Rien ne va plus entre le maire de Saint-Père et Fran­çois Flo­ret

L’affaire du tas de fu­mier dé­po­sé par un agri­cul­teur de la com­mune de Saint-Père à l’en­trée du fes­ti­val a lais­sé des traces. Le maire et le di­rec­teur du fes­ti­val s’ex­pliquent.

Le Pays Malouin - - Saint-malo Pays De -

Dans une con­fé­rence de presse à la fin du fes­ti­val le week-end der­nier, le di­rec­teur du fes­ti­val, Fran­çois Flo­ret, a dé­gom­mé à la fois l’agri­cul­teur en ques­tion et le maire de Saint-Père, avec qui, dit-il « les re­la­tions sont dé­tes­tables », Fran­çois Flo­ret lais­sant en­tendre à de­mi-mot qu’il pour­rait quit­ter le site si les choses de s’amé­lio­rait pas.

Silencieux jus­qu’ici, le maire de Saint-Père, Jean-Francis Ri­cheux, a réagi dans un long com­mu­ni­qué mer­cre­di 23 août.

« De­puis presque 25 ans la com­mune de Saint-Père ac­cueille la ma­ni­fes­ta­tion de la route du rock chaque été. Une conven­tion a même été si­gnée, en par­te­na­riat avec la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion, met­tant le Fort de St-Père gra­tui­te­ment à dis­po­si­tion de la route du rock jus­qu’en 2020 pour peu que St-Ma­lo ag­glo­mé­ra­tion ap­porte son sou­tien fi­nan­cier aux tra­vaux du fort de StPère, ce qui a été fait », écrit le maire.

Com­pen­sa­tion fi­nan­cière ?

« Le bud­get du fes­ti­val la route du rock est d’en­vi­ron 2,1 mil­lions d’€ en 2017 pour 3 jours de fes­ti­val. Ce­lui du fort de Saint-Père est de 200 000 € pour l’en­semble de l’an­née 2017. Mal­gré ce­la la com­mune, en plus de mettre gra­cieu­se­ment à dis­po­si­tion son fort, ne fait pas payer la mise à dis­po­si­tion de plu­sieurs hec­tares de ter­rains, ni de ses lo­caux ou de son ma­té­riel ». Une si­tua­tion qui ne de­vrait pas du­rer se­lon Jean-Francis Ri­cheux.

Il est plus que pro­bable qu’à l’ave­nir, la com­mune de­mande éga­le­ment une com­pen­sa­tion fi­nan­cière à l’as­so­cia­tion pour tous ces « plus ». Il n’est pas nor­mal que ce soit la com­mune qui paye à la place de l’as­so­cia­tion qui dé­sire tou­jours plus de ma­té­riel ou de lo­caux ». Quant aux re­la­tions avec le di­rec­teur de la Route du Rock, le maire de Saint-Père « trouve les dis­cus­sions avec Fran­çois Flo­ret sté­riles. Si ce lieu ne vous convient plus, nous n’avons plus rien à vous of­frir M. Le Pré­sident ».

Les tra­vaux du Fort

Le di­rec­teur du fes­ti­val dé­non­çait éga­le­ment que les tra­vaux sur le Fort, no­tam­ment de drai­nage, n’avaient été que par­tiel­le­ment ef­fec­tués. « Des tra­vaux im­por­tants (720 000 € ttc) ont eu lieu dé­but 2015 pour amé­lio­rer les condi­tions d’ac­cueil des vi­si­teurs au sein du fort (drai­nage des eaux plu­viales, réa­li­sa­tion d’un sys­tème d’as­sai­nis­se­ment, élec­tri­ci­té et créa­tion de sa­ni­taires), ce qui a été fait », avance JeanF­ran­cis Ri­cheux. « La com­mune a bien sûr as­so­cié étroi­te­ment l’as­so­cia­tion Rock tym­pan à chaque phase de ces tra­vaux. La par­ti­ci­pa­tion fi­nan­cière de l’as­so­cia­tion Rock tym­pan a été in­exis­tante dans ces tra­vaux mal­gré le fait que son di­rec­teur sou­hai­tait ré­gen­ter les tra­vaux à son uti­li­sa­tion spé­ci­fique (…) », conclut le maire.

« Apla­nir les pro­blèmes »

Dans une in­ter­view ac­cor­dée au pure player Hart­zine, Fran­çois Flo­ret ré­pond que le fes­ti­val a pour­tant mul­ti­plié les réunions « pour jus­te­ment apla­nir les pro­blèmes (…) mais les pa­roles n’ont ja­mais été concré­ti­sées ». « Les gra­tui­tés dont nous bé­né­fi­cions sont l’ob­jet d’une conven­tion si­gnée (…). Elles sont par­fai­te­ment connues et ac­cep­tées de­puis son éla­bo­ra­tion ». et d’ajou­ter : « Nous n’en­vi­sa­geons pas du tout de quit­ter le site. Là des­sus nous sommes d’ac­cord avec le pu­blic et nos par­te­naires (…) mais nous sommes in­si­dieu­se­ment chas­sés du Fort de­puis ces der­nières an­nées ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.