« Tout ça est un tis­su de men­songes »

Le Courrier des Yvelines (Poissy) - - L’ACTU -

Quelle est votre ré­ac­tion après cette fer­me­ture ?

Saïd Djel­leb (pré­sident de l’as­so­cia­tion cultu­relle des mu­sul­mans de Sar­trou­ville) : Si je com­prends bien, la salle des Indes se­rait un foyer sa­la­fiste de­puis le dé­but des an­nées 2000. On nous prête cette image de­puis long­temps mais tout ça est un fan­tasme. Si ce­la était le cas, j’ai­me­rais com­prendre pour­quoi elle n’a pas été fer­mée avant et pour­quoi l’imam mau­ri­ta­nien, qui y prêche de­puis près de vingt ans et dont le titre de sé­jour a été ré­gu­liè­re­ment pro­lon­gé, n’a pas été ex­pul­sé plus tôt du pays. Ou alors, ça si­gni­fie qu’il y a eu un vrai ra­té des ren­sei­gne­ments et de l’état de­puis toutes ces an­nées et ça se­rait très grave. Que ré­pon­dez-vous aux ac­cu­sa­tions por­tez contre vous ?

Je tombe des nues. Parle-t-on de la même per­sonne ? Tout ça est un tis­su de men­songes. J’ai­me­rais d’ailleurs com­prendre pour­quoi je ne suis pas dé­jà en garde à vue. J’ai fait des bê­tises plus jeune et j’ai été condam­né pour des dé­lits de droit com­mun mais me com­pa­rer à un dan­ge­reux bar­bu sa­la­fiste. Tout ça est trop beau pour être vrai. Avec l’as­so­cia­tion, on va à la mer, et les filles se baignent en bi­ki­ni. J’em­mène aus­si ma propre fille à la pis­cine et mes en­fants vont à l’école pu­blique. C’est ça ter­ro­ri­ser Sar­trou­ville, im­po­ser la cha­ria, le hi­jab aux femmes et fa­vo­ri­ser la dé­sco­la­ri­sa­tion des en­fants ! Al­lez-vous contes­ter l’ar­rê­té de­vant un tri­bu­nal ?

Très cer­tai­ne­ment. Mais j’étu­die aus­si avec mon avo­cat la pos­si­bi­li­té d’at­ta­quer le pré­fet en dif­fa­ma­tion. Il a por­té at­teinte à mon hon­neur et à ma fa­mille. Même quand on est pré­fet, il faut sa­voir me­su­rer ses pro­pos. De­vant un tri­bu­nal, il de­vra s’ex­pli­quer et ap­por­ter des preuves.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.