La Ville ré­pond aux cri­tiques de la chambre des comptes

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - LA VILLE -

La chambre ré­gio­nale des comptes a étu­dié la si­tua­tion d’achères de­puis 2010. Quelques points sou­le­vés mé­ritent une ex­pli­ca­tion de texte avec Jean-fran­çois De­ma­rez, élu en charge de l’ad­mi­nis­tra­tion gé­né­rale et du per­son­nel. À l’heure des bud­gets contraints, la ville en­gage la ré­flexion pour se mettre en confor­mi­té avec la loi.

Le rap­port dé­nonce la du­rée an­nuelle du tra­vail qui, faute d’être à 1 607 heures, plombe les fi­nances com­mu­nales. Quelle ré­flexion en ti­rez-vous ?

La du­rée an­nuelle du temps de tra­vail des agents d’achères (1 562 heures ef­fec­tives) ne plombe pas réel­le­ment le bud­get de fonc­tion­ne­ment, mais son res­pect per­met­trait d’éco­no­mi­ser en­vi­ron 560 000 € chaque an­née. Nombre de com­munes ne res­pectent pas la du­rée lé­gale. À Achères, nous avons dé­ci­dé d’en­ga­ger une ré­flexion glo­bale avec les re­pré­sen­tants du per­son­nel, afin qu’une nou­velle or­ga­ni­sa­tion soit pro­po­sée, en res­pec­tant les 1 607 heures tout en amé­lio­rant le ser­vice pu­blic ren­du. Les Aché­rois ont tout à y ga­gner. De­puis 2014, nous avons aus­si di­mi­nué de 50 %, les heures sup­plé­men­taires (moins 6 000 heures), pas tou­jours jus­ti­fiées et qui coûtent cher à la col­lec­ti­vi­té. Les ab­sences de courte du­rée ont bais­sé alors que les ar­rêts longs ont pro­gres­sé. Comment l’ex­pli­quez-vous ?

La py­ra­mide des âges des agents com­mu­naux aché­rois ain­si que les condi­tions de tra­vail ex­trê­me­ment dures pour cer­tains mé­tiers (en­tre­tien, res­tau­ra­tion, es­paces verts, At­sem…) né­ces­sitent d’an­ti­ci­per, à la fois, le vieillis­se­ment et cet ab­sen­téisme de longue du­rée. L’amé­lio­ra­tion des condi­tions de tra­vail mise en oeuvre de­puis trois ans montre que l’ab­sen­téisme de courte du­rée peut être for­te­ment di­mi­nué.

Ce tra­vail en pro­fon­deur va être pour­sui­vi, et une ré­flexion plus longue va être en­ga­gée pour faire face à l’ab­sen­téisme lié à de fortes pa­tho­lo­gies né­ces­si­tant des re­tours à l’em­ploi qui soient étu­diés et non su­bis. Ce­la va né­ces­si­ter des chan­ge­ments d’or­ga­ni­sa­tion, de ma­na­ge­ment, et peut-être aus­si de ré­flexion sur cer­tains mé­tiers à conser­ver au sein de notre col­lec­ti­vi­té. Pou­vez-vous pré­ci­ser ?

En fonc­tion des pé­ri­mètres des mis­sions, la Ville ne s’in­ter­dit rien : conti­nuer en ré­gie, faire ap­pel au pri­vé ou tra­vailler sur dé­lé­ga­tion de ser­vice pu­blic. Mais rien n’est ac­té pour le mo­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.