Deux femmes pour votre image

Lucie Fron­teau et Ade­line Cru­chet ont créé leur mi­cro-en­tre­prise. La pre­mière dans le re­loo­king et la se­conde dans le prêt-à-por­ter. Por­traits de deux jeunes femmes am­bi­tieuses.

Le Perche - - Nogent-le-rotrou Et Son Pays -

Nogent-le-Ro­trou. Deux jeunes femmes am­bi­tieuses. Lucie Fron­teau, 30 ans, et Ade­line Cru­chet, 24 ans, ont dé­ci­dé cha­cune de créer leur mi­cro-en­tre­prise. Après onze an­nées pas­sées dans le com­merce en tant que ven­deuse au sein de grandes en­seignes, Lucie a dé­ci­dé de fran­chir le pas.

Tout comme Ade­line qui réa­lise son idée de ce lan­cer dans le prêt-à-por­ter fé­mi­nin à prix abor­dable. Avec Pole em­ploi

L’his­toire a dé­bu­té l’an der­nier. Presque jour pour jour. « Nous avons par­ti­ci­pé à une for­ma­tion de créa­tion d’en­tre­prises avec le Pole em­ploi et la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie d’Eure-et-Loir » ex­pliquent-elles.

La pre­mière touche vers leur nou­velle vie. Alors qu’Ade­line, après cette for­ma­tion, a dé­ci­dé d’ou­vrir son show room de prê­tà-por­ter, chose faite en mai der­nier, Lucie ira trois mois à l’ins­ti­tut de re­loo­king in­ter­na­tio­nal à Pa­ris avec l’ap­pui fi­nan­cier de Pole em­ploi. Un tri­mestre de tra­vail lui per­met­tant d’ob­te­nir un titre cer­ti­fié Ré­per­toire na­tio­nal des cer­ti­fi­ca­tions pro­fes­sion­nelles. Ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé

Avant de créer Coa­ching & Style en juillet. Lucie ne par­tait pas à l’aven­ture sans un mi­ni­mum de sé­cu­ri­té, « j’avais réa­li­sé un bu­si­ness plan. Même une étude de mar­ché avec quatre cents ques­tion­naires en­voyés pour deux cents ré­col­tés sur La Fer­té-Ber­nard (Sarthe), Nogent-le-Ro­trou et Bel­lême (Orne). Les re­tours étaient po­si­tifs. Il y a un réel be­soin sur notre sec­teur » . Mais que se cache donc der­rière son titre de conseillère en image ?

« Le plus grand se­cret du bon­heur, c’est d’être bien avec soi » ex­plique Lucie en re­pre­nant la ci­ta­tion de Fon­te­nelle. « Je suis là pour sou­te­nir mes clients ou clientes avec un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé. Dans un com­merce, quand une per­sonne vient ache­ter un ar­ticle, on le vend. Sans al­ler plus loin. C’est frus­trant » ajoute- t- elle. Avec Coa­ching & Style, « je va­lo­rise l’image de l’in­di­vi­du ou même d’une marque. Avec di­verses tech­niques : es­thé­tique, la co­lo­ri­mé­trie, la mor­pho­lo­gie, la com­mu­ni­ca­tion ver­bale et non ver­bale (ges­tuelle) » .

Elle vous gui­de­ra pour choi- sir les cou­leurs par rap­port à votre teint, vos che­veux et yeux - « avec l’aide de fou­lards. Les cou­leurs ont un im­pact di­rect sur ce que vous ren­voyiez » - les vê­te­ments et leur style avec votre mor­pho­lo­gie et le ma­quillage et la coif­fure, « tou­jours en adé­qua­tions avec la forme du vi­sage, le type de che­veux… » .

Elle pro­pose ain­si un cof­fret coif­fure avec un diag­nos­tic et un ren­dez-vous chez le coif­feur, « je suis en pour­par­lers pour tra­vailler avec le sa­lon Eric Sty­pa à Mar­gon » . Pour les ongles, « je me suis rap­pro­chée de la bou­tique Su­blime à Nogent » . Fu­ture ma­riée, cher­cheurs d’em­plois

Lucie peut éga­le­ment ac­com­pa­gner une fu­ture ma­riée, « pour réa­li­ser des tests de cou­leurs pour le ma­quillage, les bi­joux, la robe, le coif­feur. Je peux faire le coif­fage avec ma cer­ti­fi­ca­tion. Le reste, j’irais chez mon par­te­naire » .

D’ailleurs, « je vais tra­vailler avec une ma­riée russe dans les se­maines à ve­nir. Une amie à elle m’a connu lors du pas­sage de mon exa­men à l’Idri. Elle a ai­mé ce que je fai­sais et m’a re­com­man­dé à son amie » .

Le tout est de don­ner ( re) confiance aux gens, « comme les per­sonnes se trou­vant à l’hô­pi­tal et étant en ré­mis­sion d’une grave ma­la­die, les cher­cheurs d’em­plois, les femmes en post­na­ta­li­té ou les in­di­vi­dus ayant per­du du poids » .

Je peux aus­si « re­boos­ter une équipe de vente, ac­com­pa­gner les di­rec­teurs des res­sources hu­maines lors de re­cru­te­ments pour don­ner mon avis… » .

Pour le « shopping » , elle se di­ri­ge­ra vers le show room d’Ade­line, Per­fect Tren­dy. Son show room se si­tue dans son corp de ferme à la Mu­lar­dière à Nogent-le-Ro­trou. « Je vends du prêt-à-por­ter fé­mi­nin : ac­ces­soires, chaus­sures, bi­joux… Et je dé­bute une col­lec­tion de vê­te­ments homme et grande taille fé­mi­nin » . Des pro­duits ita­liens, « à des prix abor­dables. Du XS au XL » . Show room à la cam­pagne

Son plus ? Le cadre… Qui n’a ja­mais rê­vé de faire ses em­plettes dans la cam­pagne. « C’est aty­pique. Ce­la change des bou­tiques du centre-ville. Une nou­velle col­lec­tion est pré­sen­tée une à deux fois par mois ce qui per­met d’avoir une gamme de vê­te­ment en sé­rie li­mi­tée.

Son show room, « c’est 30 mètres car­rés, un en­droit cha­leu­reux et une dé­co­ra­tion per­son­na­li­sée » . Ou­vert à par­tir de 13 heures, c’est idéal pour ceux qui sou­haitent ve­nir entre leur pause du mi­di.

Lucie et Ade­line pro­po­se­ront éga­le­ment ate­liers Look’Par­ty.

Les deux jeunes femmes ont pris leur ave­nir en main. Lais­sez leur prendre votre image en main. Vous n’al­lez pas le re­gret­ter.

PRA­TIQUE

Coa­ching & Style. Ren­sei­gne­ments au 07 50 36 21 13 ou coa­ching.style28@gmail. com. Per­fect Tren­dy. La Mu­lar­dière à Nogent-le-Ro­trou. Ou­vert du mer­cre­di au ven­dre­di de 13 à 20h et le sa­me­di de 13 à 18h30. Ren­sei­gne­ments au 06 87 34 82 86 ou per­fect­tren­dy28@gmail.com.

Les cou­leurs ont un im­pact di­rect sur ce que vous ren­voyez Lucie Fron­teau, conseillère en image 30 mètres car­rés, un en­droit cha­leu­reux avec un mo­bi­lier vin­tage Ade­line Cru­chet en évo­quant son show room

Lucie Fron­teau, conseillère en image, et Ade­line Cru­chet et sa bou­tique de prêt-à-por­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.