as­so­cia­tion et la sub­ven­tion de 330 000 € à par­tir du 1er jan­vier pro­chain (lire notre ar­ticle en page 7).

Il a fal­lu at­tendre la toute fin de la séance, en ré­ponse à une ques­tion orale po­sée par Marc Jam­met (PCF), pour que le maire Mi­chel Via­lay pro­nonce quelques

mots sur le su­jet. Une nou­velle

fois, il a rap­pe­lé que « le bâ­ti­ment ne fer­me­rait pas et qu’il conti­nue­rait à ac­cueillir les as­so­cia­tions comme jus­qu’à pré­sent ». D’un ton ferme, il a éga­le­ment ex­pli­qué que « le pro­jet pro­po­sé par le CAC Georges-Bras­sens n’était pas à la hau­teur des am­bi­tions de la ville, ni de la sub­ven­tion al­louée ». La mai­rie com­mu­ni­que­ra « en temps vou­lu » sur l’or­ga­ni­sa­tion qui pren­dra les rênes du fu­tur Es­pace Bras­sens.

Au fil du conseil Un nou­veau Luce à L’Hô­tel-Dieu

Alors que le mu­sée de l’Hô­telDieu est dé­sor­mais fer­mé pour tra­vaux, la ville ap­porte du­rant ce temps un soin par­ti­cu­lier au clas­se­ment, à la conser­va­tion et à la pré­ser­va­tion des col­lec­tions, riches de plus de 3 000 pièces.

Le mu­sée pro­pose - rap­pe­lons-le - la plus im­por­tante col­lec­tion du peintre Maxi­mi­lien-Luce. Une de ses des­cen­dantes vient de pro­po­ser au mu­sée deux nou­velles oeuvres res­tées dans la fa­mille de­puis la mort de l’ar­tiste. Elles portent toutes les deux sur le même thème, ex­trait de l’his­toire de la com­mune de Pa­ris. Il s’agit de l’Exé­cu­tion de l’Al­sa­cienne, une grande huile sur toile de 106 X 150 cm, ac­quise pour la somme de 15 000 eu­ros, et de son étude pré­pa­ra­toire, of­ferte. Cette oeuvre par­ti­cu­liè­re­ment abou­tie met en lu­mière un pan mé­con­nu de l’his­toire fran­çaise, mais éga­le­ment une vi­sion en­ga­gée de cet ar­tiste anar­chiste mi­li­tant. Ce nou­veau ta­bleau vien­dra com­plé­ter le par­cours per­ma­nent dé­dié à Maxi­mi­lien Luce qui ver­ra le jour à la rou­ver­ture du mu­sée au prin­temps pro­chain.

Dans le même temps, la veuve du sculp­teur Mom­ci­lo Mi­lo­va­no­vic va faire don d’une oeuvre de son dé­funt ma­ri à la ville. Cet ar­tiste mon­dia­le­ment cé­lèbre est bien connu pour avoir tra­vaillé à de nom­breuses re­prises sur l’es­pace pu­blic man­tais. Il a no­tam­ment réa­li­sé une sculp­ture pour la bi­blio­thèque Geor­gesDu­ha­mel en 1969, le buste de Ro­din pour l’école Au­guste-Ro­din, le groupe Jeux d’en­fants pour l’école ma­ter­nelle Les Ca­pu­cines ou en­core un Mé­mo­rial au ci­me­tière Gas­si­court. L’oeuvre of­ferte se­ra un to­tem en bois de cèdre de 217 cm de hau­teur et 39 cm de lar­geur. Re­qua­li­fi­ca­tion du square Brieus­sel

Un concours de maî­trise d’oeuvre as­sor­ti d’une en­ve­loppe pré­vi­sion­nelle de tra­vaux de 1,2 M d’€ vient d’être lan­cé par la mai­rie. Ob­jec­tif : la re­qua­li­fi­ca­tion du square Brieus­sel-Bour­geois, « ce square est un pou­mon vert pro­pice à la pro­me­nade, aux pauses dé­jeu­ner et aux évé­ne­ments fes­tifs et mu­si­caux. Mais il est vieillis­sant et il y a vrai­ment ma­tière à l’amé­lio­rer afin de l’ou­vrir davantage au centre com­mer­çant, et à l’ou­vrir aux cir­cu­la­tions douces », a confié le maire.

Une ac­tion mi­li­tante

En haut, les mu­si­ciens du CAC ont joué du­rant toute la du­rée de la séance du conseil mu­ni­ci­pal. À l’in­té­rieur, des sym­pa­thi­sants ont ma­ni­fes­té de ma­nière si­len­cieuse (en bas à gauche), sans trou­bler le dé­rou­lé de l’ordre du jour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.