ES­PACE BOURVIL. La sai­son cultu­relle dé­marre sur les cha­peaux de roue

Le Journal d'Elbeuf - - Agglomération -

Comme chaque an­née, en sep­tembre, l’es­pace Bourvil pro­pose une soi­rée d’ouverture de la sai­son cultu­relle. Cette fois, elle s’est ou­verte avec une soi­rée ca­ba­ret bap­ti­sée « Les an­nées folles » , sa­me­di der­nier. Un voyage dans cette époque qui a été peau­fi­né jus­qu’au dé­cor, al­lant du bar d’époque au pa­no­ra­ma du Mou­lin rouge. Les cos­tumes d’époque ont per­mis de fi­na­li­ser la mise en scène et ont bou­le­ver­sé le pu­blic.

Pen­dant deux heures, la troupe a pour­sui­vi ce voyage tem­po­rel au tra­vers des chan­sons des grands ar­tistes de cette époque. Point d’orgue de la soi­rée lorsque Guillaume, un des chan­teurs de la troupe, a re­pris le titre Pour sûr, et que le pu­blic ré­pète à tue- tête la fa­meuse ré­plique de Bourvil: « Qu’est- Soi­rée guin­guette pleine de gaie­té dans la salle cau­de­bé­caise.

ce que tu dis ? » .

Ce spec­tacle théâ­tral et joyeux pro­po­sé par la troupe

Les An­drews avait tout d’un show. Com­po­sée de trois chan­teurs, trois chan­teuses et d’un or­chestre, la troupe a su amu­ser et em­por­ter son pu­blic dans les an­nées folles.

Les im­pres­sions à la fin de ce spec­tacle ont été plus que po­si­tives : « On est tou­jours heu­reux de ré­en­tendre des titres de ces an­nées, alors qu’à l’époque on n’en pou­vait plus de les en­tendre. Et quand c’est chan­té par des pro­fes­sion­nels de la chan­son, c’est tou­jours mieux ! », confesse sans ca­cher son sou­rire un spec­ta­teur.

L’évé­ne­ment, or­ga­ni­sé par le ser­vice cultu­rel de la ville de Cau­de­bec-lès-el­beuf, s’est clô­tu­ré avec un verre de l’amitié per­met­tant aux spec­ta­teurs d’être au plus proche des membres de l’or­chestre et de re­la­ter, non sans nostalgie, leurs sou­ve­nirs d’époque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.