Le ta­bleau de bord de... Serge Bar­cel­li­ni

Le Figaro Magazine - - News - CY­RIL HOFSTEIN

Alors que nous com­mé­mo­rons en­core le cen­te­naire de la Grande Guerre, des tombes de poi­lus dis­pa­raissent chaque jour de nos ci­me­tières com­mu­naux et re­joignent les fosses com­munes », dé­nonce Serge Bar­cel­li­ni. Le Sou­ve­nir fran­çais lance un cri d’alarme afin que cesse ce « scan­dale mé­mo­riel ». De fait, si rien n’est fait, ce sont quelque 500 000 tombes de com­bat­tants « Morts pour la France », toutes époques confon­dues, qui pour­raient être dé­truites d’ici à quelques an­nées. Les sé­pul­tures des « Morts pour la France » in­hu­més dans les né­cro­poles na­tio­nales sont pro­té­gées. Mais ce n’est pas le cas des tombes fa­mi­liales qui ne per­durent que le temps de leur conces­sion : 15 ans, 30 ans, 50 ans ou 99 ans. Une mi­no­ri­té d’entre elles se trouve au­jourd’hui dans les « car­rés com­mu­naux » qui sont en­tre­te­nus par Le Sou­ve­nir fran­çais ou les mu­ni­ci­pa­li­tés avec le sou­tien fi­nan­cier de l’Etat. Pour les autres, l’ave­nir est plus sombre. « Pa­ral­lè­le­ment à la re­mise en cause du concept de sé­pul­ture per­pé­tuelle, une nou­velle po­li­tique a été mise en oeuvre dans les ci­me­tières. Elle consiste à dé­tec­ter toutes les in­hu­ma­tions en déshé­rence afin de les sup­pri­mer, ex­plique Serge Bar­cel­li­ni. Ce qui per­met aux com­munes de re­vendre les conces­sions et de fi­nan­cer les en­tre­prises char­gées de re­cen­ser les tombes à l’aban­don. De plus, au­jourd’hui, la ma­jo­ri­té des conces­sions sont de courte du­rée. Ré­sul­tat : de nom­breuses tombes de com­bat­tants de la guerre d’Al­gé­rie ont dé­jà dis­pa­ru de nos ci­me­tières et les pre­mières tombes de sol­dats tués en opé­ra­tion ex­té­rieure sont en dan­ger. Il est plus qu’urgent d’agir et de nous ai­der à pro­po­ser des so­lu­tions aux com­munes pour que cesse ce crime contre la mé­moire. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.