Vid­hekö, la so­lu­tion éco­lo pour le tri sé­lec­tif

Pour in­ci­ter les ha­bi­tants des grands en­sembles à mieux trier leurs dé­chets, un duo d’en­tre­pre­neurs ins­talle di­rec­te­ment dans les lo­ge­ments une pou­belle ori­gi­nale.

Le Courrier de Mantes - - L’actu - Cé­line Evain

De­puis plu­sieurs an­nées, on in­cite la po­pu­la­tion à trier ses dé­chets. Des contai­ners en­ter­rés sont ins­tal­lés un peu par­tout, et no­tam­ment aux pieds des grands en­sembles d’ha­bi­tat col­lec­tif. Mais qu’est-il fait pour fa­ci­li­ter le tri à la source ? Jusque-là pas grand-chose.

Un Li­mayen char­gé de la com­mer­cia­li­sa­tion

Zo­ran Mi­lo­va­no­vic, à la tête de la so­cié­té Eco-Lot, im­plan­tée à Li­may a trou­vé la so­lu­tion. Il s’est as­so­cié à l’en­tre­prise Vid­hekö dont le gé­rant est l’in­ven­teur d’un concept tout à fait ori­gi­nal. Il s’agit d’une struc­ture mé­tal­lique qui vient s’ins­tal­ler en quelques mi­nutes sous l’évier, sur la­quelle sont ins­tal­lés des sacs 100 % bio dé­gra­dables, pré­ins­tal­lés et prêts à l’em­ploi pour toute l’an­née. Eco­con­çu et pra­ti­co-pra­tique, Vid­hekö a été pen­sé pour ré­soudre les pro­blé­ma­tiques - de plus en plus pré­gnantes - de la ges­tion des dé­chets en ha­bi­tat col­lec­tif dense, et dans le monde de l’en­tre­prise. Vé­ri­table coup de pouce au tri à la source, il a dé­jà convain­cu les plus ré­ti­cents à la tâche. Et ce, pour le plus grand bien de toute la fi­lière du re­cy­clage.

Ré­duire les dé­chets dans les grands en­sembles

« Nous sommes par­tis du constat simple qu’au­jourd’hui, les com­munes font de gros ef­forts fi­nan­ciers pour mettre en place le tri sé­lec­tif. Mais il n’existe pas en­core de vé­ri­table liai­son entre les bornes en­ter­rées et les pro­duc­teurs des dé­chets. Sou­vent, d’énormes sacs-pou­belles sont dé­po­sés à cô­té des contai­ners en­ter­rés, ou bien, ils s’en­tassent dans les lo­caux pou­belles si­tués dans les im­meubles »,

ex­plique Zo­ran Mi­lo­va­no­vic, char­gé de la com­mer­cia­li­sa­tion.

Ain­si, le sys­tème conçu per­met de re­lier les dé­chets aux codes cou­leurs cor­res­pon­dant aux contai­ners : rouge pour les or­dures mé­na­gères, jaune pour les em­bal­lages et les pa­piers, vert pour le verre.

« Ce sys­tème de sacs pré­ins­tal­lés per­met de rem­plir des conte­nants plus pe­tits et trans­por­tables fa­ci­le­ment. On des­cend certes plus sou­vent les pou­belles, mais ce geste reste fa­cile à ef­fec­tuer, sur­tout lorsque l’on a un contai­ner en­ter­ré au pied de son im­meuble »,

Zo­ran Mi­lo­va­no­vic. pour­suit

Mais ins­tal­ler une pou­belle de tri est un fait, bien trier en est un autre. En­core au­jourd’hui, nom­breux sont ceux qui par manque de connais­sance, par choix ou par simple fai­néan­tise ne trient pas leurs dé­chets.

« L’ins­tal­la­tion de ce concept est ac­com­pa­gnée d’une pe­tite for­ma­tion très ra­pide, et d’un do­cu­ment pé­da­go­gique qui rap­pelle les en­jeux es­sen­tiels du tri sé­lec­tif à sa­voir « re­cy­cler pour de­main ».

Il per­met éga­le­ment aux ha­bi­tants de com­prendre les dif­fé­rents codes cou­leur et ain­si, d’adop­ter les bons gestes.

« Nous leur ex­pli­quons aus­si comment gé­rer leurs ré­serves de sacs bio, sa­chant qu’un sac jaune est rem­pli en moyenne tous les deux jours et un sac rouge tous les 3 jours. Si ce­la est res­pec­té, ils ont as­sez de sacs pour une an­née. »

Un pro­duit 100 % fran­çais

Au­jourd’hui, l’as­so­cia­tion Eco-Lot et Vid­hekö n’en sont qu’à leurs dé­buts, puis­qu’un seul en­semble col­lec­tif de 1 500 lo­ge­ments a été équi­pé à Vi­gneux­sur-Seine, dans l’Es­sonne à la fin de l’an­née der­nière. Mais le duo a bon es­poir de convaincre d’autres bailleurs.

« C’est en ex­cel­lente voie avec un bailleur Man­tais qui sou­haite équi­per son parc col­lec­tif exis­tant, mais aus­si et sur­tout les fu­tures cons­truc­tions. »

Car c’est bien là l’ob­jec­tif : que Vid­hekö soit ins­tal­lé dans les lo­ge­ments neufs afin que le tri de­vienne au­to­ma­tique chez les ha­bi­tants des fu­turs en­sembles.

Car les ha­bi­tants peuvent ne pas voir d’un bon oeil le fait de vi­der son pla­card pour ins­tal­ler une nou­velle pou­belle.

« L’idée à terme, c’est de tra­vailler sur une so­lu­tion pour rem­pla­cer l’es­pace per­du sous l’évier. Ce­la pour­rait prendre la forme d’un se­cond pe­tit pla­card, par exemple »,

pour­suit Zo­ran Mi­lo­va­no­vic que cette aven­ture pas­sionne.

En at­ten­dant l’ob­jec­tif est bien de réus­sir à in­té­res­ser le maxi­mum de bailleurs so­ciaux à ce pro­duit 100 % Fran­çais. Zo­ran Mi­lo­va­no­vic y croit très fort et se prend même à rê­ver :

Édu­quer les gens au tri sé­lec­tif

« Quand nous au­rons at­teint une pro­duc­tion im­por­tante, nous pour­rons en­vi­sa­ger la vente aux par­ti­cu­liers. Les coûts se­ront alors ré­duits et le prix de­vien­dra abor­dable pour cha­cun. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.