COL DES CY­CLO­TOU­RISTES

Le Cycle - - Col Dur -

En 1983, Jean-Fran­çois Mer­met réa­li­sa pour le Cycle ce qui consti­tue sû­re­ment le pre­mier re­por­tage consa­cré à cet « obs­tacle na­tu­rel peu connu », comme il s’amu­sait à le nom­mer. Ce pas­sage haut sur le flanc ouest de la Roche Pour­rie prend le nom de col des Cy­clo­tou­ristes en 1969, même s’il ne s’agit pas d’un col à pro­pre­ment par­ler. Fré­quen­té l’hi­ver dans les an­nées 1980 par les skieurs nor­diques du foyer du Mi­ran­tin, il offre dé­sor­mais l’été une mon­tée de choix au coeur d’un ter­ri­toire tour­né vers le vé­lo avec l’ac­cueil du Tour de France en 2016, la der­nière étape du Critérium du Dau­phi­né Li­bé­ré en 2017, ou en­core l’or­ga­ni­sa­tion d’une Coupe du monde de VTT trial. SAU­VAGE ET EXI­GEANT De­puis la ci­té olym­pique d’Al­bert­ville, cette as­cen­sion offre près de 1 000 m de dé­ni­ve­lé sur un dé­rou­lé de 12 km. Plu­sieurs ac­cès sont pos­sibles pour ga­gner la ci­té mé­dié­vale de Con­flans qui marque le pre­mier ki­lo­mètre. Nous avons par­cou­ru la voie la plus di­recte et la plus dif­fi­cile via la mon­tée « Adolphe Hugues » au dé­part de la place Charles-Al­bert, avec ses pas­sages à 13 %. Après les for­ti­fi­ca­tions de Con­flans, la route étroite s’ex­tirpe len­te­ment de la ci­vi­li­sa­tion pour ga­gner une am­biance fo­res­tière bien­ve­nue lors des chaudes jour­nées es­ti­vales. Après le Km 2, les ha­bi­ta­tions se font rares. La route ser­pente et s’amuse du re­lief, bas­cu­lant vers le Km 5 en ver­sant nord-ouest de la Roche Pour­rie avant de re­ve­nir sur son flanc ouest au Km 9. Le che­mi­ne­ment plu­tôt fo­res­tier offre çà et là de su­perbes pa­no­ra­mas sur les Bauges, puis sur le mas­sif du Grand-Arc et la plaine al­bert­vil­loise. Quant au re­vê­te­ment, sa qua­li­té in­égale ajoute de la dif­fi­cul­té à cette as­cen­sion qu’il ne fau­dra pas sou­ses­ti­mer. Les pentes sont ir­ré­gu­lières, al­ter­nant grandes tra­ver­sées et vi­rages plus ser­rés avec une dé­cli­vi­té moyenne dé­pas­sant les 8 %. Pas­sé le fort du Mont, le gou­dron perd en­core un peu en qua­li­té tan­dis que la pente gagne en de­grés. Pour les plus au­da­cieux, il est pos­sible, du som­met, de re­des­cendre par le ver­sant nord-est en di­rec­tion de Queige. Vous de­vrez faire at­ten­tion aux nom­breux nids-de-poule qui émaillent le par­cours, mais le pa­no­ra­ma sur le mont Blanc vaut bien cette pe­tite fo­lie !

Les pentes sont ir­ré­gu­lières, al­ter­nant grandes tra­ver­sées et vi­rages plus ser­rés avec une dé­cli­vi­té moyenne de 8,2 %.

Le mau­vais re­vê­te­ment ajoute de la dif­fi­cul­té à cette as­cen­sion.

La fo­rêt est om­ni­pré­sente dans cette mon­tée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.