Il y a 30 ans, un ou­ra­gan dé­vas­tait le pays de Saint-Ma­lo

Dans la nuit du 15 au 16 oc­tobre 1987, une tem­pête ba­layait l’Ouest, avec des vents at­tei­gnant jus­qu’à 247 km/h ! Un ou­ra­gan res­té dans les mémoires. Voi­ci le ré­cit qu’en li­vrait Le Pays Ma­louin, quelques jours après l’hé­ca­tombe :

Le Pays Malouin - - Saint-malo Pays De -

« Saint-Ma­lo de hur­levent ». Ain­si ti­trait sur toute la lar­geur de sa grande Une Le Pays Ma­louin, quelques jours après la ca­tas­trophe. Votre heb­do­ma­daire re­ve­nait en dé­tail et en images sur cette nuit cau­che­mar­desque qui ve­nait d’ébran­ler tout le pays de Saint-Ma­lo.

« La nuit de jeu­di à ven­dre­di res­te­ra long­temps dans les mémoires des ha­bi­tants de notre ré­gion. La grande tour­mente qui s’est abat­tue sur Saint-Ma­lo et l’en­semble de l’ar­ron­dis­se­ment, a ba­layé im­pi­toya­ble­ment tout le lit­to­ral et la cam­pagne en­vi­ron­nante. Les ha­bi­tants - après une nuit blanche - ont dé­cou­vert, hé­bé­tés, toute l’am­pleur du dé­sastre », écri­vait à l’époque le jour­na­liste ma­louin.

Une en­fant de 9 ans griè­ve­ment bles­sée par une che­mi­née

« À Saint-Ser­van, une en­fant de 9 ans a été très griè­ve­ment bles­sée dans son lit, par une che­mi­née écra­sant la toi­ture de sa mai­son.

Par cen­taines, che­mi­nées et an­tennes, tuiles et ar­doises, murs et toits ont été ar­ra­chés et dis­per­sés au vent de la tem­pête hur­lante. Une tem­pête si ef­froyable, si dé­vas­ta­trice que per­sonne n’a sou­ve­nance d’en avoir vé­cue de sem­blable ».

Par mil­liers, des arbres, par­fois plu­sieurs fois sé­cu­laires, ont été ar­ra­chés, dé­chi­que­tés. Des voi­tures ont été la­mi­nées par les blocs de pierres. « Des ba­teaux de plai­sance ont été cou­lés, et les pon­tons du bas­sin Vau­ban ar­ra­chés et em­por­tés ».

Des vents se trans­for­mant en « vé­ri­tables coups de bé­lier qui ont fait - au cam­ping d’Alet - là-haut sur la ci­té, ex­plo­ser des ca­ra­vanes. Pro­je­tées les unes sur les autres, re­tour­nées, écra­sées sous comme des quilles. Des cam- les arbres qui s’abat­taient peurs, femmes et en­fants, en­core sous le choc, contem- plaient in­cré­dules leur ha­bi- ta­tion dé­vas­tée et ten­taient de­ré­cu­pé­rer­quel­que­sob­jets. Cer­tains ont tout per­du. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.