Sar­trou­ville : Les ly­céens ont plan­ché sur son su­jet au bac pro.

Le Courrier des Yvelines (Saint-Germain-en-Laye) - - L’ACTU DU DÉPARTEMENT - Jean-marc Ca­vé

Mo­ha­med Ra­chi­di, pro­fes­seur au ly­cée Jules-verne, a eu l’hon­neur de voir son étude d’ou­vrage, sur la pis­cine de Sar­trou­ville, choi­sie pour être le sup­port d’une épreuve au ni­veau na­tio­nal lors de l’or­ga­ni­sa­tion du der­nier bac pro­fes­sion­nel.

De­puis neuf ans, Mo­ha­med Ra­chi­di est pro­fes­seur de gé­nie élec­trique au ly­cée Jules-verne de Sar­trou­ville. Mais de­puis juin der­nier, sa no­to­rié­té a quelque peu fran­chi les fron­tières yve­li­noises. En ef­fet, il a eu l’hon­neur de voir son su­jet choi­si pour le der­nier bac pro en étude d’ou­vrage. « Je sa­vais qu’il y avait un turn-over sur les éta­blis­se­ments et j’ai eu un rap­port de confiance avec l’ins­pec­teur, qui m’a de­man­dé de plan­cher sur un pro­jet. J’ai consti­tué une équipe, avec deux pro­fes­seurs d’élec­tro et deux de lettres pour la re­lec­ture. »

Cette aven­ture au­ra été un beau par­cours du com­bat­tant. C’est en fé­vrier 2014 que le pro­jet prend corps avec l’étude d’ou­vrage de la pis­cine de Sar­trou­ville. Le feu vert ad­mi­nis­tra­tif in­ter­vient en sep­tembre de la même an­née. Le thème et le ca­hier des charges sont fi­na­li­sés, avec une pro­duc­tion du su­jet deux mois plus tard. En fé­vrier 2015, la deuxième ver­sion fi­na­li­sée était prête. La fin des opé­ra­tions date d’avril 2016, avec une com­mis­sion qui se réunit et ne choi­sit pas le pro­jet sar­trou­villois.

Mais ce der­nier reste éli­gible et en­lève fi­na­le­ment le mor­ceau en 2017, face à cinq autres can­di­dats. « Il fal­lait un pro­jet in­no­vant. J’ai re­gar­dé ce qui se fai­sait avant pour épou­ser la phi­lo­so­phie du su­jet, avec une vue glo­bale sur les ques­tions in­té­res­santes à po­ser. J’ai pri­vi­lé­gié les ques­tions de ter­rain au­près des élec­tri­ciens de la pis­cine sur chan­tiers. Je les re­mer­cie pour leur col­la­bo­ra­tion. » Mais mettre en place le pro­jet de­mande une dis­cré­tion op­ti­male, digne des plus grands ro­mans d’es­pion­nage. « Je ne de­vais sou­le­ver au­cune ques­tion sur le thème au­près de mes élèves. Tout mail avec des col­lègues m’était in­ter­dit. Per­sonne, hor­mis les membres de l’équipe, ne de­vait sa­voir. Les re­lec­teurs ne li­saient que des bouts du pro­jet pour n’en rien connaître. »

Trois ans de tra­vail « Une grande fier­té »

En étant sé­lec­tion­né, Mo­ha­med Ra­chi­di de­vient le pre­mier pri­mé sur Jules-verne en bac pro élec. La pro­vi­seure du ly­cée pro­fes­sion­nel, Su­san­na Deutsch, s’est char­gée de lui faire de la pu­bli­ci­té, et sa réus­site a connu de nom­breux échos, hors des fron­tières fran­ci­liennes « Je suis as­sez mo­deste de na­ture, mais je dois re­con­naître une grande fier­té. C’est la re­con­nais­sance du tra­vail fait, avec de bons ré­sul­tats d’en­semble sur le su­jet au bac. C’était une belle mis­sion. Si on me le pro­po­sait à nou­veau, je di­rais oui, mal­gré trois an­nées de tra­vail in­ten­sif. »

Dans sa salle de cours, Mo­ha­med Ra­chi­di a sou­vent plan­ché sur son pro­jet de su­jet du bac pro.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.