Anne-ma­rie Lau­douze s’im­pose aux Restos du Coeur

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - L’ACTU - Da­vid Gou­dey

Anne-ma­rie Lau­douze (58 ans) a suc­cé­dé à Yaël Braun-pi­vet, élue dé­pu­tée en juin der­nier, à la tête du centre de Sar­trou­ville des Restos du Coeur. La plus grande an­tenne du dé­par­te­ment des Yve­lines a la res­pon­sa­bi­li­té de 600 fa­milles dans le be­soin.

« Le centre est entre de très bonnes mains. » Ain­si parle Yaël Braun-pi­vet. Lors­qu’il s’est agi, en juin der­nier, de trou­ver la per­sonne idoine pour suc­cé­der à la res­pon­sable de l’an­tenne de Sar­trou­ville des Restos du Coeur, élue à l’as­sem­blée na­tio­nale sous la ban­nière La Ré­pu­blique en Marche, il n’y a pas eu d’hé­si­ta­tion. Anne-ma­rie Lau­douze, qui était l’ad­jointe de la fu­ture dé­pu­tée de la 5e cir­cons­crip­tion des Yve­lines de­puis l’ou­ver­ture du site en no­vembre 2016 dans le quar­tier du Pla­teau, était une évi­dence. « J’avais une confiance ab­so­lue en elle, ajoute la pré­si­dente de la com­mis­sion des lois au Pa­lais Bour­bon. En plus, c’est une femme for­mi­dable et pleine d’éner­gie. »

Anne-ma­rie Lau­douze (58 ans) n’était pour­tant pas vrai­ment pré­des­ti­née à em­bras­ser une mis­sion de bé­né­vole aux Restos du Coeur. Comme beau­coup, la prise de conscience est ar­ri­vée sur le tard.

Ti­tu­laire d’un double DESS en con­seil et en psy­cho­lo­gie, cette mère de deux grands en­fants a connu un par­cours pro­fes­sion­nel sans heurt. Tout a com­men­cé chez un pe­tit ac­ces­soi­riste au­to­mo­bile où l’en­fant de Cha­tou avait fait ses pre­mières armes alors qu’elle était en­core étudiante. Sa tra­jec­toire se­ra as­cen­dante. Elle re­join­dra plus tard le ser­vice mar­ke­ting de Fiat France puis Cas­trol et en­fin le pé­tro­lier BP, qu’elle a quit­té alors qu’elle était chef de pro­jet.

La vo­lon­té d’ai­der ceux qui n’ont pas eu sa chance An­cienne chef de pro­jet chez un pé­tro­lier

Trente-cinq ans d’une vie pro­fes­sion­nelle in­tense, loin de la mi­sère so­ciale qui est au­jourd’hui de­ve­nue son quo­ti­dien. « À six mois de mon dé­part, l’idée d’ai­der les gens qui n’ont pas eu ma chance m’est ap­pa­rue presque comme une évi­dence, se sou­vient celle qui ha­bite Crois­sy-sur-seine de­puis main­te­nant qua­rante ans. Je vou­lais don­ner de mon temps aux autres. J’ai pen­sé tout de suite aux Restos du Coeur. Ça a fait tilt car l’as­so­cia­tion ne se contente pas uni­que­ment de fournir une aide ali­men­taire. »

C’était il y a moins trois ans. Elle ren­contre Yaël Braun-pi­vet, qui vient de prendre en main la pe­tite an­tenne de Chan­te­louples-vignes, à l’oc­ca­sion d’une fête de l’as­so­cia­tion. Le cou­rant passe entre les deux femmes. Anne-ma­rie Lau­douze met le pied à l’étrier. « J’ai com­men­cé comme tout le monde par les ra­masses puis la dis­tri­bu­tion », ra­conte cette fan de ski et de fit­ness.

Et puis sur­git ra­pi­de­ment le pro­jet de créa­tion d’une nou­velle an­tenne à Sar­trou­ville, des­ti­née à de­ve­nir le plus grand centre de l’as­so­cia­tion du dé­par­te­ment. Une mis­sion pi­lo­tée par Yaël Braun-pi­vet. Anne-ma­rie se voit pro­po­ser un rôle d’ad­jointe aux cô­tés de la fu­ture dé­pu­tée. Moins d’un an après, la voi­là dé­sor­mais aux ma­nettes.

Peintre à ses heures per­dues - « pas pour ex­po­ser juste parce que j’aime ça » -, la nou­velle pa­tronne des Restos de Sar­trou­ville es­time consa­crer « 50 % de son temps » à l’as­so­cia­tion fon­dée par Co­luche. « Et il y a beau­coup à faire ! Ma phi­lo­so­phie, c’est qu’il faut res­pon­sa­bi­li­ser les gens. Je veux rendre les bé­né­voles les plus au­to­nomes pos­sible parce qu’en fait, je suis moi aus­si d’abord une bé­né­vole, un simple maillon, même si j’ai des res­pon­sa­bi­li­tés. »

« Je suis d’abord une bé­né­vole »

Anne-ma­rie Lau­douze (à droite) peut comp­ter sur l’aide d’une so­lide équipe de 80 bé­né­voles à Sar­trou­ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.