Art de vivre & Golf

À l’ap­proche de la Ry­der Cup, des ini­tia­tives fleu­rissent pour ra­jeu­nir la pra­tique du golf en France et pé­ren­ni­ser ce sport

Le Nouvel Économiste - - LA UNE - SO­PHIE SEBIROT

Greens cherchent jeunes pousses

Alors que la Ry­der Cup dé­bute dans un mois, les ini­tia­tives pu­bliques comme privées se mul­ti­plient pour ra­jeu­nir la pra­tique du golf et at­ti­rer de nou­veaux pra­ti­quants. Une ma­nière de lut­ter contre les a prio­ri qui en­tourent ce sport, consi­dé­ré comme éli­tiste, cher et ré­ser­vé es­sen­tiel­le­ment aux re­trai­tés. En un mot, de dé­pous­sié­rer quelque peu son image. “L’image du golf est un obs­tacle à sa pra­tique”,

s’agace Laurent Bois­son­nas, di­rec­teur gé­né­ral d’Open Golf Club, qui ajoute: “c’est un fan­tasme que de pen­ser que le golf est cher : les dé­bu­tants peuvent ache­ter une de­mi-sé­rie de golfs (7 clubs) pour 100 eu­ros ; les kits pour en­fants coûtent 50 eu­ros et l’ac­cès à un prac­tice re­vient à 10-15 eu­ros l’heure”.

Des ini­tia­tives bien­ve­nues dans un

contexte de sta­gna­tion du nombre de li­cen­ciés, et sur­tout de vieillis­se­ment des gol­feurs. “La po­pu­la­tion de gol­feurs vieillit. La courbe dé­mo­gra­phique du golf res­semble à la coupe de la Ry­der Cup, large en haut et de plus en plus fine à la base. 70 % des gol­feurs sont des gol­feurs oc­ca­sion­nels et sur­tout de plus en plus oc­ca­sion­nels. Si l’on ne crée plus de gol­feurs, il n’y en au­ra

plus”, fait re­mar­quer Ma­nuel Bio­ta, Pdg du réseau Blue­green. “60 % des gol­feurs sont des re­trai­tés”, ren­ché­rit

Alain Jean­jean, Pdg du réseau Gol­fy.

“L’âge moyen d’un gol­feur aug­mente de 6 mois tous les ans. Il est au­jourd’hui de 52 ans, alors qu’il était de 46 ans il y a 10 ans”, note Laurent Bois­son­nas. Et d’ajou­ter: “Il existe un be­soin de re­dy­na­mi­ser la pra­tique du golf, que ce soit pour les golfs as­so­cia­tifs ou les golfs com­mer­ciaux”.

Dé­sa­cra­li­ser le golf

Un constat par­ta­gé par Ch­ris­tophe Mu­nie­sa, di­rec­teur exé­cu­tif de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de golf (ff­golf) : “l’en­jeu est de mo­di­fier l’image du golf en France : 1 % des Fran­çais jouent au golf, alors que dans d’autres pays le taux de pé­né­tra­tion est de 10 %. Il existe un re­tard his­to­rique en France, où l’on pense encore que le golf est ré­ser­vé à une aris­to­cra­tie spor­tive”. Ce der­nier es­père que l’ac­cueil de la Ry­der Cup per­met­tra de chan­ger l’image du golf au­près du grand pu­blic et d’en faire si­non un sport de masse, du moins un sport po­pu­laire. “Le golf peut être en­thou­sias­mant. Sur une com­pé­ti­tion de golf, ça crie comme dans un stade de foot”, ajoute-t-il. “Dé­sa­cra­li­ser le golf consti­tue un en­jeu ma­jeur pour la fi­lière. Il est es­sen­tiel de faire com­prendre que l’on peut s’amu­ser en pra­ti­quant le golf. C’est un chan­tier de fond qui com­porte énor­mé­ment de fa­cettes. Il se­rait sou­hai­table que les dif­fé­rents in­ter­ve­nants se co­or­donnent dans l’in­té­rêt gé­né­ral”, es­time Laurent

Bois­son­nas.

Al­lé­ger, dé­mys­ti­fier

Tout ama­teur de green sait qu’il faut entre 4 et 5 heures pour faire un 18 trous. Dans un monde où tout va de plus en plus vite, ce manque de temps de­vient un frein à la pra­tique “Dé­sa­cra­li­ser le golf consti­tue un en­jeu ma­jeur pour la fi­lière. C’est un chan­tier de fond qui com­porte énor­mé­ment de fa­cettes. Il se­rait sou­hai­table que les dif­fé­rents in­ter­ve­nants se co­or­donnent

dans l’in­té­rêt gé­né­ral.” Laurent Bois­son­nas, Open Golf Club.

L’en­jeu est de mo­di­fier l’image du golf en France : 1 % des Fran­çais jouent au golf, alors que dans d’autres pays le taux de pé­né­tra­tion est de 10 %. Il existe un re­tard his­to­rique en France, où l’on pense que le golf est ré­ser­vé à une sorte d’aris­to­cra­tie spor­tive

Par­cours plus courts et plus adap­tés au mode de vie ac­tuel, nou­velles fa­çons de jouer plus convi­viales et plus lu­diques, ac­tions en fa­veur des en­fants et des sco­laires… La vo­lon­té de nom­breux ac­teurs, pu­blics comme pri­vés, de la fi­lière golf, sti­mu­lée par l’or­ga­ni­sa­tion de la Ry­der Cup en France en sep­tembre, peut per­mettre à ce sport, vic­time de nom­breux pré­ju­gés, de prendre un nou­veau dé­part en ren­dant son ac­cès plus fa­cile et sur­tout en at­ti­rant de nou­veaux joueurs. Une né­ces­si­té pour pé­ren­ni­ser le golf dont l’âge des joueurs ne cesse d’aug­men­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.