Mé­lis­sa, boxeuse pleine d’ave­nir

Le Journal du Pays Yonnais - - Autour De L’yon - Sa­vate boxe fran­çaise : http://www.boxe-team­sb­fy. fr

Mé­lis­sa Hu­bert a 17 ans. Elle est ly­céenne et pra­tique un sport peu com­mun : la Sa­vate boxe fran­çaise. Ce sport se pra­tique avec les pieds et les poings, il se si­tue entre la boxe fran­çaise et la boxe thaï. La fé­dé­ra­tion fran­çaise comp­ta­bi­lise tout de même plus de 56 000 li­cen­ciés.

JPY : Comment êtes-vous ve­nue à la boxe fran­çaise ?

Mé­lis­sa Hu­bert : Après 4 ans d’es­ca­lade, j’avais be­soin d’un sport qui me per­met­tait plus de me dé­fou­ler. J’ai es­sayé la boxe fran­çaise au club de La Roche. Je pra­tique de­puis 4 ans. Ce sport per­met de ga­gner en sou­plesse et en en­du­rance. Je suis en ca­té­go­rie moins de 56 kg, il faut que je sur­veille mon poids tout au long de l’an­née. Ce sport forge le ca­rac­tère, dé­ve­loppe l’es­prit d’équipe, le res­pect, la confiance en soi et la so­li­da­ri­té. Ce sport me plaît, je trouve que les gestes sont har­mo­nieux.

Quelle a été votre évo­lu­tion dans ce sport ?

Au bout de 3 ans, mon en­traî­neur, Jacky Var­na­jot, m’a pro­po­sé de faire des com­pé­ti­tions. J’ai com­men­cé par des as­sauts : on doit tou­cher vite et pas fort. On fait 3 fois deux mi­nutes, on est no­té par des juges en fonc­tion de la tech­nique. En 2016, j’ai fait les cham­pion­nats de France, je suis ar­ri­vée jus­qu’en ré­gion. En­suite, j’ai par­ti­ci­pé à des in­ter­clubs. Puis, ça a été la coupe du monde des jeunes, en Bel­gique, où j’ai fi­ni deuxième. C’était une bonne ex­pé­rience. En 2017, j’ai pu pra­ti­quer des as­sauts contre des adultes, ce­la m’a bien pré­pa­rée au cham­pion­nat de France, où j’ai fait deuxième en fi­nale, contre une Mar­seillaise ex­pé­ri­men­tée. J’étais sa­tis­faite de moi, mais je n’ai pas pu al­ler aux cham­pion­nats du monde en Croa­tie.

Comment voyez-vous votre ave­nir ?

Je passe dans la ca­té­go­rie adultes. Je vais main­te­nant faire des com­bats, le but est de faire mal, voire le KO. Je suis ins­crite aux cham­pion­nats de France en as­sauts tech­niques et en com­bats. Je ne connais pas du tout, ça se­ra une pre­mière ex­pé­rience. Je me pré­pare phy­si­que­ment ré­gu­liè­re­ment et j’ap­prends à en­cais­ser les coups. Je vais dé­cou­vrir l’en­vi­ron­ne­ment, je vais tout don­ner pour al­ler le plus loin pos­sible. Je vais bien­tôt pas­ser mon Gat (Gant d’ar­gent tech­nique), le plus haut grade de boxe.

Après le Bac, je vais es­sayer de ren­trer au Staps (Sciences et tech­niques des ac­ti­vi­tés phy­siques et spor­tives), pour in­té­grer une école de ki­né­si­thé­ra­peute en­suite. Je ver­rai comment je peux com­bi­ner mes études et mon sport. Pour le mo­ment, ce n’est pas un sport ho­mo­lo­gué pour les Jeux Olympiques, mais pour 2024… ? De mon cô­té, je re­cherche des sou­tiens fi­nan­ciers du cô­té des en­tre­prises vi­com­taises ou autres, car l’équi­pe­ment et tous les dé­pla­ce­ments coûtent cher, avis aux spon­sors !

Mé­lis­sa Hu­bert, une jeune femme bien dé­ter­mi­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.