Le com­mis­sa­riat ac­cu­sé de vio­lences po­li­cières

Un jeune homme in­ter­pel­lé la se­maine der­nière à Mantes-la-Jo­lie ac­cuse les po­li­ciers de vio­lences et d’in­sultes ra­cistes. Il souffre aus­si de brû­lures, à cause d’un chauf­fage d’ap­point, pen­dant son trans­port au com­mis­sa­riat. L’IGPN a été sai­sie de l’en­quê

Le Courrier de Mantes - - La Une - Re­naud Vi­la­fran­ca

Après une in­ter­pel­la­tion le mar­di 7 no­vembre au Val Four­ré, un jeune homme de 27 ans a dé­po­sé plainte contre des po­li­ciers du com­mis­sa­riat de Mantes-laJo­lie. Il les ac­cuse de vio­lences et d’in­sultes ra­cistes. Le par­quet de Ver­sailles, qui a ou­vert une en­quête, dé­crit une ar­res­ta­tion mou­ve­men­tée.

Deux ver­sions ra­di­ca­le­ment dif­fé­rentes s’op­posent dans ce dos­sier. Celle des forces de l’ordre et celle d’un jeune homme de 27 ans, gra­ve­ment brû­lé aux mains dans un four­gon de po­lice. Il a dé­po­sé plainte contre X, ac­cu­sant les fonc­tion­naires de vio­lences et d’in­sultes à ca­rac­tère ra­ciste. En face, une pro­cé­dure a été ou­verte à son en­contre pour ou­trage, ré­bel­lion et dé­ten­tion de pro­duits stu­pé­fiants.

Les faits re­montent au mar­di 7 no­vembre. Vers 16 h 45, le jeune homme se trou­vait sur un par­king du Val Four­ré quand une pa­trouille est ve­nue ins­pec­ter des vé­hi­cules en sta­tion­ne­ment. « Il a don­né spon­ta­né­ment aux po­li­ciers la clé de la voi­ture d’un ami, pour ne pas qu’ils forcent la por­tière », in­dique son avo­cat maître Cal­vin Job. C’est en­suite que l’in­té­res­sé dé­clare avoir été conduit dans le four­gon, pour un contrôle d’iden­ti­té. « Il n’a op­po­sé au­cune ré­sis­tance », as­sure son conseil. À peine mon­té dans le vé­hi­cule, le jeune homme, pous­sé dans le dos, se se­rait re­trou­vé au sol. Là, il au­rait es­suyé des coups et au­rait été pla­qué contre un chauf­fage d’ap­point, oc­ca­sion­nant des brû­lures aux mains. « Il les im­plo­rait de le re­lâ­cher, il pleu­rait de dou­leur, ajoute Me Job. Les po­li­ciers l’ont trai­té de sale né­gro. Ils lui ont dit : Sale né­gro, tu vas

payer. Et ils l’ont main­te­nu contre le chauf­fage pen­dant les dix mi­nutes de tra­jet jus­qu’au com­mis­sa­riat. » En garde à vue, de­vant l’éten­due des bles­sures, les pom­piers sont ap­pe­lés. Le jeune homme est trans­por­té dans la fou­lée à l’hô­pi­tal de Mantes-la-Jo­lie où il pas­se­ra la nuit. Dans un même temps, sa garde à vue a été le­vée.

Dans les jours qui suivent, les dou­leurs per­sis­tant, il re­tourne plu­sieurs fois consul­ter avant d’être di­ri­gé vers l’hô­pi­tal SaintLouis (Pa­ris Xe), spé­cia­li­sé dans les grands brû­lés, pour y être opé­ré sa­me­di. « Des brû­lures au deuxième et troi­sième de­gré lui ont été diag­nos­ti­quées, ag­gra­vées par le dia­bète dont il souffre », in­dique

le par­quet de Ver­sailles, dans un com­mu­ni­qué. Une in­ca­pa­ci­té de deux jours lui a été dé­li­vrée. « Il

est en­core très cho­qué, ajoute son avo­cat. Il ai­me­rait sa­voir pour­quoi il a été in­sul­té, frap­pé et brû­lé. »

D’après le par­quet, le jeune homme a été in­ter­pel­lé après

avoir « pris à par­tie les fonc­tion­naires » sur le par­king : « Il s’est re­bel­lé et a ten­té de prendre la fuite pen­dant qu’un ras­sem­ble­ment hos­tile se for­mait. » Dans le four­gon, il n’au­rait « pas pu être po­si­tion­né as­sis tant il se dé­bat­tait ».

Pla­cé « sur le dos, au sol », il se se­rait dé­bat­tu de plus belle « né­ces­si­tant son main­tien par trois po­li­ciers ». Il au­rait aus­si in­sul­té les fonc­tion­naires et ten­té de mordre l’un d’eux. De plus, ceux qui l’ont ar­rê­té ont no­té qu’il était en pos­ses­sion d’un sa­chet conte­nant « une pe­tite quan­ti­té de ré­sine de can­na­bis ».

A-t-il été em­me­né dans le four­gon après un acte dé­lic­tueux, où au mo­tif d’un ba­nal contrôle de pa­piers ? S’est-il re­trou­vé pla­qué au sol sans rai­son, où était-ce la seule ma­nière de maî­tri­ser son agres­si­vi­té ? Ses brû­lures sont-elles le fruit d’une mal­adresse ou té­moignent-elles d’une vo­lon­té dé­li­bé­rée de faire mal ?

L’Ins­pec­tion gé­né­rale des ser­vices (IGPN), la po­lice des po­lices, qui a le dos­sier entre les mains, de­vra trou­ver les ré­ponses à ces ques­tions. Une en­quête pré­li­mi­naire pour vio­lences par dé­po­si­taire de l’au­to­ri­té pu­blique a été ou­verte. Plu­sieurs au­di­tions ont dé­jà été réa­li­sées dans ce cadre.

« Compte te­nu de la gra­vi­té de cette af­faire et des bles­sures consta­tées sur l’in­di­vi­du, le par­quet de Ver­sailles tien­dra la fa­mille in­for­mée de l’avan­cée de l’en­quête. D’ores et dé­jà, un dis­po­si­tif propre aux vic­times gra­ve­ment trau­ma­ti­sées a été ac­ti­vé », ajoute le com­mu­ni­qué du par­quet.

L’avo­cat : « Il n’a op­po­sé au­cune ré­sis­tance »

Il au­rait ten­té de mordre un po­li­cier

C’est au com­mis­sa­riat de Mantes qu’il a été pla­cé en garde à vue avant d’être conduit à l’hô­pi­tal par les pom­piers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.