LA CHINE S’EST ÉVEILLÉE

‘Une cein­ture, une route’

Le Nouvel Economiste - - La Une - PHI­LIPPE BAR­RET

La Chine mul­ti­plie les ini­tia­tives au­tour de son pro­jet One Belt, One Road – “une cein­ture, une route” –, vi­sant au dé­ve­lop­pe­ment des échanges avec l’Asie du sud et de l’ouest, l’Eu­rope et l’Afrique. D’un côté, à New York, au siège de l’ONU, s’est te­nue, du 8 au 12 mai, une ex­po­si­tion de pho­to­gra­phies sur les pays tra­ver­sés par cette cein­ture et cette route. Il s’agis­sait de mettre en va­leur les ac­quis de la co­opé­ra­tion de la Chine avec ces pays. De l’autre, les 14 et 15 mai, c’est une grande réunion in­ter­na­tio­nale te­nue à Pé­kin au­tour de la cein­ture éco­no­mique de la route de la soie et de la route ma­ri­time de la soie du XXIe siècle, avec l’am­bi­tion de construire un ré­seau com­mer­cial et d’in­fra­struc­tures re­liant l’Asie à l’Eu­rope et à l’Afrique, et de re­vi­ta­li­ser les liens com­mer­ciaux avec tous les pays des an­ciennes routes de la soie : plus de 1 500 dé­lé­gués, di­ri­geants et ex­perts,p ve­nant de 130 pays, 28 chefs d’État et de­gou­verg ne­ment, des chefs d’en­tre­prise, des re­pré­sen­tants d’ins­ti­tu­tions fi­nan­cières, des so­cié­tés mé­dia­tiques, des or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales. Les dis­cus­sions ont por­té sur huit ques­tions : la construc­tion d’in­fra­struc­tures, les in­ves­tis­se­ments in­dus­triels, la co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale, les res­sources éner­gé­tiques, la co­opé­ra­tion fi­nan­cière, les échanges cultu­rels, l’en­vi­ron­ne­ment et la co­opé­ra­tion ma­ri­time. Sur la seule ques­tion de la construc­tion d’in­fra­struc­tures, une cin­quan­taine d’ac­cords ont été si­gnés. Car il ne s’agit pas seule­ment d’échan­ger des idées, mais aus­si de conclure des ac­cords in­ter­na­tio­naux.

La route de la crois­sance

“Une cein­ture, une route”, c’est pour la Chine un im­por­tant as­pect de la mon­dia­li­sa­tion dont la Chine bé­né­fi­cie et dont d’autres na­tions peuvent aus­si pro­fi­ter. De 2014 à 2016, le com­merce entre la Chine et les pays de la “cein­ture” et de la “route” a at­teint 2 900 mil­liards de dol­lars, en­re­gis­trant une crois­sance net­te­ment su­pé­rieure à la moyenne mon­diale. Dans vingt de ces pays, la Chine a éta­bli 56 zones de co­opé­ra­tion éco­no­mique cou­vrant la pro­duc­tion, l’uti­li­sa­tion des res­sources, l’agri­cul­ture, la lo­gis­tique com­mer­ciale, la re­cherche et le dé­ve­lop­pe­ment. Dans ces pays, la Chine compte onze zones de libre-échange, soit la moi­tié de ses zones de li­breé­change dans des pays étran­gers. “Une cein­ture, une route”, c’est aus­si, pour la Chine, un moyen de com­battre les ten­ta­tions pro­tec­tion­nistes qui se ma­ni­festent ici et là dans le monde, et d’in­jec­ter une nou­velle vi­ta­li­té dans l’éco­no­mie mon­diale. Le tou­risme même est invoqué comme un élé­ment fa­vo­rable à la construc­tion de cette nou­velle route de la soie. Le nombre des tou­ristes chinois qui voya­ge­ront dans les pays de cette route au cours de l’ac­tuel plan quin­quen­nal (2016-2020) de­vrait être de 150 mil­lions ; ils y dé­pen­se­ront 200 mil­liards de dol­lars. Les tou­ristes ve­nant de ces pays en Chine de­vraient être au nombre de 85 mil­lions et dé­pen­ser, en Chine, 110 mil­liards de dol­lars.

“Une cein­ture, une route”, c’est aus­si, pour la Chine un moyen de com­battre

les ten­ta­tions pro­tec­tion­nistes qui

se ma­ni­festent ici et là dans le monde,

et d’in­jec­ter une nou­velle vi­ta­li­té dans l’éco­no­mie mon­diale

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.