“Le grand chan­ge­ment est de ce­lui de la tem­po­ra­li­té”

Le Nouvel Économiste - - A LA UNE -

L’im­pact du di­gi­tal sur la pro­duc­tion de l’in­for­ma­tion?

Le grand chan­ge­ment est de ce­lui de la tem­po­ra­li­té. Ja­dis, les ré­dac­tions étaient struc­tu­rées au­tour d’un bou­clage. Avec le di­gi­tal, nous sommes or­ga­ni­sés pour pro­duire de l’in­for­ma­tion en conti­nu. Il a fal­lu nous mettre en po­si­tion de pu­blier cette in­for­ma­tion tout le temps sur tous les sup­ports. Nous sommes ain­si pas­sés d’une or­ga­ni­sa­tion par ser­vices à une struc­tu­ra­tion par tranche ho­raire. Les bases du mé­tier res­tent les mêmes. Il y au­ra tou­jours des grands pa­piers né­ces­si­tant plu­sieurs jours ou se­maines d’en­quête, avec des dé­pla­ce­ments et du re­por­tage. Néan­moins, le di­gi­tal offre des moyens d’ac­cé­der à l’in­for­ma­tion sans né­ces­sai­re­ment bou­ger de son bureau, c’est no­tam­ment le cas avec le da­ta-jour­na­lisme. Pa­ral­lè­le­ment, le nu­mé­rique a aus­si fait évo­luer les conte­nus pu­bliés sur nos jour­naux im­pri­més. Per­sonne n’ap­prend plus une in­for­ma­tion brute ou un fait en ou­vrant son jour­nal pa­pier. Les chaînes d’info en conti­nu, les ré­seaux so­ciaux, les alertes sur smart­phone in­forment dé­sor­mais le pu­blic tout au long de la jour­née. Un jour­nal comme ‘Le Fi­ga­ro’ pro­pose da­van­tage d’ar­ticles d’ana­lyse et de ré­flexion et bien moins qu’au­tre­fois des pa­piers pu­re­ment fac­tuels.

L’or­ga­ni­sa­tion des ré­dac­tions ?

Dans la plu­part des jour­naux, les ré­dac­tions pa­pier et nu­mé­rique sont dé­sor­mais unies. C’est le cas au Fi­ga­ro où il n’y a qu’une seule ré­dac­tion. À l’in­té­rieur, il y a un noyau d’une cen­taine de jour­na­listes qui tra­vaille ma­jo­ri­tai­re­ment pour les sup­ports di­gi­taux. C’est un sys­tème dit de “desk” or­ga­ni­sé pour cou­vrir l’info 20 heures sur 24. Il y a un ré­dac­teur en chef qui pi­lote le site, des chefs d’édi­tion qui com­mandent des pa­piers, des ré­dac­teurs po­ly­va­lents, des char­gés d’édi­tion qui éditent les ar­ticles et font at­ten­tion aux pho­tos, liens, vidéos… et des com­mu­ni­ty ma­na­gers pour faire vivre les pa­piers dans les éco­sys­tèmes di­gi­taux. En­suite, nous comp­tons en­vi­ron 400 jour­na­listes bi-mé­dia qui tra­vaillent pour le print comme pour le web, mais qui res­tent or­ga­ni­sés par ser­vices et donc spé­cia­li­sés en po­li­tique, ma­cro et mi­croé­co­no­mie, culture ou sport… Cette grande et unique ré­dac­tion est or­ga­ni­sée en “heat map” : plus un su­jet est chaud, plus il est au centre de la ré­dac­tion dans un coeur très di­gi­tal. Tout au­tour col­la­borent les ser­vices et les jour­na­listes spé­cia­li­sés du Fi­ga­ro. Le nu­mé­rique a aus­si ou­vert nos ré­dac­tions à de nou­veaux mé­tiers: le com­mu­ni­ty ma­na­ge­ment, le jour­na­lisme de don­nées, les sto­ries, l’ani­ma­tion en pla­teau de talk…

Les prin­ci­paux en­jeux de la pro­duc­tion de l’in­for­ma­tion pour les an­nées à ve­nir ?

Un mé­dia c’est un double pa­ri: d’abord créer de l’au­dience à par­tir de conte­nus de qua­li­té, en­suite mo­né­ti­ser cette au­dience pour fa­bri­quer à nou­veau des conte­nus de qua­li­té. Sur du pa­pier, du web, des ré­seaux so­ciaux, de la vi­déo, nous avons prou­vé que nous sa­vions édi­ter de l’in­for­ma­tion. D’ailleurs, nous gé­né­rons des au­diences mas­sives. Ja­mais nous n’avions ima­gi­né dans nos bu­si­ness plans at­teindre 20 mil­lions de lec­teurs par mois. Nous de­vons pour­suivre la mo­né­ti­sa­tion, en par­ti­cu­lier via les abon­ne­ments. Nous avons 100 000 abon­nés nu­mé­riques, il faut conti­nuer. Cô­té conte­nus, ce­la passe par de l’en­ri­chis­se­ment. Cette se­maine, nous avons lan­cé l’édito du Fi­ga­ro en pod­cast lu par son au­teur. L’idée est de se po­si­tion­ner sur le mar­ché des en­ceintes connec­tées. Nous in­no­vons aus­si dans les ro­bots jour­na­listes : à chaque fin de match de la Coupe du monde de football, nous avons créé au­to­ma­ti­que­ment une pe­tite “sto­rie” en image avec les chiffres clés de la ren­contre. Nous in­no­vons mais tou­jours en gar­dant une grande exi­gence dans la qua­li­té de nos conte­nus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.