Un Di­nan in­so­lite en pho­tos

Col­lec­tion­neur de cartes pos­tales de la Bre­tagne his­to­rique, Alain La­mour ne man­quait pas de ma­tière pour l’ou­vrage qu’il consacre à Di­nan. Une belle fa­çon de vi­sua­li­ser un pas­sé en­core proche de nous et pour­tant ré­vo­lu. Pe­tit aper­çu pages sui­vantes.

Le Petit Bleu - - LA UNE - Re­cueilli par Pierre-Yves GAUDART

Com­ment avez-vous tra­vaillé pour votre livre sur Di­nan ?

Comme pour les autres livres, je m’y suis ren­du pour m’en im­pré­gner, alors qu’on pour­rait pen­ser que tout peut se faire à dis­tance. Di­nan est, à mes yeux, la plus belle ville de Bre­tagne. Mais ce ne sont pas ses mo­nu­ments et vieilles mai­sons que j’ai pri­vi­lé­giés, car le centre his­to­rique a, par dé­fi­ni­tion, peu chan­gé. J’ai donc pré­fé­ré choi­sir des scènes de la vie quo­ti­dienne : les mar­chés, les écoles, la vie mi­li­taire qui était la fier­té des ha­bi­tants, la vie éco­no­mique, l’oc­cu­pa­tion al­le­mande, l’ac­ti­vi­té sur le port, etc. Et comme de cou­tume, c’est mon épouse qui m’a ai­dé à sé­lec­tion­ner les 200 pho­to­gra­phies qui fi­gurent dans cet ou­vrage. Quant aux textes qui ac­com­pagnent ces images, ils ont pour source mes lec­tures, les ren­sei­gne­ments ob­te­nus à la bi­blio­thèque, lors de ren­contres et sur In­ter­net. Par­lez-nous de votre col­lec­tion de cartes pos­tales ?

Je l’ai com­men­cée il y a une di­zaine d’an­nées. Je me suis d’abord in­té­res­sé à ma com­mune puis les voi­sines et c’est ain­si que se sont des­si­nés des thèmes : sur les ca­tas­trophes fer­ro­viaires, les nau­frages, les en­tre­prises, etc. Je me suis spé­cia­li­sé sur la pé­riode 1880-1920 en Bre­tagne. À cette époque, elles sont d’une très grande qua­li­té, en­suite, avec le sou­ci des édi­teurs d’aug­men­ter leur ti­rage, l’im­pres­sion s’est dé­gra- dée. C’est aus­si une pé­riode où la carte pos­tale est le té­moin du quo­ti­dien. Les su­jets sont in­fi­nis, se dé­clinent. L’image d’un gré­viste tué dans une ma­nifes- ta­tion, les pro­ta­go­nistes d’un meurtre, tout se fai­sait. Pour le nau­frage du Hil­da, à Saint-Ma­lo, on trouve la pho­to du ca­pi­taine, du ba­teau, la re­cherche des ca­davres, les six res­ca­pés, toute l’his­toire se dé­roule. Les jour­naux pas­saient peu de pho­tos au dé­but du XXe siècle. Com­bien pos­sé­dez-vous de cartes et com­ment les ob­te­nez-vous ?

J’en ai 10.000. Faire les vi­de­gre­niers ou les bro­cantes me pren­drait trop de temps. Je les achète, sou­vent aux en­chères, par in­ter­net. Pas­sion coû­teuse ?

Je me fixe des pla­fonds, je suis rai­son­nable. Ain­si, l’une de mes cartes pos­tales pré­fé­rées, fi­gu­rant un lé­preux à Paim­pol en 1908 (il y avait une lé­pro­se­rie à Bré­hat) était ré­cem­ment à vendre à 480€. J’ai ache­té la même, il y a deux ans, pour bien moins cher que ce­la. J’ai pro­fi­té du 15 août, jour fé­rié : il n’y avait pas de concur­rents sur le site ! Qu’est ce qui fait la va­leur d’une carte pos­tale ?

C’est aléa­toire. Sa ra­re­té, théo­ri­que­ment. Pas for­cé­ment liée au ti­rage : n’ou­blions pas que les cartes pos­tales étaient sou­vent dé­truites, tôt ou tard, après être ar­ri­vées à leurs des­ti­na­taires. C’est sur­tout de­puis une ving­taine d’an­nées qu’existe l’en­goue­ment pour ces té­moi­gnages d’une époque. Mais il y a aus­si l’as­pect ex­tra­or­di­naire de ce qu’elle re­pré­sente, la qua­li­té de l’image, la pré­sence de per­son­nages, le fait que des lieux aient consi­dé­ra­ble­ment chan­gé. La va­leur que je donne à une carte est donc pa­tri­mo­niale dans tous les sens du terme. Ain­si, mon livre sur l’in­dus­trie de 1880 à 1930 té­moigne du fait que de nom­breuses ac­ti­vi­tés se dé­ve­lop­paient en Bre­tagne et qu’elle n’était pas aus­si ar­rié­rée qu’on le di­sait. Que fe­rez-vous de votre col­lec­tion de cartes pos­tales ?

Je les met­trai un jour en vente, lorsque j’en au­rai fi­ni avec mes pu­bli­ca­tions. Je n’en gar­de­rai que quelques-unes. Je conserve avant tout le plai­sir qu’elles m’ont don­né à dia­lo­guer avec les gens qui s’y sont in­té­res­sés.

Le Plé­ri­nais Alain La­mour, an­cien mé­de­cin du tra­vail a dé­jà réa­li­sé de nom­breux ou­vrages sur la Bre­tagne et la pré­sente sous des angles par­fois mé­con­nus grâce à ses cartes pos­tales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.