Culture de can­na­bis à do­mi­cile

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - FAITS DIVERS - Da. G.

Il au­ra fal­lu un ap­pel ano­nyme, le 1er août, pour que la po­lice dé­couvre le pe­tit ma­nège de Cé­dric. Ce bou­cher tren­te­naire culti­vait de­puis cinq ans du can­na­bis dans un box qu’il pos­sé­dait au Ches­nay. Après avoir me­né leur en­quête et s’être aper­çus d’une anor­male consom­ma­tion élec­trique sur les lieux du dé­lit sup­po­sé, les forces de l’ordre sont ve­nues in­ter­pel­ler le mis en cause le 8 août à son do­mi­cile du Ches­nay.

5 ans à l’abri des re­gard

La per­qui­si­tion a per­mis de mettre la main sur un gros vo­lume de ma­té­riel pro­fes­sion­nel dé­dié à la can­na­bi­cul­ture. Le père de fa­mille avait ces­sé de­puis quelques mois sa pro­duc­tion illi­cite. Les po­li­ciers es­timent au­tour de 14 kg la quan­ti­té de drogue fa­bri­quée de­puis 2012. Cé­dric a évo­qué lui le chiffre de 80 grammes men­suels.

L’en­quête a per­mis d’éta­blir que le pré­ve­nu, comme il le sou­te­nait, ne des­ti­nait le can­na­bis qu’à sa seule consom­ma­tion. Le 30 août, lors de sa com­pa­ru­tion de­vant le tri­bu­nal, il a ex­pli­qué qu’il fu­mait de­puis long­temps pour « cal­mer des dou­leurs cor­po­relles ». Cette plan­ta­tion lui a per­mis de s’af­fran­chir des dea­lers. « Ça me coû­tait moins cher. » « Il est pris au mo­ment où il ve­nait de prendre conscience qu’il de­vait ar­rê­ter et avoir en­fin une vie nor­male, a re­mar­qué son avo­cat après avoir en­ten­du le pro­cu­reur ré­cla­mer 18 mois et un main­tien en dé­ten­tion. Quel re­gret ! Dans beau­coup de pays à notre porte, ce dos­sier n’au­rait pas eu de suites ju­di­ciaires, mais c’est un autre dé­bat. Son dé­lit n’a rien de cra­pu­leux. La pro­duc­tion était mo­deste et il n’y a eu au­cun tra­fic. »

Les pro­blèmes de Cé­dric ne s’ar­rêtent pas là. Le ma­tin de l’au­dience, il a ap­pris que le juge d’ap­pli­ca­tion des peines avait pro­non­cé son in­car­cé­ra­tion dans le cadre d’une af­faire de conduite sans per­mis, pour la­quelle il avait éco­pé d’une peine de 9 mois (dont 3 mois avec sur­sis) qui avait été amé­na­gée. « Je vous de­mande de prendre aus­si ce­la en consi­dé­ra­tion, a sou­li­gné la dé­fense. Vous en­tre­rez en voie de condam­na­tion mais ayez un re­gard bien­veillant. »

Les juges bien­veillants

Le tri­bu­nal a vi­si­ble­ment été sen­sible à ce plai­doyer. Cé­dric a été fi­na­le­ment sanc­tion­né de 6 mois ferme d’em­pri­son­ne­ment. Il pas­se­ra donc les quinze pro­chains mois en cel­lule. Le juge Chris­tophe Mor­gan a in­vi­té le condam­né a de­man­dé « dans quelque temps » sa li­bé­ra­tion condi­tion­nelle. « Vous avez un bon dos­sier pour ce­la. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.