36 mois de pri­son pour le ma­ri violent

Le Courrier de Mantes - - Faits Divers - Da. G.

Le 26 oc­tobre, Ab­del­ha­fid (37 ans) avait été con­dam­né à 18 mois de pri­son (dont 6 mois avec sur­sis) et in­car­cé­ré pour avoir frap­pé sa femme à coups de ma­traque un mois plus tôt. Ce jour-là, son épouse, avec qui il est en ins­tance de di­vorce après six ans de ma­riage, s’était ren­due à son do­mi­cile pour ré­cu­pé­rer leur fille. La vic­time avait été aler­tée par l’école que son en­fant ne s’était pas pré­sen­tée en classe, ce lun­di ma­tin-là. Son père en avait la garde le week-end pré­cé­dent. La mère de fa­mille avait été ac­cueillie par une pluie de coups, sous les yeux de sa pe­tite.

Ab­del­ha­fid a fait son re­tour dans le box des ac­cu­sés le 2 no­vembre. Il était cette fois pour­sui­vi pour des faits an­té­rieurs, des vio­lences ha­bi­tuelles sur son épouse com­mises de­puis 2014. Cette der­nière a dé­po­sé sa plainte fin mars der­nier. « On pour­ra re­gret­ter que cette pro­cé­dure n’ait pas été

jointe à la pré­cé­dente », a fait re­mar­quer le juge Ch­ris­tophe Mor­gan avant de don­ner lec­ture du dos­sier.

In­sul­tée, bri­mée, frap­pée et hu­mi­liée : tel a été l’en­fer vé­cu par Inès (*) ces trois der­nières

an­nées. « Le si­gnal, c’est quand il fer­mait les vo­lets, a ra­con­té la mère de fa­mille à la barre. Une fois, il m’a ren­ver­sé deux bas­sines d’eau gla­cée sur la tête. Il a aus­si pris tous mes vê­te­ments et les a pas­sés sous la douche. Et puis il y a eu les coups. » Ab­del­ha­fid, lui, es­time qu’il

n’y a ja­mais eu « de vé­ri­tables vio­lences (sic) ». « Quand je l’em­poi­gnais, c’était pour la cal­mer, parce qu’elle était en crise. Elle a été en dé­pres­sion. » « Il au­ra été son sau­veur et son bour­reau, a plai­dé

son avo­cat. Au­jourd’hui, il a tout per­du. Sa femme et sans doute le droit d’exer­cer son au­to­ri­té pa­ren­tale. Il est dé­jà en pri­son. Je pro­pose un sur­sis, avec mise à l’épreuve. »

Re­quête en­ten­due : l’ac­cu­sé a été fi­na­le­ment con­dam­né à 18 mois en­tiè­re­ment as­sor­tis du sur­sis. La du­rée de sa mise à l’épreuve a été fixée à 2 ans. Mais ça, ce se­ra seule­ment après avoir quit­té Bois-d’Ar­cy au terme de l’an­née ferme qu’il a à pur­ger pour les faits du 26 sep­tembre. (*) Le pré­nom a été mo­di­fié.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.