Les camps de Roms de Triel et de Car­rières-sous-pois­sy éva­cués

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - L’ACTU DU DÉPARTEMENT - Fa­bien Dé­zé

Les camps de Roms de la plaine entre Car­rières-sous-pois­sy et Triel ont été éva­cués le mer­cre­di 30 août der­nier. D’autres ins­tal­la­tions ont eu lieu dans la fou­lée à Pois­sy sur les fu­turs ter­rains du PSG et au ni­veau du rond-point de la D1 à Triel.

Le cam­pe­ment de Roms de Car­rières-sous-pois­sy li­mite Triel, en bor­dure de la D22, a été éva­cué le mer­cre­di der­nier vers 7 h 30 à la suite d’une ac­tion conjointe me­née par les CRS, la po­lice na­tio­nale de Con­flans et le ser­vice de sé­cu­ri­té de la pré­fec­ture des Yve­lines. En tout, une qua­ran­taine de Roms a dû quit­ter la plaine. « Tout s’est bien dé­rou­lé, ra­conte le maire Chris­tophe Del­rieu. phase consis­te­ra à net­toyer l’en­semble de la Plaine, le coût de l’opé­ra­tion étant es­ti­mé à en­vi­ron 1 mil­lion d’eu­ros. « Nous avons beau­coup de tra­vail en pers­pec­tive, constate Chris­tophe Del­rieu. Après l’es­ti­ma­tion du coût, il va fal­loir se pen­cher sur l’or­ga­ni­sa­tion et se de­man­der qui fi­nan­ce­ra ce net­toyage. »

Nou­velles ins­tal­la­tions à Triel et Pois­sy

À Triel, ce sont en­vi­ron 200 Roms qui ont quit­té le camp du Che­min Vert dans les nuits pré­cé­dant l’ex­pul­sion. « Quand les CRS sont ar­ri­vés sur place, il res­tait une seule fa­mille qui n’avait pas eu le temps de se dé­pla­cer », ex­plique Joël Man­cel, le maire de Triel. Cer­tains sont al­lés s’ins­tal­ler sur les ter­rains du Pa­ris-saint-ger­main à Pois­sy tan­dis qu’une cin­quan­taine de ca­ra­vanes a trou­vé re­fuge sur un ter­rain ap­par­te­nant au Dé­par­te­ment le long de la D1 à Triel. « C’est une so­lu­tion pro­vi­soire, re­prend Joël Man­cel. On peut ima­gi­ner qu’ils

Le sous-pré­fet de Saint-ger­main-en­laye, Sté­phane Grau­vo­gel, rap­pelle la si­tua­tion : « Nous avions quatre camps à Triel dont l’un, plus his­to­rique. Il reste au­jourd’hui entre 150 et 200 Roms. Nous avions aus­si des camps à Car­rières-sous­pois­sy - 35 à 40 ca­ra­vanes - ain­si que 40 per­sonnes sur un autre site. Les Roms de Car­rières-sous-pois­sy sont al­lés s’ins­tal­ler à Pois­sy, sur le ter­rain dit du PSG. Il y avait dé­jà 30 per­sonnes en juillet. Il y en a une res­te­ront du­rant l’an­née sco­laire mais pas plus. En tout cas quand ils par­ti­ront, il n’y au­ra plus per­sonne après. » Karl Olive, le maire de Pois­sy, es­père lui un dé­noue­ment ra­pide dans cette his­toire : « l’état doit as­su­mer ses res­pon­sa­bi­li­tés dans ce dos­sier. Je ne lais­se­rai pas plus long­temps cette si­tua­tion per­du­rer. Ces Roms doivent être ex­pul­sés au plus vite, avec ou sans le concours de la force pu­blique ! » cin­quan­taine en­vi­ron en plus. Le maire va prendre un ar­rê­té mu­ni­ci­pal. Nous al­lons in­ter­ve­nir. Mais la so­lu­tion n’est pas simple. »

De­puis le dé­part des Roms de Car­riè­res­sous-pois­sy, la plaine a été sé­cu­ri­sée. « Il y a un tra­vail de dé­pol­lu­tion à ef­fec­tuer. Ce­la coûte très cher. On peut en­vi­sa­ger un co­fi­nan­ce­ment de la com­mu­nau­té ur­baine avec l’état. Ce que je peux dire, c’est que le tra­vail so­cial réa­li­sé du­rant ces quatre ans a été im­por­tant. Des en­fants ont été sco­la­ri­sés. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.