La re­li­gion de ma mère, l’Al­gé­rie de Ka­rim Akouche

Le Courrier de Mantes - - Mantes-la-jolie -

L’as­so­cia­tion Fran­co-Ber­bère de Mantes en Yve­lines or­ga­nise sa­me­di 18 no­vembre à 10 heures à l’Ago­ra, une confé­rence, en pré­sence de Ka­rim Akouche, dra­ma­turge, chro­ni­queur et écri­vain, au­teur du ro­man La re­li­gion de ma mère, pa­ru aux édi­tions Ecri­ture.

Né en 1978 en Ka­by­lie, Ka­rim Akouche vit au Qué­bec de­puis 2008. Il est l’au­teur, entre autres de Toute femme est une étoile qui pleure (poé­sie-théâtre), Al­lah au pays des en­fants per­dus (ro­man), et de J’épou­se­rai le Pe­tit Prince.

In­dé­si­rable aux yeux des au­to­ri­tés al­gé­riennes, il a dû in­ter­rompre en mars 2017 une tour­née de confé­rences dans son pays na­tal après avoir re­çu des me­naces.

Mi­rak est le per­son­nage prin­ci­pal de son nou­veau ro­man. Son père a per­du la rai­son. Son frère dé­rive vers le dji­ha­disme. La fille qu’il ai­ma se pros­ti­tue. Le pays que re­trouve Mi­rak, après des an­nées d’exil, est mé­con­nais­sable. L’Al­gé­rie avait le vi­sage de sa mère. Au­jourd’hui, ses traits sont dé­for­més par la vio­lence, la mi­sère et la fo­lie. Mais, au sein du chaos, ils n’ont rien per­du de leur beau­té. Une beau­té que Ka­rim Akouche fait écla­ter dans son ro­man.

« Nous avons ap­pris par le ré­seau des as­so­cia­tions Fran­co-Ber­bères que Ka­rim Akouche don­nait des confé­rences à Pa­ris. Nous avons fait en sorte de le faire ve­nir à Mantes car son ro­man est pas­sion­nant »,

ex­plique le pré­sident de l’as­so­cia­tion Fran­coBer­bère Ah­cene Ague­men­fad.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.