Soi­rée cau­che­mar­desque pour Pois­sy

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - SPORTS -

C’est un match qui res­te­ra, hé­las, dans les an­nales du club. On a beau cher­cher dans les ar­chives de ces dix der­nières sai­sons, ja­mais Pois­sy n’avait su­bi une dé­faite de cette am­pleur. L’équipe du coach Laurent Hat­ton a vé­cu, sa­me­di soir, une vé­ri­table hu­mi­lia­tion à Se­dan (0-6), sa troi­sième contre-per­for­mance de suite après les re­vers concé­dés à Fu­ria­ni Aglia­ni (1-2) puis à do­mi­cile contre Sainte-ge­ne­viève (0-1). Si la si­tua­tion n’est pas en­core alar­mante, elle n’en est pas moins in­quié­tante.

La dé­ban­dade a com­men­cé après seule­ment six mi­nutes du jeu sur une énorme mé­sen­tente de la dé­fense pis­cia­caise. Bis re­pe­ti­ta vingt mi­nutes plus tard avant que toute l’équipe ne prenne to­ta­le­ment l’eau dans ce match à sens unique. « Perdre 2-0 ou 3-0, ça ar­rive. Mais 6-0, ça fait beau­coup. On a pris le bouillon, lâche d’en­trée le pré­sident Oli­vier Sze­we­zuck. On s’est ra­pi­de­ment ti­rés une balle dans le pied en leur don­nant deux buts. Les gar­çons étaient peut-être im­pres­sion­nés par ce grand stade que l’on voit plu­tôt en Ligue 1. C’était un nau­frage. »

Dé­pas­sés dans le jeu, fé­briles en dé­fense et bien trop peu ins­pi­rés en at­taque, les Pis­cia­cais n’avaient clai­re­ment pas les armes pour ri­va­li­ser avec une équipe se­da­naise can­di­date à la mon­tée en N1. « En face, c’était pra­ti­que­ment d’un ni­veau se­mi-pro­fes­sion­nel », jus­ti­fie Oli­vier Sze­we­zuck qui re­con­naît que les re­crues n’ont pas en­core réus­si à se mettre au dia­pa­son de la di­vi­sion. « Les jeunes sur les­quels on a mi­sé n’ont peut-être pas en­core pris conscience du ni­veau. Ce qui m’em­bête sur­tout, c’est qu’ils n’ont pas cette âme de com­bat­tant sur le ter­rain. »

Évi­dem­ment, la co­lère com­mence dé­jà à gron­der au­près des fi­dèles sup­por­teurs dé­si­reux de com­prendre les rai­sons de ce bou­le­ver­se­ment ex­ces­sif de l’ef­fec­tif du­rant l’été. L’ex­pli­ca­tion est, semble-t-il, très simple se­lon les dires du nou­veau pré­sident : « On est ar­ri­vés dans un club qui était sous contrôle de masse sa­la­riale. Si on n’a pas pu gar­der un cer­tain nombre

« Un nau­frage »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.