Gilles Prin, globe-trot­ter de l’ur­bex

Le Courrier de Mantes - - Bonnières-sur-seine - J.-M.G.

La pho­to, Gilles Prin est tom­bée de­dans dès son plus jeune âge. À 7 ans, il avait dé­jà son ap­pa­reil je­table. De fil en ai­guille, en gran­dis­sant, il est pas­sé au re­flex puis au nu­mé­rique. Au dé­but, ce sont sur­tout les pay­sages et les pe­tits mo­nu­ments qui l’in­té­res­saient. Quant aux per­son­nages, pas ques­tion de leur de­man­der de prendre la pose, non, c’est l’ins­tan­ta­né des at­ti­tudes que Gilles Prin pri­vi­lé­giait ain­si que l’ex­pres­sion des vi­sages.

Des lieux aban­don­nés, voire in­ter­dits

Mais de­puis quelque temps, Gilles Prin est de­ve­nu un adepte de l’ur­bex, au­tre­ment dit de l’ex­plo­ra­tion ur­baine. Le prin­cipe est simple, il s’agit de dé­cou­vrir des en­droits aban­don­nés, par ailleurs sou­vent dif­fi­ciles voire in­ter­dits d’ac­cès. Des lieux où la na­ture tente de re­prendre ses droits. Friches in­dus­trielles, édi­fices religieux, bâ­ti­ments pu­blics, pri­vés, mi­li­taires, sou­ter­rains… C’est dire si le champ d’ac­ti­vi­té de ces pas­sion­nés est vaste.

OEil avi­sé

Pour pra­ti­quer sa passion, Gilles Prin est de­ve­nu glo­be­trot­ter, pro­me­nant son ob­jec­tif un peu par­tout en France, la Bre­tagne, l’Est mais aus­si notre ré­gion puis­qu’il vit à Fre­neuse. Par­mi les sites vi­si­tés dans le Man­tois, une friche in­dus­trielle à Ver­non et l’hô­pi­tal-sa­na­to­rium d’Ain­court. Ins­crit au titre des mo­nu­ments his­to­riques, il est au­jourd’hui aban­don­né dans le parc de la Bu­caille. De longs cou­loirs ta­gués, des murs sur les­quels la pein­ture s’écaille, des toi­lettes dé­la­brées, des flaques d’eau… au­tant de su­jets d’in­té­rêts pour Gilles Prin qui s’est aus­si beau­coup in­té­res­sé au parc. D’un oeil avi­sé, il sait aus­si re­pé­rer les ob­jets in­so­lites ap­pa­rais­sant dans des lieux im­pro­bables comme cette pe­luche aban­don­née dans un arbre. Un vieux ca­mion de pom­piers qui part vers un musée, une mai­son aban­don­née en Bre­tagne, une vieille ma­chine à écrire… Au­tant d’ob­jets et de lieux sur les­quels s’at­tarde l’ob­jec­tif de Gilles Prin, comme s’il vou­lait les faire re­vivre, comme s’il vou­lait re­créer une his­toire pour cha­cun d’eux.

Gilles Prin s’est spé­cia­li­sé dans l’ur­bex

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.