Cha­bas & Bes­son, du vé­rin haute cou­ture de­puis 70 ans

Le Journal du Pays Yonnais - - Actualités - Sté­pha­nie Hour­deau

Au Poi­ré-sur-Vie, l’en­tre­prise Cha­bas & Bes­son vient de fê­ter ses 70 ans. Une boîte qui a trou­vé sa niche, le vé­rin sur me­sure, pour se dé­mar­quer dans un mi­lieu par­ti­cu­liè­re­ment concur­ren­tiel.

Le Poi­ré-sur-Vie. 70 ans sans se dé­mo­der. L’en­tre­prise Cha­bas & Bes­son s’est fa­çon­née en se spé­cia­li­sant dans la fa­bri­ca­tion de vé­rins sur me­sure et dans la ré­pa­ra­tion. Un atout dans ce sec­teur mé­ca­nique très concur­ren­tiel. Là où ses concur­rents ont fait le choix du prê­tà-por­ter, ca­pables de mo­de­ler des vé­rins hy­drau­liques en sé­rie, Cha­bas & Bes­son a choi­si la haute cou­ture avec le ser­vice en plus. « Etre à l’écoute de nos clients, être en me­sure de ré­pondre à leurs be­soins, leurs spé­ci­fi­ci­tés, c’est ça que nous cher­chons à mettre en avant », sou­ligne Marc Bé­dère, di­ri­geant de l’en­tre­prise de­puis 2011.

Cette niche, Cha­bas & Bes­son s’y en­gouffre en 1985. Un choix ap­puyé sur un sa­voir-faire dé­ve­lop­pé de­puis 1947, an­née de créa­tion de l’en­tre­prise à Cler­mont-Fer­rand. Une époque où tout est pos­sible. L’in­gé­nieur Cha­bas s’intéresse aux tech­niques qui per­mettent de trans­mettre l’ef­fort via les ma­chines. Sa pre­mière réa­li­sa­tion est une presse à balles qui com­pacte les dé­chets, les car­tons… Avec l’aide de Louis Bes­son, il dé­ve­loppe des ate­liers de pro­duc­tion en ré­gion pa­ri­sienne, à Mon­treuil, ain­si qu’au Ca­net, dans le Var.

« Ma­ni­tou » du vé­rin

Mais l’en­vol de la so­cié­té, Cha­bas & Bes­son le doit à un autre in­dus­triel, ba­sé à An­ce­nis en Loire-At­lan­tique, Braud & Fau­cheux, père du cha­riot élé­va­teur Ma­ni­tou. « C’est Louis Bes­son qui va dé­ve­lop­per avec Braud & Fau­cheux cet en­gin de ma­nu­ten­tion. En fait, Bes­son a eu l’idée de trans­for­mer un trac­teur agri­cole en le re­tour­nant », confie Marc Bé­dère.

Ce cha­riot va faire les belles an­nées de Cha­bas & Bes­son. « C’était un client fi­dèle qui re­pré­sen­tait 80 % du mar­ché de l’en­tre­prise ». Une belle his­toire qui ne va pas pou­voir du­rer, mal­heu­reu­se­ment. Le Ma­ni­tou est vic­time de son suc­cès et Cha­bas & Bes­son n’est alors plus en ca­pa­ci­té de ré­pondre à la pro­duc­tion.

Sur-me­sure et deuxième vie

Après un re­dres­se­ment en 1990, Cha­bas & Bes­son re­lève le men­ton grâce au ra­chat par la Ser­ta, te­nue par le Ven­déen Jacques Au­du­reau.

Une nou­velle vie com­mence alors en Ven­dée, au Poi­ré-sur­Vie. Aux cô­tés des vé­rins de sé­rie de la Ser­ta, Cha­bas & Bes­son sort du lot grâce au sur-me­sure et la ré­pa­ra­tion, « car tous les vé­rins peuvent être sau­vés et avoir une deuxième vie », as­sure Marc Bé­dère. En 2005, elle ra­chète l’en­tre­prise Merle, ba­sée à La Ro­chelle, connue pour of­frir une deuxième vie aux vé­rins. Et intéresse de mul­tiples sec­teurs comme l’in­dus­trie lourde, la si­dé­rur­gie, les bar­rages, les écluses, le gé­nie ci­vil, les Tra­vaux pu­blics, le nu­cléaire… C’est, par exemple, Cha­bas & Bes­son qui a li­vré tous les vé­rins du der­nier sar­co­phage de Tcher­no­byl, dé­fi­ni­ti­ve­ment fer­mé en avril der­nier. Une chance, celle de ne pas être trop tri­bu­taire du sec­teur pé­tro­lier, en crise en 2016, et qui a contraint cer­taines en­tre­prises à cla­quer la porte.

Cha­bas & Bes­son ne fait donc pas son âge. La haute cou­ture n’aime pas les rides. Et quand il s’agit de souf­fler les bou­gies, l’en­tre­prise ge­nôte pré­fère or­ga­ni­ser une jour­née spé­ciale en in­vi­tant, mar­di 21 no­vembre, ses clients. « L’oc­ca­sion pour nous de leur mon­trer de l’at­ten­tion, d’être à leur dis­po­si­tion et de mon­trer notre sa­voir-faire », conclut le di­ri­geant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.