Ani­maux :

les « NAC » au cam­ping

Le Monde du Plein Air - - EDITORIAL / SOMMAIRE - Par C. His. Pho­tos San­daya / DR

A poils, à plumes, ou à écailles, les NAC – « nou­veaux ani­maux de com­pa­gnie » – se­raient en­vi­ron 6 mil­lions dans l’Hexa­gone, avec une grande ma­jo­ri­té de pe­tits mam­mi­fères, 4 mil­lions de la­pins nains, ger­billes, fu­rets, ham­sters… Mais est-ce tou­jours pos­sible de sé­jour­ner avec ces pe­tites boules de poils au cam­ping ? Qu’en pensent les spé­cia­listes ?

Phé­no­mène de mode, ef­fet coup de coeur au cinéma avec « Ra­ta­touille » ou tout sim­ple­ment pas­sion pour ces pe­tites pe bêtes… Les rai­sons sont mul­tiples, qui poussent cer­tains de nos conci­toyens à s’éprendre d’un ca­ca­toès voire d’une my­gale, quand il ne s’agit pas d’un ser­pent ou plus sim­ple­ment d’un la­pin nain. Le NAC est un ani­mal qui aux ori­gines n’était pas des­ti­né à vivre avec l’hu­main. On y re­trouve les ani­maux de rente (la­pins, poules…), les ani­maux sau­vages (écu­reuils, oc­to­dons, rep­tiles, arach­nides, am­phi­biens) et les dits nui­sibles (rats, sou­ris…). Comme le sou­ligne jus­te­ment Mu­riel Che­va­lier, pré­si­dente des Fu­fus de l’Ouest, le fu­ret n’en fait pas par­tie. « Le fu­ret par­tage la même his­toire que celle de l’homme et du chien, à la dif­fé­rence que ce­lui-ci ne peut sur­vivre seul.

Cette ap­pel­la­tion de NAC vien­drait alors des vé­té­ri­naires qui ne les soignent que de­puis une tren­taine d’an­nées. » Ce­ci ex­plique le fait que cer­tains cam­pings se voient dans l’obli­ga­tion de les in­ter­dire : « ani­maux ac­cep­tés sauf NAC » peut-on par­fois voir à l’en­trée des cam­pings. En ef­fet, peu de cam­peurs sont dis­po­sés à sé­jour­ner près d’un voi­sin ram­pant, ou à se re­trou­ver « nez à truffe » avec un fu­ret échap­pé. Il faut dire que ces pe­tites bêtes ont l’art de se fau­fi­ler par­tout…

De­man­der au cam­ping avant de par­tir

Au mo­ment de ré­ser­ver, contac­tez le cam­ping pour sa­voir s’il est pos­sible de ve­nir avec un NAC. Une ex­pli­ca­tion peut par­fois suf­fire pour le­ver cer­taines res­tric­tions, no­tam­ment s’il s’agit d’un la­pin nain. Une vi­site chez votre vé­té­ri­naire s’im­pose comme

pour n’im­porte quel ani­mal de com­pa­gnie. Le Doc­teur Mé­la­nie Co­quelle, vé­té­ri­naire spé­cia­liste NAC rap­pelle par exemple : « Pour le la­pin, un vac­cin contre la myxo­ma­tose est vi­ve­ment conseillé. Ain­si que l’ap­pli­ca­tion d’un an­ti­pa­ra­si­taire ex­terne adap­té pour évi­ter toute conta­mi­na­tion avec les puces du chat, friandes du poil de la­pin. Et bien évi­dem­ment, il vous fau­dra faire iden­ti­fier votre pe­tit com­pa­gnon, obli­ga­tion faite de­puis 2012 pour voya­ger en France ». Si vous pas­sez les fron­tières, vous de­vrez lui faire éta­blir un pas­se­port sa­ni­taire et dans cer­tains cas, un vac­cin contre la rage est exi­gé (voir les in­fos sur www.ani­vet­voyage.com).

Contrôle à bord

Votre ca­ra­vane doit être en­tiè­re­ment sé­cu­ri­sée pour que l’ani­mal ne puisse s’échap­per. Les sys­tèmes de ven­ti­la­tion et de chauf­fage à air pul­sé offrent à ces pe­tites bêtes des idées d’ex­plo­ra­tion… et de nou­velles oc­ca­sions de se bles­ser. Mu­riel Che­va­lier des Fu­fus de l’Ouest ajoute ce point de dé­tail : « Le ré­fri­gé­ra­teur en­cas­tré avec une aé­ra­tion en fa­çade est un bon point d’en­trée pour le fu­ret ». Une vé­ri­fi­ca­tion iden­tique s’im­pose si vous louez un mo­bil-home. En re­vanche, la tente est for­te­ment dé­con­seillée, pour les trop grands risques qu’elle pour­rait en­gen­drer aus­si bien en ma­tière d’iso­la­tion ther­mique in­suf­fi­sante que d’ab­sence to­tale de sé­cu­ri­té car c’est une vraie pas­soire…

Voyage : at­ten­tion « chaud » de­vant !

Un en­ne­mi com­mun à tous ces pe­tits mam­mi­fères : la cha­leur, in­dé­pen­dam­ment du stress dont ils peuvent faire l’ob­jet. Des tem­pé­ra­tures su­pé­rieures à 25 °C peuvent leur être fa­tales ou pro­vo­quer des com­pli­ca­tions du type gêne res­pi­ra­toire chez le la­pin. Pré­voyez des moyens de ra­fraî­chis­se­ment adap­tés : stores, cli­ma­ti­sa­tion non di­ri-

gée vers l’ani­mal, bi­be­rons d’eau fraîche à dis­po­si­tion et ser­viettes hu­mides pla­cées sur et dans la cage de trans­port. Gwe­naëlle Ber­nard, au­teure du site « La dure vie d’un la­pin » pro­pose de « va­po­ri­ser ré­gu­liè­re­ment avec de l’eau la four­rure de l’ani­mal à l’abri des cou­rants d’air ». Pour le choix de sa cage op­tez pour un mo­dèle de pe­tite taille : « Pour les pe­tits mam­mi­fères comme le la­pin, qui vit, à l’état na­tu­rel, dans un ter­rier, il vaut mieux op­ter pour un en­droit plu­tôt fer­mé, li­mi­té et plus ras­su­rant » rap­pelle le Doc­teur Vé­ro­nique Men­tré, spé­cia­liste eu­ro­péenne des pe­tits mam­mi­fères. Pour le fu­ret, un conseil avi­sé : l’in­ter­valle entre les bar­reaux ne doit pas ex­cé­der 2,5 cm sous peine de le re­trou­ver à l’ex­té­rieur. Et pré­voir une sur­face qui lui per­mette de s’éti­rer de tout son long… Une cage de trans­port se doit donc d’être sé­cu­ri­sée, ré­sis­tante aux chocs et amé­na­gée avec un es­pace re­pos confor­table mais pas trop chaud. Mu­riel Che­va­lier par­tage ce point : « pour leur cou­chage, évi­tez les po­laires et la laine, et pré­fé­rez le co­ton ou le lin pour leur ef­fet ther­mo ré­gu­la­teur. Sus­pen­dez éga­le­ment un ha­mac où l’ani­mal pour­ra se pré­las­ser pen­dant les ar­rêts dé­tente ». En­fin ha­bi­tuez pro­gres­si­ve­ment vos nou­veaux pe­tits com­pa­gnons à ce nou­vel es­pace de vie…

Pause sa­lade

Autre moyen de les ra­fraî­chir et de les oc­cu­per, outre leurs jou­joux fa­vo­ris, pour les ron­geurs don­nez-leur à gri­gno­ter : pommes, concombres, sa­lade pour une hy­dra­ta­tion ré­gu­lière. Si ce­la ne suf­fit pas de­man­dez conseil à votre vé­té­ri­naire, il existe des com­plé­ments ali­men­taires na­tu­rels très ef­fi­caces pour lut­ter contre le stress. Mu­riel Che­va­lier des Fu­fus de L’Ouest in­siste sur ce point : « Un fu­ret stres­sé et peu­reux peut de­ve­nir ano­rexique, avoir des diar­rhées qui, si non trai­tées à temps par un vé­té­ri­naire com­pé­tent, peuvent s’avé­rer ir­ré­ver­sibles ». Deux conseils en­core, té­lé­char­gez gra­tui­te­ment l’ap­pli SOS PETS pour connaître le vé­té­ri­naire le plus proche et em­por­tez le car­net de san­té de l’ani­mal. Sur la route, toutes les deux heures, pré­voyez une pause dé­tente ! Si votre pe­tit com­pa­gnon est dé­jà ha­bi­tué à mar­cher en laisse, une ba­lade au grand air avec un har­nais bien ajus­té se­ra vi­ve­ment ap­pré­ciée.

Ar­ri­vés à des­ti­na­tion…

Pen­dant votre ins­tal­la­tion au cam­ping, sor­tez l’ani­mal de sa cage de trans­port et pla­cez-le dans celle ré­ser­vée à son sé­jour. Si la mé­téo le per­met, et uni­que­ment sous sur­veillance (car ils creusent très vite des ter­riers voire des tun­nels…), vous pou­vez éga­le­ment le pla­cer dans son parc ou en­clos sur l’herbe ex­clu­si­ve­ment, à l’ombre et bien à l’abri des pré­da­teurs po­ten­tiels. Ne l’ins­tal­lez ja­mais sur du dal­lage ou du gou­dron, en par­ti­cu­lier quand il fait chaud. Cer­taines es­pèces comme les fu­rets ap­pré­ciant l’eau, vous pour­rez leur ajou­ter une grande bas­sine d’eau ou pis­cine pri­vée à de­meure !

Un parc sé­cu­ri­sé pour vos la­pins. Mais ne les lais­sez pas sans sur­veillance. A gauche, un sac de trans­port pour fu­rets chez Op­ti­na.com

Même les fu­rets ont droit à leur mo­ment de dé­tente ! Des ha­macs sont en vente chez Ani­ma­lis .com et Wa­ni­mo.com

Le foin com­pres­sé na­tu­rel prend moins de place et gé­nère moins de pous­sière. 16,76 eu­ros les 450 g chez Op­ti­nac-shop.com Exemples de cages de trans­port en vente chez Ani­ma­lis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.