Un pre­mier été pla­cé « sous de bons aus­pices »

Le Pays Malouin - - Cancale Autour De -

Allier ac­ti­vi­té phy­sique en pleine na­ture et ré­so­lu­tion d’énigmes, tel est l’idée des « par­cours aven­ture » dans les arbres que dé­ve­loppe C.O.R.D.(e), le Concept Ori­gi­nal Ri­go­lo Di­ver­tis­sant (énig­ma­tique) qui s’est ins­tal­lé à Can­cale. Pre­mier bi­lan après quatre mois d’ac­ti­vi­té.

Le pro­jet de Jeux dans un es­pace ar­bo­ré de Johan Blin s’est concré­ti­sé au-des­sus des rues ar­rières du Port de la Houle, où il a trou­vé un es­pace aux dé­ni­vel­la­tions idéales. Une alternative à la plage et à la pêche quand les nuages se forment. D’ailleurs, le qua­dra­gé­naire spor­tif ma­louin a en­rô­lé sa femme et aus­si ses en­fants pen­dant les va­cances.

Com­ment est né ce pro­jet de par­cours aven­tures ?

Le pro­jet a dé­bu­té voi­là cinq ans, en 2012. En pre­mier lieu à par­tir d’une ré­flexion sur la pra­tique d’exer­cice phy­sique en mi­lieu na­tu­rel, puis est ve­nu l’ad­jonc­tion d’un prin­cipe de ré­so­lu­tion d’énigmes au fil de par­cours agré­men­tés d’obstacles di­vers (équi­libre, agi­li­té, sou­plesse, en­du­rance…).

Pour­quoi avoir créé cette struc­ture à Can­cale ?

J’avais en­vie, de­puis long­temps, de trou­ver un ter­rain adap­té à une pra­tique spor­tive pour un large pu­blic ma­louin et proche de la côte. Un ami m’a fait dé­cou­vrir l’en­droit où il y avait eu un par­cours san­té il y a une dou­zaine d’an­nées. Il s’en sou­ve­nait et l’idée m’a sé­duit, en 2015.

Mon pro­jet, por­té en mai­rie, a de­man­dé du temps car il est aty­pique en rai­son de sa si­tua­tion en zone des bâ­ti­ments d’ar­chi­tec­ture de France. Un mon­tage fi­nan­cier par­ti­cu­lier pour ce type d’ac­ti­vi­tés pas cou­rantes, sur 2 hec­tares boi­sés, a été né­ces­saire pour une en­tre­prise hors des sen­tiers bat­tus.

Après avoir ef­fec­tué des tra­vaux (clô­tures, ca­ba­non d’ac­cueil, pas­se­relles fi­let et bois, mise en place des po­teaux, cor­dages et pan­neaux énigmes) sur une pé­riode cou­rant d’avril 2016 à juillet 2017, C.O.R.D.(e) a dé­bu­té son ac­ti­vi­té le 8 juillet der­nier à 13 h 42.

Ce pro­jet re­flète-t-il votre per­son­na­li­té ?

En ef­fet, la terre, les airs et la mer sont mes élé­ments pour ma re­con­ver­sion pro­fes­sion­nelle. An­cien mi­li­taire sous-of­fi­cier du gé­nie et puis ti­tu­laire d’un CAP de cou­vreur qui m’a fait exer­cer 5 ans à Can­cale, je sou­hai­tais pro­po­ser une pra­tique phy­sique en mi­lieu na­tu­rel agréable. Mais pas un parc acro­ba­tique, afin que les grands-pa­rents puissent ac­com­pa­gner les en­fants dans une belle ba­lade de jeux et d’énigmes pour le cô­té cultu­rel.

Vous proposez trois par­cours ?

Ce sont des « par­cours aven­ture » dans les­quels la pra­tique phy­sique de l’exer­cice se fait au rythme de cha­cun et l’as­pect de ré­flexion concer­nant les énigmes (à base de mots po­ly­sé­miques) se si­tue en lien avec le ni­veau de com­pé­tence des par­ti­ci­pants (ni­veau jaune : 7-10 ans ; ni­veau bleu : 11-13 ans ; ni­veau vio­let : à par­tir de 14 ans). Les ré­ponses des par­ti­ci­pants sont faites sur des ar­doises de plon­gée pour des pistes type « tri­vial pour­suit » ou his­to­rique lo­cal.

C’est l’oc­ca­sion pour les pa­rents de se me­su­rer aux en­fants sur trois par­cours avec la piste Syl­vestre de 750 mètres pour les 7 à 10 ans, la piste El­fik de 920 mètres plus pen­tue pour les 11 à 13 ans et aus­si la piste Ca­pi­taine Cro­chet pour les 14 ans et plus.

Les casques et chaus­sures fer­mées sont obli­ga­toires avec une te­nue adé­quate pour pra­ti­quer deux par­cours d’1 h 30 à 2 h 30 avec une en­trée à 11 € par per­sonne, 2 € pour les ac­com­pa­gna­teurs.

Quel bi­lan ti­rez-vous de cette pre­mière sai­son ?

Après une di­zaine de jours plu­tôt calmes, le pic es­ti­val d’après 14 juillet, nous a confir­mé l’in­té­rêt que peut por­ter la po­pu­la­tion ( jeunes et moins jeunes) à une ac­ti­vi­té telle que nous la pro­po­sons.

La pé­riode es­ti­vale s’est dé­rou­lée sous de bons aus­pices, mal­gré plu­sieurs faux pas, dus aux orages. Le mois de sep­tembre s’est vu, lui, agré­men­té de nom­breux an­ni­ver­saires, jour­nées co­hé­sion ain­si que d’en­ter­re­ments de vie de cé­li­ba­taire qui ont confor­té notre confiance en ce pro­jet.

Oc­tobre, avec les va­cances de la Tous­saint au­ra, quant à lui, per­mis de si­tuer l’in­té­rêt por­té aux ani­ma­tions com­plé­men­taires (Hal­lo­ween) ain­si que l’ac­ti­vi­té ré­so­lu­ment lu­dique of­ferte aux va­can­ciers lo­caux et aux tou­ristes.

En ré­su­mé, mal­gré un dé­mar­rage tar­dif, avec une mé­téo sou­vent en de­mi-teinte, le plé­bis­cite du pu­blic est évident. D’ores et dé­jà nous avons pla­ni­fié des tra­vaux à même de sa­tis­faire en­core plus les par­ti­ci­pants et ac­com­pa­gna­teurs pour la sai­son 2018.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.