Châ­teau Chanorier : l’as­so­cia­tion Tacc a ces­sé son ac­ti­vi­té

L’as­so­cia­tion Tout autre chose Chanorier (Tacc) a ces­sé son ac­ti­vi­té. La Ville va faire ap­pel à un pres­ta­taire afin de gé­rer la res­tau­ra­tion de la Ver­rière du châ­teau.

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - LA UNE - S.R.

Tacc ne gé­re­ra plus la Ver­rière du châ­teau Chanorier. La mu­ni­ci­pa­li­té a dé­ci­dé de faire ap­pel à une so­cié­té spé­cia­li­sée dans la res­tau­ra­tion afin de s’oc­cu­per de l’ani­ma­tion du lieu. Le maire Jean-ro­ger Da­vin s’en est ex­pli­qué en conseil mu­ni­ci­pal. « Nous re­gret­tons cette si­tua­tion mais l’as­so­cia­tion n’est pas ca­pable de conti­nuer sur le plan fi­nan­cier. Son pré­sident ne veut pas pour­suivre son ac­tion et Tacc a des pro­blèmes de bé­né­voles. » L’édile a pré­ci­sé que la sub­ven­tion ver­sée à l’as­so­cia­tion par la ville a « bais­sé d’an­née en an­née ». Il était pré­vu que l’as­so­cia­tion com­pense cette di­mi­nu­tion par l’aug­men­ta­tion du chiffre d’af­faires de son ac­ti­vi­té.

« J’ai ren­con­tré à plu­sieurs re­prises le pré­sident de Tacc à la Ver­rière et en mai­rie. Contrai­re­ment à ce que j’en­tends sou­vent, l’ar­rêt de l’as­so­cia­tion n’est pas la vo­lon­té de la Ville puisque nous avions de­man­dé à ce qu’elle conti­nue. Notre seule exi­gence était que la Ver­rière soit ou­verte pen­dant les va­cances sco­laires. Un cer­tain nombre de per­sonnes qui ne partent pas à cette oc­ca­sion trou­ve­ront do­ré­na­vant de l’ani­ma­tion au châ­teau. Ce n’était pas le cas au­pa­ra­vant. »

Pa­ri ris­qué

Pour l’op­po­si­tion, la réus­site du pro­jet por­té par Tacc, dont la créa­tion a été ins­pi­rée par une as­so­cia­tion pa­ri­sienne cher­chant à dé­ve­lop­per le lien so­cial à tra­vers une ac­ti­vi­té de table d’hôtes, était fra­gile. « Dès le dé­but, l’as­so­cia­tion a dû faire avec ce poids de la réus­site. C’était un pa­ri sur l’ave­nir un peu ris­qué. Avec les an­nées, la si­tua­tion est de­ve­nue de plus en plus com­pli­quée pour Tacc qui de­vait avoir un rôle so­cial et dé­ga­ger en même temps des bé­né­fices. Les prix de la table d’hôtes étaient très abor­dables, ce qui don­nait l’im­pres­sion à des res­tau­ra­teurs de la ville d’avoir une concur­rence dé­loyale » ex­plique An­nie-claude Mo­tron, élue d’op­po­si­tion.

Fon­dée il y a cinq ans, l’as­so­cia­tion pro­po­sait une ac­ti­vi­té de sa­lon de thé et de res­tau­ra­tion, mais seule­ment en se­maine. Des en­tre­prises pou­vaient être ac­cueillies ponc­tuel­le­ment. « Il s’agis­sait d’un res­tau­rant de qua­li­té très ap­pré­cié avec une équipe de bé­né­voles qui sont amers au­jourd’hui de de­voir ar­rê­ter. »

Cui­sine ita­lienne

La mai­rie n’a pas vou­lu que des évé­ne­ments pri­va­tifs fa­mi­liaux y soient or­ga­ni­sés tard en soi­rée. « Ce quar­tier ne se prête pas à des nui­sances so­nores… » Le nou­veau pres­ta­taire va pro­po­ser de la cui­sine ita­lienne. « Les choix éco­no­miques de la mai­rie ont des consé­quences, car trois per­sonnes, dont une han­di­ca­pée, étaient em­ployées à la Ver­rière. » La nou­velle ani­ma­tion du lieu de­vrait dé­bu­ter pro­chai­ne­ment, l’as­so­cia­tion Tacc étant dis­soute. Le re­pre­neur de­vra ver­ser à la Ville une re­de­vance.

La Ver­rière va pro­po­ser une ac­ti­vi­té de res­tau­ra­tion toute l’an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.