En­quête : les dé­rives du cy­clo­sport

Entre la course au ré­sul­tat, la ner­vo­si­té, les ac­ci­dents consta­tés sur cer­taines épreuves au prin­temps et la te­nue des Championnats du monde Gran Fon­do à Al­bi, fin août, on pose la ques­tion de sa­voir si le cy­clo­sport ne perd pas son âme ori­gi­nelle.

Le Cycle - - Sommaire - Par F. Pon­de­vie

On ne peut pas dire que le cru 2017, pour les cy­clistes qui pé­dalent sur la route, soit bien fa­meux. Quand on élar­git un peu le spectre d’ana­lyse, avant de s’in­té­res­ser au cy­clo­sport, on se rend compte que tous les si­gnaux sont au rouge. De­puis plu­sieurs mois, on constate que la re­la­tion entre les usa­gers de la route et les cy­clistes s’est net­te­ment dé­gra­dée, et les nom­breux ac­ci­dents, par­fois mor­tels, ou les agres­sions, n’en sont que le triste re­flet. Les der­nières sta­tis­tiques de l’Ob­ser­va­toire na­tio­nal in­ter­mi­nis­té­riel de la Sé­cu­ri­té rou­tière cor­ro­borent ce constat, le nombre de tués en deux-roues a aug­men­té de 62 % au 2e tri­mestre 2017, com­pa­ra­ti­ve­ment à ce­lui de 2016 ! (65 dé­cès en 2017, contre 40 en 2016). Le cy­clo­sport, qui re­pré­sente l’image po­pu­laire du vé­lo se dé­rou­lant dans un es­prit convi­vial et spor­tif, n’est pas non plus pré­ser­vé des tur­bu­lences, et le prin­temps a été mar­qué par un re­gain de ten­sions et de graves chutes sur cer­taines épreuves. Deux points ma­jeurs offrent ma­tière à dis­cus­sion. Le pre­mier concerne la mon­tée en puis­sance de l’UCI Gran Fon­do WorldSe­ries ( les Championnats du monde des cy­clo­spor­tives UCI), qui a chan­gé la donne sur la per­cep­tion de la dis­ci­pline. Jus­qu’à l’aube des an­nées 2010, la fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale met­tait en va­leur le chal­lenge Gol­den Bike qui réunis­sait sept épreuves à tra­vers le monde, sym­bo­li­sant ce qui se fai­sait de mieux en ma­tière de courses de masse.

L’UCI CHANGE D’ORIEN­TA­TION

On trou­vait l’Arié­geoise en France, la Que­bran­ta­hue­sos en Es­pagne, mais il y avait aus­si des épreuves non chro­no­mé­trées comme le Tour de Flandres en Bel­gique. Chan­ge­ment de cap à par­tir de 2011 avec la créa­tion de ces Championnats du monde, d’abord ré­ser­vés aux cy­clistes âgés de plus de

34 ans, puis ou­verts à tous. En 2017, 20 épreuves qua­li­fi­ca­tives étaient or­ga­ni­sées, dont l’Al­bi­geoise en France qui a aus­si ser­vi cette année de sup­port pour la fi­nale (du 24 au 27 août). Cette nou­velle orien­ta­tion de l’UCI n’a rien de phi­lan­thro­pique, l’or­ga­ni­sa­tion d’une manche qua­li­fi­ca­tive coû­tant plu­sieurs di­zaines de mil­liers d’eu­ros à la ville or­ga­ni­sa­trice, sans comp­ter les frais d’ins­crip­tion de chaque cou­reur. Fin mai s’est donc te­nue la manche qua­li­fi­ca­tive à Al­bi, qui a réuni près de 2000 cy­clistes du monde en­tier ve­nus ten­ter de se qua­li­fier et de s’éta­lon­ner sur le cir­cuit re­te­nu pour la fi­nale, aus­si bien

dans l’épreuve en ligne que dans le contre-la-montre. On peut dé­jà se de­man­der quel est le rap­port entre le cy­clo­sport et le contre-la­montre . Mais, au- de­là de cette in­con­grui­té, cette manche a mis en exergue une ex­trême ner­vo­si­té et une fré­né­sie mal­saine qui ont sai­si le pe­lo­ton au dé­part où tous les pré­ten­dants à la qua­li­fi­ca­tion n’avaient qu’un seul but : prendre les meilleures roues. Sauf que les routes n’avaient rien d’ex­ten­sibles, et que le ré­sul­tat a été sans ap­pel avec de très nom­breuses chutes et des mo­ments d’éner­ve­ment entre les concur­rents. D’ailleurs, cer­tains vieux rou­tiers du cy­clo­sport

(voir ci-contre) en furent dé­bous­so­lés. Se­cond point, qui a aus­si été un fait mar­quant de ce prin­temps dans cer­taines cy­clo­spor­tives, la prise de risque par­fois in­con­si­dé­rée de la part de cer­tains par­ti­ci­pants pour res­ter avec les meilleurs en haut des cols ou pire, rou­ler à tom­beau ou­vert dans les des­centes pour re­col­ler ou faire la dif­fé­rence. Évi­dem­ment, la ter­rible chute de Da­vid Pol­ve­ro­ni dans une des­cente de col au cours du Chal­lenge Ver­cors vient à l’es­prit et in­ter­pelle. Et si le drame a été évi­té de peu, com­bien de temps fau­dra-t-il en­core avant qu’un ac­ci­dent grave ne vienne dé­ci­mer un pe­lo­ton ?

ES­PRIT DÉVOYÉ MAIS QUI FAIT RE­CETTE

À l’heure de la mé­dia­ti­sa­tion à ou­trance via les ré­seaux so­ciaux (Stra­va, Fa­ce­book, Twit­ter, Ins­ta­gram…), cer­tains s’em­barquent dans des en­tre­prises pé­rilleuses pour res­ter aux avant-postes. Leur ob­jec­tif est d’at­ti­rer l’at­ten­tion des spon­sors, leur per­met­tant de conti­nuer leur pra­tique, tout en

étant ai­dés au ni­veau ma­té­riel. Ces deux constats nous amènent donc à nous po­ser la ques­tion de l’ave­nir du cy­clo­sport comme beau­coup l’ont connu il y a quelques an­nées. Le cy­clo­sport, dé­fi et évé­ne­ment aus­si bien po­pu­laire que convi­vial sur des grands par­cours, tel qu’on l’a pra­ti­qué par le pas­sé est clai­re­ment à la croi­sée des che­mins. Par rap­port aux courses tra­di­tion­nelles, qui sont de­ve­nues un sec­teur si­nis­tré, il est vrai que la dis­ci­pline se porte bien. Elle re­pré­sente d’ailleurs un vrai poids éco­no­mique, no­tam­ment dans l’ac­ti­vi­té tou­ris­tique, et at­tire les re­gards de gros par­te­naires dé­si­reux d’avoir leur part du gâ­teau. Il ne fau­drait ce­pen­dant pas ou­blier l’es­sence même du cy­clo­sport, qui fait le suc­cès de ces épreuves : l’ac­cueil, les pres­ta­tions et le choix des par­cours met­tant en va­leur la ré­gion par­cou­rue… À trop vou­loir cal­quer la dis­ci­pline sur le haut ni­veau, on aug­men­te­ra les mau­vais com­por­te­ments et ceux à risque qui pour­raient nuire à la pra­tique.

Les Championnats du monde or­ga­ni­sés par l’UCI n’ont ces­sé de prendre de l’am­pleur ces der­nières an­nées.

Ces mé­dailles sont don­nées aux par­ti­ci­pants des Championnats du monde des cy­clos or­ga­ni­sés par l’UCI.

Les par­ti­ci­pants des cy­clos se mettent par­fois en dan­ger, comme ce cou­reur cou­pant un vi­rage par la gauche.

De récents ac­ci­dents ont sanc­tion­né les conduites à risque prises par cer­tains cy­clistes, comme le fait de rou­ler à gauche.

Autre exemple illus­trant une pra­tique dan­ge­reuse, ce cy­clo­spor­tif tour­nant à l’aveugle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.