Nogent s’en­vole avec la fo­lie drone

En s’ins­tal­lant à Nogent-le-Ro­trou, dans la pé­pi­nière d’en­tre­prises So’Work, Dro­neos Pro­duc­tion veut créer une école de for­ma­tion dé­diée à l’uni­vers du drone. Un ou­til ré­vo­lu­tion­naire dans de nom­breux do­maines.

Le Perche - - Nogent-le-rotrou Et Son Pays - H. De­shors

Nogent-le-Ro­trou.

Avec sa ma­nette, Ay­me­ric Kel­ler fait pen­ser à un adepte des jeux vi­déos, d’ailleurs, - « elle res­semble à celle de la X-Box (NDLR : console de chez Mi­cro­soft) » , ex­plique le jeune en­tre­pre­neur. Ef­fet vi­suel spec­ta­cu­laire

Sauf qu’il exerce une toute autre ac­ti­vi­té : celle de pi­lote de drone. De­puis avril 2016, avec Ti­phaine Gram­ma­ti­co, ca­dreuse, il est à la tête de Dro­neos Pro­duc­tion, une so­cié­té spé­cia­li­sée dans la prise de vue aé­rienne. « Nous ef­fec­tuons des pho­tos et vi­déos pour tous par­ti­cu­liers ou pro­fes­sion­nels sou­hai­tant va­lo­ri­ser leurs pro­jets sous un nou­veau point de vue, ex­pliquent-ils. L’ef­fet vi­suel des images drones sont spec­ta­cu­laires et font res­sor­tir l’im­por­tance ain­si que l’émo­tion du mo­ment » . Pro­mo­tion des JO de Pa­ris 2024

Ins­tal­lés do­ré­na­vant à Nogent-le-Ro­trou - « de­puis deux se­maines dans la pé­pi­nière d’en­tre­prises So Work » - le der­nier fait d’arme des deux pas­sion­nés n’est autre que la pro­mo­tion des Jeux Olym­piques 2024 à Pa­ris.

« C’était une ex­pé­rience in­croyable. Nous avons fait deux jours de vol les 22 et 23 juin der­niers. Nous avions un par­te­na­riat avec Uni­ver­sal » ( NDLR : mul­ti­na­tio­nale fran­çaise spé­cia­li­sée dans la com­mu­ni­ca­tion, au­jourd’hui Vivendi).

En tout, plus de quatre heures de vi­déos prises dans la ca­pi­tale, à sur­vo­ler avec leur drone la Tour Eif­fel, la Seine, le Quai Sul­ly… « La Po­lice nous sui­vait par­tout, se sou­vien­nen­tils. Il y avait énor­mé­ment de contraintes ad­mi­nis­tra­tives » .

A eux deux, ils forment un bi­nôme com­plé­men­taire et ef­fi­cace. « Il n’y a pas d’ama­teu­risme dans l’uni­vers du drone. Beau­coup croient que ce n’est pas si dif­fi­cile » . Sauf qu’on ne s’in­vente pas pi­lote du jour au len­de­main… « De nom­breux pa­ra­mètres et sub­ti­li­tés sont à prendre en compte pour pi­lo­ter : le vent, les obs­tacles, la vi­tesse, les trous d’air. Nous ne pou­vons pas vo­ler à plus de 150 mètres » . Pe­tit fils de Ma­mie-Mi­rage

L’en­gin est d’ailleurs im­ma­tri­cu­lé comme un avion lé­ger. La DGAC (Di­rec­tion gé­né­rale de l’Avia­tion ci­vile) a mis en place, en 2012, un cadre ré­gle­men­taire. « Les plans de vol et dé­marches ad­mi­nis­tra­tives qui ré­pré­sentent 60 % du tra­vail sont très tech­niques ».

A la ma­nette - « comme un joys­tick » , un I-pod est gref­fé pour le re­tour vi­déo. Et à ce jeu­là, c’est Ti­phaine qui gère. « Le ca­drage est très im­por­tant pour que les vi­déos soient de bonne qua­li­té » .

Vous l’au­rez com­pris, le drone n’est pas une chose à prendre à la lé­gère. « J’ai tou­jours été pas­sion­né par l’aé­ro­nau­tique, ex­plique Ay­me­ric Kel­ler, grâce à ma fa­mille. Ma grand­mère est Ma­rie-Fran­çoise Le Cor­nec, pi­lote de mi­rage et as­tro­naute (NDLR : sur­nom­mée Ma­mie-Mi­rage). C’est dans ce mi­lieu là que j’ai gran­di » . Son truc, « c’est l’as­pect pro­gram­ma­tion de la ma­chine de vol » . C’est « il y a trois ou quatre ans que j’ai dé­cou­vert le monde du drone pro­fes­sion­nel » . Utile dans de nom­breux do­maines

Le dé­clic. Le champ des pos­sibles. « Le drone est sous-ex­ploi­té. Les gens ne se rendent pas compte de tout ce qu’on peut faire. Pour­tant, c’est l’ave­nir. Il est utile dans de nom­breux do­maines d’ac­ti­vi­tés » .

Un exemple ? « Le géo­mètre. L’uni­vers de la to­po­gra­phie est com­plè­te­ment bou­le­ver­sé par l’uti­li­sa­tion du drone qui peut suivre l’évo­lu­tion d’un chan­tier no­tam­ment » .

Ce se­ra d’ailleurs l’un des ob­jec­tifs de l’école de for­ma­tion (voir en­cart) que veut mon­ter la pe­tite en­tre­prise au sein de la pé­pi­nière So’Work.

Grâce à l’ac­com­pa­gne­ment de Marc Si­mon, qui les aide « pour le dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial. Nous sommes tom­bés sous le charme du pro­jet avec So­phie Mar­chou (res­pon­sable de So’Work) ».

Une au­baine pour Ay­me­ric Kel­ler et Ti­phaine Gram­ma­ti­co - qui nour­rissent de réelles am­bi­tions sur les terres no­gen­taises. Pour contac­ter l’école de for­ma­tion drone : 06.51.62.42.39 ou 06.43.06.35.65. So Work, 19 et 21 rue de Rhone à Nogent-le-Ro­trou.

Ay­me­ric Kel­ler, aux com­mandes du drone qui est prêt à sur­vo­ler Nogent-le-Ro­trou.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.