Il « pique » son ami avec un cou­teau : 8 mois de pri­son

Le Pays Malouin - - Saint-malo Pays De -

La fête a tour­né court entre deux amis, mar­di 15 août à Dol-de-Bre­tagne. Le pre­mier bles­sant lé­gè­re­ment l’autre au cou­teau avant de le pour­suivre jusque dans un bar. Le tri­bu­nal de Saint-Ma­lo a condam­né l’agres­seur à 12 mois de pri­son, dont quatre avec sur­sis.

« Il faut sa­voir fi­dé­li­ser sa clien­tèle si l’on veut du­rer dans le mé­tier », consi­dère An­tho­ny Mei­gnan, qui tient de­puis trois ans le bar-ta­bac Le Cha­teau­briand, à Dol-de-Bre­tagne. S’il s’y montre ai­mable, le pa­tron de bar est aus­si in­to­lé­rant à la moindre in­ci­vi­li­té, « ques­tion de sur­vie éco­no­mique pour les bars qui doivent avoir bonne ré­pu­ta­tion ». D’où sa ré­ac­tion im­mé­diate lors de l’in­ci­dent qui s’est dé­rou­lé chez lui mar­di 15 août.

Une dis­pute dé­bu­tée place Toul­lier

Ce jour-là, en toute fin d’après-mi­di, deux hommes al­coo­li­sés ar­rivent à Dol et s’ar­rêtent place Toul­lier, où une dis­pute éclate entre eux. Le pre­mier de cette paire d’amis est ori­gi­naire de Mi­niac-Mor­van, le se­cond vient d’Écosse. Dans la jour­née, ils ont pour­sui­vi une vi­rée com­men­cée deux jours plus tôt en se ren­dant à Saint-Ma­lo et chez des amis.

« Pi­qué » par un cou­teau de bou­cher

Au cours de leur dis­pute, le Fran­çais « a pi­qué » son ami « au ni­veau de l’épaule », in­forme le sub­sti­tut du pro­cu­reur Ro­nan Le Clerc. Cette bles­sure lé­gère vau­dra « trois points de su­ture et deux jours d’ITT » au com­père écos­sais. S’en­fuyant, ce der­nier re­monte la Grande rue jus­qu’au bar-ta­bac Le Cha­teau­briand, où il se ré­fu­gie. Son agres­seur, bien dé­ci­dé à en dé­coudre, l’y re­joint quelques mi­nutes plus tard. Il est re­pous­sé par le pa­tron du bar. « Avant de re­des­cendre la Grande rue, il m’a mon­tré le cou­teau de bou­cher qu’il avait sur lui », ra­conte An­tho­ny Mei­gnan qui rap­porte n’avoir pas vou­lu « le voir par­tir comme ça, de peur qu’il fasse d’autres vic­times en ville ». Le com­mer­çant l’a alors rat­tra­pé près de la mai­rie où il a réus­si à l’im­mo­bi­li­ser avec l’aide d’un pas­sant. Le maire de Dol De­nis Ra­pi­nel, qui pas­sait par là, a aus­si par­ti­ci­pé à conte­nir l’agres­seur jus­qu’à l’ar­ri­vée des gen­darmes.

Ré­con­ci­liés à l’hô­pi­tal

Entre-temps, l’ami écos­sais avait été pris en charge par les sa­peurs-pom­piers qui l’ont conduit aux ur­gences, où son agres­seur n’a pas tar­dé à le re­joindre. « Ar­ri­vés à l’hô­pi­tal de Saint-Ma­lo, les deux pro­ta­go­nistes se sont ré­con­ci­liés et se sont fait des bi­sous », ra­conte le maire De­nis Ra­pi­nel, un brin éton­né, voire amu­sé, par leur at­ti­tude. La vic­time n’a pas vou­lu dé­po­ser plainte.

« Ty­pique du dos­sier d’as­sises »

Pour­sui­vi par le par­quet pour faits de vio­lence avec arme sur la voie pu­blique, l’agres­seur - qui a re­con­nu les faits - a com­pa­ru de­vant le tri­bu­nal de SaintMa­lo. Ces faits, même si leurs consé­quences sont au­jourd’hui bé­nignes, re­pré­sentent « la confi­gu­ra­tion ty­pique du dos­sier d’as­sises », sou­ligne Ro­nan Le Clerc. « C’est le pro­cès de l’al­cool, de la bê­tise et de l’ad­dic­tion. » Le pré­ve­nu a été condam­né à douze mois de pri­son dont quatre avec sur­sis et mise à l’épreuve de deux ans. Outre l’obli­ga­tion de soins et de travail, il lui est in­ter­dit de fré­quen­ter les dé­bits de bois­sons et de dé­te­nir une arme du­rant les deux pro­chaines an­nées.

Nan­cy FAUCON avec Jean-Fran­çois TEXIER cor­res­pon­dant lo­cal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.