A l’école de la per­ma­cul­ture

Thier­ry Ha­zard vient de créer la ferme Val­dieu, à La Cha­pelle-Mont­li­geon et Saint-Mard-de-Ré­no. Il y cultive des fruits et lé­gumes en sym­biose avec la na­ture. Ses mé­thodes se­ront en­sei­gnées au pu­blic en 2018 avec l’ou­ver­ture d’une école.

Le Perche - - La Une - Émi­lie JOU­VIN

Thier­ry Ha­zard vient de créer la ferme Val­dieu, à La Cha­pelle-Mont­li­geon et Saint-Mardde-Ré­no. Il y cultive des fruits et lé­gumes en sym­biose avec la na­ture. Ses mé­thodes se­ront en­sei­gnées au pu­blic en 2018 avec l’ou­ver­ture d’une école.

La Cha­pelle- Mont­li­geon.

La ferme Val­dieu s’étend sur plu­sieurs hec­tares, à deux en­droits dif­fé­rents. L’un concentre la pro­duc­tion, à La Cha­pelle-Mont­li­geon (lieu-dit Beillard : 3,2 ha). L’autre ac­cueille­ra la trans­for­ma­tion, à Saint-Mardde-Ré­no (lieu-dit La Pous­si­nière, 2,8 ha). Ici, on voue aux gé­mo­nies les in­trants chi­miques et les pes­ti­cides. L’agri­cul­ture est bio. Mais pas que. Le fon­da­teur, Thier­ry Ha­zard, a fait le choix de la per­ma­cul­ture. Com­prendre

« faire corps avec la na­ture » .

As­so­cier les plantes

La per­ma­cul­ture est plus qu’un sys­tème agri­cole. C’est une phi­lo­so­phie. Em­preinte de « no­tions spi­ri­tuelles, d’har­mo­nie avec l’en­vi­ron­ne­ment » , dé­crit Thier­ry Ha­zard. Con­crè­te­ment ? « Il s’agit d’ob­ser­ver et être à l’écoute du mi­lieu na­tu­rel avant de se­mer » . Le quin­qua­gé­naire s’est ain­si in­té­res­sé aux connexions entre les ra­cines des arbres ou l’ac­tion de cer­tains cham­pi­gnons sur le sol, avant de choi­sir son hec­tare de terre dé­dié au ma­raî­chage. La per­ma­cul­ture, c’est aus­si sa­voir as­so­cier les plan­ta­tions. Exemple ? « La ca­rotte et l’oi­gnon. L’un pro­tège l’autre

des in­sectes nui­sibles » . Et cha­cun va ai­der l’autre à gran­dir. Un duo ga­gnant, tout comme ce­lui for­mé par le poi­reau et la fraise, le chou-fleur et le pied de to­mates, ou l’ar­ti­chaut et la fève. La per­ma­cul­ture cherche à re­créer l’in­ter­dé­pen­dance exis­tant dans les éco­sys­tèmes na­tu­rels. « Elle s’ins­pire des fo­rêts où le sol n’est pas tra­vaillé » .

En guerre contre la mal­bouffe

À la ferme Val­dieu, Thier­ry Ha­zard a com­men­cé à plan­ter en avril der­nier. Mais il mû­ris­sait le pro­jet dans sa tête de­puis 2013. « J’ai eu en­vie de chan­ger de vie. De tra­vailler sur la nour­ri­ture. Trop de gens mangent mal, ne savent pas ce qu’il y a dans leur as­siette » , constate

ce­lui qui exer­çait la pro­fes­sion d’ar­chi­tecte de­si­gner à Pa­ris.

Sur­tout, il a été conster­né par

le fos­sé gran­dis­sant entre « ceux qui ont les moyens d’ache­ter bio et les autres, adeptes de fast-foods et de pro­duits in­dus­triels » . Il a re­gret­té la dis­pa

ri­tion du « bis­trot de quar­tier, où l’on mange sain, lo­cal et pas cher » .

Bien­tôt un ma­ga­sin à la ferme

L’ar­chi­tecte de­si­gner ne

« connais­sait rien » au tra­vail de la terre. Il s’est do­cu­men­té puis for­mé à la ferme de Sain­teMarthe, en So­logne. L’ini­tia­tion à l’agri­cul­ture bio­lo­gique l’a en­cou­ra­gé à al­ler plus loin avec l’ou­ver­ture d’une ferme ex­pé-

ri­men­tale dans l’Orne. Les par­celles ont été ac­quises en 2016 à Saint-Mard-de-Ré­no (les terres de la Cha­pelle-Mont­li­geon sont louées via le sta­tut du fer­mage).

Pour­quoi choi­sir le Perche ? « C’est une ré­gion sen­suelle.

Belle, val­lon­née, boi­sée… » . Thier­ry Ha­zard et sa com­pagne, Ma­rie-Claude Roux, ont com­men­cé par net­toyer et pré­pa­rer les ter­rains. Ils ont en­suite plan­té 400 pieds de pe­tits fruits ( gro­seilles, fram­boises, baies de go­ji, pêches de vigne…) ain­si qu’une cen­taine d’arbres frui­tiers (poi­riers, pru­niers, ce­ri­siers, pom­miers, co­gnas­siers…). Dans le champ de ma­raî­chage, se cô­toient fe­nouil, mâche, lai­tue, chou rouge, ra­dis noir, concombre, cé­le­ri, bet­te­raves,

etc. Ils se­ront bien­tôt re­joints par la can­ne­berge, le cas­sis, l’ar­gou­sier et la rhu­barbe.

Les pre­mières ré­coltes sont bonnes, mal­gré une in­ter­ven­tion

li­mi­tée de l’homme. « La na­ture se pro­tège elle-même. Nous

n’avons pas eu de li­maces » , se ré­jouit Thier­ry Ha­zard de­vant une ran­gée de cour­gettes dis­si­mu­lées au coeur d’herbes sau­vages.

La pro­duc­tion de la ferme Val­dieu est dis­tri­buée en cir­cuit court. « Nous sommes pré­sents tous les 15 jours sur le mar­ché de Mor­tagne- au- Perche »

in­forme le couple, ai­dé par une poi­gnée de bé­né­voles.

La suite ? « Un ma­ga­sin per­met­tra d’ac­cueillir les clients di­rec­te­ment à la ferme, sur le pla­teau tech­nique de SaintMard, au prin­temps 2018 » Construc­tion d’un la­bo­ra­toire fin 2017

Créa­tion d’un pou­lailler, ins­tal­la­tion de serres et de ruches, ac­qui­si­tion d’un sé­choir et dé­ve­lop­pe­ment de l’agro­fo­res­te­rie pour la culture de plantes aro­ma­tiques et mé­di­ci­nales sont éga­le­ment au pro­gramme. Autre

pro­jet de taille : trans­mettre le sa­voir-faire via une école de la per­ma­cul­ture (lire en­ca­dré).

Ce n’est pas tout : « Nous pro­je­tons de trans­for­mer nous-mêmes nos pro­duits afin de les com­mer­cia­li­ser en bo­caux. Nous al­lons ou­vrir notre propre la­bo­ra­toire » , an­nonce Thier­ry Ha­zard. La construc­tion est pro­gram­mée fin 2017.

Thier­ry Ha­zard, ex-ar­chi­tecte, a eu en­vie de lan­cer un pro­jet « avec, dans et pour la na­ture ».

Thier­ry Ha­zard et Ma­rie-Claude Roux ont plan­té une cen­taine d’arbres frui­tiers.

La per­ma­cul­ture c’est « sa­voir écou­ter et ob­ser­ver », avant de se­mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.