SPRIN­TEUR

Le vent pour ad­ver­saire

Le Cycle - - Dossier -

Hommes de train ou de la der­nière ligne droite, la vi­tesse est leur do­maine. Et pour ce­la, il faut un vé­lo le plus aé­ro pos­sible, mais le plus lé­ger aus­si. Et bien en­ten­du, vu la dé­bauche de watts, il faut qu’il soit aus­si très ri­gide.

Le ga­ba­rit est gé­né­ra­le­ment plus « im­po­sant » que ce­lui du com­mun des cy­clistes. La na­ture de l’ef­fort est plus bru­tale et plus ex­po­sée aus­si. Dou­bler sa vi­tesse, c’est mul­ti­plier sa puis­sance par 8. Au­tant dire que quand on est seul face au vent, la « meute » aux trousses, on veut éco­no­mi­ser le maxi­mum de watts, soit parce qu’on roule très, très vite sur quelques cen­taines de mètres en fin d’épreuve, soit parce qu’on pé­dale vite pen­dant des di­zaines de ki­lo­mètres sur l’étape. Les rou­leurs se­ront sou­vent aux alen­tours de 450-500 watts du­rant leur temps ef­fort, les sprin­teurs pour­ront dé­ve­lop­per sur 5 s des puis­sances proches des 1 900 W. De grosses contraintes à sup­por­ter.

LE CADRE Il est bien en­ten­du sur­di­men­sion­né et d’as­sez grande taille, car ce type de cou­reurs est gé­né­ra­le­ment au-des­sus de la moyenne, sauf ex­cep­tion comme Mark Ca­ven­dish ou Na­cer Bou­han­ni qui sont plu­tôt de pe­tits ga­ba­rits ex­plo­sifs. Ici, on trouve...

Les pla­teaux des sprin­teurs sont gé­né­ra­le­ment des 54 dents. As­so­ciés à un 11 dents, ce­la pousse fort dans les 400 der­niers mètres de l’étape.

Les jantes très hautes au-des­sus de 70 mm pré­sentent une grande ri­gi­di­té en plus de leur aé­ro­dy­na­mique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.