Les li­mites du de­si­gn

Le Monde du Camping-Car - - FOCUS -

Sur un mar­ché à forte concur­rence, le de­si­gn de car­ros­se­rie est le meilleur moyen pour les construc­teurs de vé­hi­cules de loi­sirs de se dé­mar­quer. La li­ber­té de créa­tion est li­mi­tée par les di­men­sions, les­quelles sont fixées par une dis­po­si­tion tech­nique du code de la route. La lon­gueur ne doit pas ex­cé­der 12 m, pour des vé­hi­cules à deux ou trois es­sieux, et la lar­geur maxi est fixée à 2,55 m. La hau­teur, lais­sée à la libre ap­pré­cia­tion des construc­teurs, est dé­ter­mi­née de ma­nière à per­mettre aux vé­hi­cules de pas­ser sous un maxi­mum d’ou­vrages d’art. Le PTAC est, dans une moindre me­sure, un élé­ment pris en compte dans le de­si­gn. Il est im­por­tant pour la cir­cu­la­tion et ce­lui de nos deux vé­hi­cules leur per­met d’évo­luer sur un maxi­mum de routes fran­çaises et eu­ro­péennes.

mo­ment de la concep­tion des lignes du vé­hi­cule. Dans le cas du li­ner, ils se plient à l’exer­cice par­ti­cu­lier de la re­cons­truc­tion com­plète du poste de conduite. En­fin, le de­si­gn doit s’adap­ter au châs­sis, qui porte la car­ros­se­rie et ga­ran­tit la pé­ren­ni­té de la struc­ture. Tous ces cri­tères sont pris en compte par les de­si­gners au mo­ment de la concep­tion de la car­ros­se­rie, à des de­grés di­vers. Et le trait de crayon au­ra des courbes dif­fé­rentes s’il est des­ti­né à un li­ner comme l’Em­pire de Mo­re­lo ou au pro­fi­lé Smove de Nies­mann + Bi­schoff. Sur un mar­ché à forte concur­rence, les construc­teurs marquent leur dif­fé­rence par les lignes de car­ros­se­rie de leurs vé­hi­cules. Le seg­ment du li­ner offre aux de­si­gners un ter­rain d’ex­pres­sion plus com­plet, par rap­port à un pro­fi­lé. Dans les deux cas, les de­si­gners s’ins­pirent du po­si­tion­ne­ment mar­ke­ting du vé­hi­cule : le haut de gamme dans la ca­té­go­rie li­ner pour Mo­re­lo et le haut de gamme sur un seg­ment de mar­ché in­édit, ce­lui du pro­fi­lé ver­sion li­ner. Les lignes gé­né­rales de la car­ros­se­rie se­ront sta­tu­taires pour l’Em­pire, jeunes et dy­na­miques pour le Smove. Tou­te­fois, à l’ins­tar de l’au­to­mo­bile, les construc­teurs de cam­ping-cars ins­crivent leurs vé­hi­cules dans une lo­gique d’iden­ti­té vi­suelle de la marque. Elle doit être pré­sente sur tous les vé­hi­cules du ca­ta­logue, les de­si­gners étant char­gés de l’in­clure dans leur pro­jet. La sig na­ture v isuelle d’un cam­ping-car est due en grande par­tie aux lignes ex­clu­sives de la ca­landre, à la­quelle re­vient la mis­sion de re­layer l’iden­ti­té vi­suelle de la marque. Celle de l’Em­pire de Mo­re­lo s’im­pose na­tu­rel­le­ment par ses ai­lettes mo­nu­men­tales, as­sem­blées en ordre ri­gou­reux. En outre cette ca­landre as­sure un juste équi­libre avec le pare-brise. De son cô­té, le Smove com­pose avec les lignes du Du­ca­to, un ha­bile coup de crayon ayant mé­ta­mor­pho­sé sa ca­landre en une pièce ar­tis­tique au ser­vice de la ligne du vé­hi­cule. Le tra­vail des de­si­gners se pro­longe au-des­sus du pare-brise, ce qui lui donne un sta­tut à part sur le seg­ment des pro­fi­lés, créant ain­si un nou­veau seg­ment, ce­lui du “pro­fi­lé li­ner”. Loin des stan­dards de cas­quette de pro­fi­lé, les de­si­gners im­posent une nou­velle forme. Plus dy­na­mique et plus fluide, elle est la jonc­tion par­faite entre le pare-brise et le toit. La mé­ta­mor­phose de la ca­bine du por­teur ne s’ar­rête pas là. Pour réa­li­ser une liai­son ver­ti­cale har­mo­nieuse entre la ca­bine et la cel­lule, les mon­tants ver­ti­caux d’ori­gine laissent la place à des élé­ments pro­fi­lés réa­li­sés sur me­sure en pan­neaux sand­wichs, qui ré­duisent la prise au vent. Pour com­plé­ter l’en­semble, les portes sont ha­billées d’élé­ments mou­lés qui as­surent une conti­nui­té entre la par­tie basse de la face avant du por­teur et la cel­lule. La pré­sen­ta­tion de la face ar r ière est aus­si un moyen pour les construc­teurs de por­ter les va­leurs de leur marque. L’Em­pire de Mo­re­lo af­fiche un ap­pen­dice dis­tinc­tif bien en évi­dence en haut de sa face ar r ière. Il se pré­sente comme un rap­pel des lignes de la ca­landre. Le Smove joue en­core plus l’es­prit de fa­mille. Sa face ar r ière s’ins­cr it en filiation di­recte avec celle de la gamme Ar­to dont elle re­prend les grandes lignes.

Un toit dé­cais­sé

Pour le toit, les de­si­gners des deux marques ont re­cours à une so­lu­tion éprou­vée avec un toit dé­cais­sé. Le haut de la face avant étant pla­cé au-des­sus, il agit comme un dé­flec­teur. Ain­si, l’air passe pra­ti­que­ment au-des­sus des équi­pe­ments do­mes­tiques comme le lan­ter­neau ou en­core les équi­pe­ments de confort comme la cli­ma­ti­sa­tion de toit, l’an­tenne sa­tel­lite et les pan­neaux so­laires. La face ar­rière re­prend le même pro­cé­dé, ce qui fa­vo­rise l’écou­le­ment de l’air. Avec moins de ré­sis­tance au vent, le vé­hi­cule consomme moins de car­bu­rant. Grâce à

La ligne es­thé­tique de la car­ros­se­rie de l’Em­pire est struc­tu­rée à par­tir de la face avant. On y re­trouve l’iden­ti­té vi­suelle de la marque, no­tam­ment sur la ca­landre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.