Avril-août 1945 Des P-51 sur le Ja­pon

Pre­mière par­tie. De­puis l’île d’Iwo Ji­ma, dé­vas­tée par les com­bats, les pi­lotes du 7th Figh­ter Com­mand ef­fec­tuent à par­tir du 7 avril 1945 des mis­sions très longues et éprou­vantes au-des­sus du Pa­ci­fique pour es­cor­ter les B-29 lors­qu’ils bom­bardent le Ja­po

Le Fana de l'Aviation - - Histoire - Par Xa­vier Méal. Re­cherches ico­no­gra­phiques Fran­çois Her­bet.

Le 6 mars 1945, soit 15 jours après la dou­lou­reuse prise de l’île d’Iwo Ji­ma, et alors que les Ma­rines af­fron­taient en­core des îlots de ré­sis­tance ja­po­nais, le gé­né­ral Er­nest “Mi­ckey” Moore, com­man­dant du 7th Figh­ter Com­mand, fut le premier à se po­ser aux com­mandes d’un P-51 sur l’aérodrome dit n° 1 de ce confet­ti de 21 km2 per­du dans le Pa­ci­fique. Âgé de 37 ans, ce di­plô­mé de West Point était l’un des plus jeunes “gé­né­raux vo­lants” de l’USAAF, et qui plus est un pi­lote de chasse aguer­ri qui opé­rait dans le Pa­ci­fique de­puis 1939. Il avait re­joint la 7th Air Force peu après l’at­taque de Pearl Har­bor et avait été pro­mu com­man­dant du 7th Figh­ter Com­mand en août 1944. Ce 6 mars 1945, il avait dé­col­lé de la base d’Ise­ly Field, à Sai­pan, ac­com­pa­gné du co­lo­nel James O. Be­ck­with, com­man­dant du 15th Figh­ter Group, et de 23 autres pi­lotes et avions du 47th Figh­ter Squa­dron.

même jour, ar­ri­vèrent éga­le­ment sur Iwo Ji­ma 12 P- 61 “Black Wi­dow” du 548th Night Figh­ter Squa­dron. Ain­si, ce 6 mars 1945, la force aé­rienne des États-Unis avait réus­si à po­si­tion­ner quelques di­zaines de ses chas­seurs les plus mo­dernes à seule­ment 730 miles, soit 1 175 km, des côtes ja­po­naises. Ces chas­seurs pou­vaient dé­sor­mais es­cor­ter les raids de B-29 qui par­taient des îles Ma­riannes pour frap­per Hon­shu, l’île prin­ci­pale du Ja­pon, et étaient donc aus­si dé­sor­mais ca­pables de frap­per les aé­ro­dromes et ins­tal­la­tions stra­té­giques de villes comme To­kyo, Na­goya, Kobe et même Osa­ka.

sep­tembre 1944, “Mi­ckey” Moore s’était ren­du en Gran­deB­re­tagne pour confé­rer avec les pontes de la 8th Air Force des te­nants et abou­tis­sants des mis­sions d’es­corte à long rayon d’ac­tion. Moore s’était en par­ti­cu­lier ap­pli­qué à en ap­prendre le plus pos­sible sur le tout nou­veau chas­seur de l’USAAF, le North Ame­ri­can P-51 “Mus­tang” que la 8th AF met­tait alors en oeuvre avec suc­cès au-des­sus de l’Eu­rope oc­cu­pée – après des dé­buts un peu dif­fi­ciles à la fin de 1943 et au dé­but de 1944. Peu après son re­tour à Ha­waii, des P-51D-20 flam­bant neufs ar­ri­vèrent au dé­pôt de la base d’Hi­ckam sur l’île d’Oa­hu, et, à peu près au même mo­ment, le 7th FC avi­sa ses uni­tés de se te­nir prêtes à faire mou­ve­ment vers les zones de com­bat. Pi­lotes et mé­ca­ni­ciens se hâ­tèrent de se fa­mi­lia­ri­ser avec la nou­velle ma­chine ; eux qui avaient eu af­faire jus­qu’alors à des P-39 “Ai­ra­co­bra”, P- 40 ou P- 47 “Thun­der­bolt”. Le 2 fé­vrier 1945, le 15th FG avait em­bar­qué avec ses 82 “Mus­tang” à bord du porte-avions d’es­corte USS Sit­koh Bay et avait ain­si re­joint Guam, où les avions avaient été débarqués le 14 fé­vrier. Puis le 15th FG au grand com­plet s’était en­vo­lé pour re­joindre Ti­nian. L’éche­lon ter­restre du 15th FG avait pour sa part été em­bar­qué sur plu­sieurs Li­ber­ty Ships (1) ; il ne put dé­bar­quer sur Iwo Ji­ma que six jours après la prise de l’île par les Ma­rines, pour com­men­cer par se ter­rer dans des trous creu­sés dans le sable, car de pe­tits groupes de sol­dats ja­po­nais ré­sis­taient en­core, re­tran­chés dans les grottes du mont Su­ri­ba­chi, le vol­can éteint qui do­mine l’île. Il fau­drait en­core deux se­maines de com­bats pour qu’Iwo Ji­ma soit en­fi n sé­cu­ri­sée. Tra­vaillant sou­vent sous le feu en­ne­mi, les hommes du 811th Avia­tion En­gi­neer Bat­ta­lion dé­ga­gèrent les épaves d’avions qui en­com­braient l’aérodrome n° 1, qui n’al­lait pas tar­der à être re­bap­ti­sé South Field, et bou­chèrent les cra­tères qui par­se­maient la piste, tan­dis que l’éche­lon ter­restre du 15th FG s’af­fai­rait à éri­ger une base aé­rienne ru­di­men­taire, éta­blis­sant des en­tre­pôts de car­bu­rant, de mu­ni­tions et de bombes en pré­vi­sions de l’ar­ri­vée des chas­seurs.

Une vi­sion de l’en­fer en ar­ri­vant sur l’île

7 mars, les 45th et 78th FS, les deux autres uni­tés qui com­po­saient, avec le 45th FS, le 15th Figh­ter Group, se po­sèrent à leur tour sur Iwo Ji­ma. Charles But­ler, un pi­lote du 78th FS, dé­cri­vit en ces termes le spec­tacle qui s’of­frit alors à lui : “En ar­ri­vant sur Iwo, j’ai été sur­pris par l’ab­sence de vé­gé­ta­tion, elle avait

(1) Car­gos construits aux États-Unis au cours de la Deuxième Guerre mon­diale.

USAF

Le gé­né­ral “Mi­ckey” Moore (à droite), com­man­dant du 7th Figh­ter Com­mand, ex­plique au co­lo­nel James Be­ck­with, com­man­dant du 15th Figh­ter Group, les plans d’at­taque du Ja­pon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.