Ré­ac­tion à l’éco­taxe corse

Le Monde du Camping-Car - - COURRIER DES LECTEURS - Pe­ter Kos­ter (Pays-Bas)

Notre lec­teur néer­lan­dais adresse une lettre ou­verte à Ma­dame Ma­rie-An­toi­nette Mau­per­tuis, membre du con­seil exé­cu­tif de l’As­sem­blée de la Corse.

Cam­ping-ca­riste et amou­reux de la Corse, j’ai lu l’ar­ticle de Cor­se­ne­tin­fos (http://www.cor­se­ne­tin­fos.cor­si­ca/Cam­pin g-cars-La-CTC-adopte-le-prin­cipe-d-unee­co­taxe-pour-in­ci­ter-a-un-com­por­te­ment­ver­tueux_a28572.html) et vos pro­pos liés à une éco­taxe pour les cam­ping-ca­ristes. Quelques re­marques avant tout : j’ai honte quand il y a des cam­ping-ca­ristes qui laissent les déchets (et d’autres choses) sur leur en­droit de nuit. Mais quand même, la ma­jo­ri­té des cam­ping-ca­ristes sont des gens hon­nêtes comme vous et moi. La plu­part ne font pas de cam­ping sau­vage, mais sta­tionnent sur un par­king : ils garent leur cam­ping-car, ils dorment de­dans et ils pour­suivent leur route le jour pro­chain. C’est par­fai­te­ment lé­gal. Leurs vé­hi­cules sont faits pour ça. Même sans au­cune aire dé­diée (comme il en existe sur le conti­nent), on peut très bien res­ter en de­hors des cam­pings pour deux ou trois jours. Alors, pour­quoi les cam­ping-ca­ristes ne veulent-ils pas faire la nui­tée sur les cam­pings ?

On en n’a pas be­soin et on ne veut pas payer pour des ser­vices que l’on pos­sède chez soi. 2 - En été, la ma­jo­ri­té des cam­pings sont com­plets avec des tou­ristes qui ont ré­ser­vé. Nous, nous fai­sons notre plan de route au jour le jour et il peut tou­jours chan­ger.

Nous n’ai­mons pas les règles des cam­pings nous obli­geant d’ar­ri­ver pen­dant les heures d’ou­ver­ture de la ré­cep­tion et de par­tir avant 11 h ou mi­di. La Corse a d’ores et dé­jà la ré­pu­ta­tion d’être hos­tile aux cam­ping-ca­ristes. Le manque d’in­fra­struc­tures dé­diées, les ru­meurs de cam­ping-cars caillou­tés par les Corses… De l’autre co­té, le mar­ché des cam­ping-cars est en forte crois­sance. Vous êtes pré­si­dente de l’Agence de Tou­risme de la Corse : vou­lez-vous perdre ce mar­ché ? C’est vrai que nous ne vou­lons pas payer pour le luxe des cam­pings, mais nous aus­si nous dé­pen­sons notre ar­gent chez vous : dans les res­tau­rants, les su­per­mar­chés, les sta­tions d’es­sence et tout ça. Vou­lez­vous vrai­ment un sys­tème de dé­penses obli­ga­toires, comme au­tre­fois en Eu­rope de l’Est ? Il vau­drait mieux tra­vailler sur un ré­seau d’aires de ser­vices, là où les cam­ping-cars ne posent pas de pro­blèmes. Et là je vou­drais bien payer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.