Les restes d’un avia­teur dé­ter­rés

Des fouilles ar­chéo­lo­giques viennent de s’ache­ver dans le pays de Briouze. Elles ont per­mis d’ex­hu­mer ce qui pour­rait être les restes de Bur­leigh Ed­ward Cur­tis, pi­lote de l’US Air Force dont l’avion s’est écra­sé en juin 1944.

Le Journal de l'Orne - - La Une - Voir la ga­le­rie pho­tos et la vi­déo sur le site www. lor­ne­com­bat­tante.fr Maxime TUR­BER­VILLE

Les fouilles ont lieu de­puis trois se­maines dans le plus grand des se­crets. Mais mar­di 12 sep­tembre, les ac­teurs ont dé­voi­lé une par­tie de l’his­toire que ré­vèlent ces re­cherches.

Dans un champ, les restes d’un homme ont été re­trou­vés. « Des preuves », comme l’ex­plique le Dr Aga­mem­non Gus Pan­tel, an­thro­po­logue et ar­chéo­logue de l’as­so­cia­tion amé­ri­caine His­to­ry Flight.

Le « boss » de ces fouilles me­nées en col­la­bo­ra­tion avec l’As­so­cia­tion nor­mande du Sou­ve­nir Aé­rien 1939-3945 (An­sa) (lire par ailleurs).

Un avion s’écrase en juin 1944

Le 13 juin 1944, alors qu’il sur­vole Briouze, un avion s’écrase dans un champ dans le pays de Briouze. Il s’agit du lieu­te­nant Bur­leigh Ed­ward Cur­tis, pi­lote de l’US Air Force (lire par ailleurs).

Di­verses hy­po­thèses sont en­vi­sa­gées sur les restes de l’avia­teur et de son aé­ro­nef. En 2012, des Amé­ri­cains sont ve­nus pros­pec­ter dans le champ pour le son­der et re­lan­cer le dos­sier. À cette époque, des ha­bi­tants sont in­ter­ro­gés.

« Un rap­port d’en­quête de 4-5 pages a été éta­bli avec les der­niers dé­tails de l’ac­ci­dent », ex­plique le com­man­dant Ch­ris Gamble, di­rec­teur des opé­ra­tions au De­fense POW/MIA Ac­coun­ting Agen­cy (DPAA), une agence du dé­par­te­ment de la dé­fense des États-Unis.

Cette der­nière est char­gée de re­trou­ver les corps des mi­li­taires amé­ri­cains pri­son­niers de guerre ou dis­pa­rus au com­bat de­puis la Se­conde guerre mon­diale.

Mais c’est seule­ment en 2017 que les choses s’ac­cé­lèrent. Une équipe amé­ri­caine vient avec un chien ve­nu d’Ha­waï, dres­sé pour re­pé­rer les os­se­ments hu­mains, et un drone sur­vole le site.

Le Pen­ta­gone dé­cide de mis­sion­ner His­to­ry flight. Les au­to­ri­tés amé­ri­caines se rap­prochent éga­le­ment de la Drac, di­rec­tion ré­gio­nale des af­faires cultu­relles de Nor­man­die, pour co­or­don­ner les opé­ra­tions à ve­nir.

Une uni­té spé­ciale d’His­to­ry Flight, ba­sée à Ha­waï, ar­rive à Briouze le 21 août.

Les fouilles s’en­gagent pen­dant trois se­maines en plein mi­lieu de ce champ ar­gi­leux avec « obli­ga­tion de re­tour de tra­vaux à la Drac », pour­suit le com­man­dant Ch­ris Gamble.

« Une aven­ture col­lec­tive »

Outre des dé­bris de l’avion, des mu­ni­tions sont re­trou­vées par la quin­zaine de per­sonnes qui se sont re­layées chaque jour. Les restes se­ront ana­ly­sés aux États-Unis et com­pa­rés à l’ADN de la fa­mille du lieu­te­nant Cur­tis, pour prou­ver son iden­ti­té.

Mar­di 12 sep­tembre, sur le site, élus du ter­ri­toire et les ac­teurs des opé­ra­tions étaient ras­sem­blés pour le der­nier jour des fouilles.

« Nous sommes tou­chés par l’ef­fort de cha­cun. Élus, la fa­mille Fou­cault, l’An­sa et His­to­ry Flight, tous pas­sion­nés par cette re­cherche » , té­moigne le com­man­dant Ch­ris Gamble.

Pour Jean-Pierre Salles, maire de Briouze : « C’est une sa­tis­fac­tion de re­trou­ver quelques restes du lieu­te­nant. Ce­la me rap­pelle des sou­ve­nirs. L’avion s’était cra­shé à quelques cen­taines de mètres de notre mai­son. »

L’ar­chéo­logue Aga­mem­non Gus Pan­tel, dont ce n’est pas le pre­mier site fouillé en Nor­man­die, voit ici « un site par­ti­cu­lier. À chaque nou­veau livre, une his­toire », sou­rit l’homme au bé­ret noir et à la barbe blanche sur la pho­to de groupe.

Sté­phane Da­vid, membre de l’An­sa, qui a sui­vi chaque jour les fouilles, ne cache pas lui non plus son émo­tion.

« C’est l’ac­com­plis­se­ment d’une aven­ture hu­maine et col­lec­tive. Quand nous al­lons re­bou­cher les trous de­main ( N. D. L. R. mer­cre­di 13 sep­tembre), il y au­ra beau­coup d’émo­tion. Il y a un être hu­main der­rière avec une his­toire. »

Mar­di 8 sep­tembre avait lieu la clô­ture des fouilles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.