Le Ny­tro sur la route

Le Cycle - - Actus -

On re­pro­duit ins­tinc­ti­ve­ment sa po­si­tion spor­tive sur ce cadre, et c’est quand on exa­mine le vé­lo qu’on prend conscience qu’il a une corde en plus à son arc. Pe­sant un peu moins du double que le Dog­ma, le Ny­tro étonne donc dès les pre­miers mètres. Nous avons com­men­cé notre test dans une pente im­por­tante (15 %), à une vi­tesse plus que sou­te­nue ! En mode Rocket et avec 400 W d’as­sis­tance pour dé­mar­rer po­sé­ment. La sen­sa­tion est sur­pre­nante, vos yeux vous ren­seignent sur une pente raide, mais elle est bien plus douce pour les jambes. Le pé­da­lage s’ef­fec­tue de fa­çon as­sez libre, ac­com­pa­gné par un lé­ger ron­ron­ne­ment au­quel on s’ha­bi­tue vite. C’est tel­le­ment in­so­lite qu’on tend à aug­men­ter sa vi­tesse na­tu­rel­le­ment.

Les li­mites de l’as­sis­tance sont at­teintes après quelques mètres et lorsque nous nous trou­vons face à la pente, nous re­ve­nons à la raison ! Le poids des an­nées et ce­lui du vé­lo calment l’en­thou­siasme. La fin de l’as­cen­sion se pro­file et s’adou­cit et il est même pos­sible de re­mettre un plus grand bra­quet sans trop souf­frir. La vi­tesse dé­passe les 25 km/h, le bour­don­ne­ment s’ar­rête et on roule au train sans res­sen­tir la masse du vé­lo ni le moindre frot­te­ment.

Après quelques re­lances, le Ny­tro ré­pond bien, les roues res­tent sur la même trace en com­pa­rai­son d’un vé­lo de course clas­sique. On sent que tout le poids se si­tue vers le bas du cadre. Les quelques faux plats mon­tés en cours de route dé­clenchent l’al­lu­mage du mo­teur dès que la vi­tesse chute en dessous de 25 km/h, quel que soit le mode choi­si. La pous­sée prend tout son sens au mo­ment où les jambes fai­blissent. Les courbes né­go­ciées à haute vi­tesse mettent en lu­mière la ma­nia­bi­li­té du Ny­tro. Il peut être pla­cé en fonc­tion de son en­vie, ce qui est très ap­pré­ciable pour le pi­lo­tage. Le frei­nage est à la hau­teur de ce que l’on at­tend, même s’il faut com­po­ser avec le sur­plus de poids in­duit par la mo­to­ri­sa­tion. Sur le plat, les vi­rages à l’équerre se né­go­cient comme avec un vé­lo de course. Après tout, c’est bien la par­ti­cu­la­ri­té de ce Pi­na­rel­lo Ny­tro mo­to­ri­sé.

Un peu fa­ti­gués par notre court pé­riple d’une dou­zaine de ki­lo­mètres avec près de 600 m de dé­ni­ve­lé, nous at­ta­quons la dif­fi­cul­té fi­nale et ses 20 % de pente. L’as­cen­sion se dé­roule sans trop de dif­fi­cul­té. On frôle alors le 10-11 km/h, mais on passe la rampe. Au mo­ment de s’ar­rê­ter, on constate que l’as­sis­tance ne se coupe pas aus­si vite que la pous­sée des pé­dales. Ce­la n’est pas alar­mant, mais peut-être qu’une de­mi-se­conde s’im­pose pour faire at­ten­tion quand on ar­ri­ve­ra sur des zones sa­blon­neuses ou gra­villon­neuses afin d’évi­ter les dé­ra­pages. Pas de risque en des­cente car le mo­teur se­ra cou­pé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.