Quoi de neuf dans nos as­siettes

Ali­men­ta­tion • Graines, lé­gu­mi­neuses et pro­duits na­tu­rels : les pro­fes­sion­nels de l’ali­men­taire surfent sur la ten­dance de la nourriture saine.

Le Petit Journal - Catalan - - Département -

La confiance n’est plus dans l’as­siette. Les consom­ma­teurs se mé­fient de ce qu’ils mangent, par­ti­cu­liè­re­ment les Fran­çais. Pour 79 % d’entre eux, il est pro­bable que les ali­ments nuisent à leur san­té. Une pro­gres­sion de 20 points par rap­port à 2014 ! Cette ten­dance n’a pas échap­pé aux in­dus­triels.

Su­per-graines et su­per-fruits

« Au­jourd’hui, la qua­li­té san­té passe par le cô­té na­tu­rel du pro­duit, per­met­tant de boos­ter son éner­gie ou de ren­for­cer ses dé­fenses im­mu­ni­taires de ma­nière na­tu­relle », ob­serve Xa­vier Ter­let, fon­da­teur du ca­bi­net de conseil Xtc world in­no­va­tion.

Pour man­ger sain, ce sont les « su­per­graines » qui ont le vent en poupe. « 2016 est l’an­née des lé­gu­mi­neuses : les pois, les len­tilles, très riches en fibres et en mi­né­raux qui peuvent être pré­sen­tés sous la forme de pâtes ou de coeur de re­pas pour rem­pla­cer la viande ou le pois­son », ex­plique le consul­tant, qui cite par exemple des pâtes à la fa­rine de lé­gu­mi­neuses.

Autres stars du « bien man­ger » : les jus à base de « su­pers fruits » - baie de go­ji, baie d’açaï -, de « su­per­graines » comme le Chia (graine du Mexique), « su­per-cham­pi­gnons » (le Kom­bu­cha, pré­sen­té comme « cham­pi­gnon de longue vie ») ou en­core les mé­langes de cé­réales avec des feuilles de Mo­rin­ga, pré­sen­té comme « l’arbre aux 300 bien­faits ».

La ten­dance du « sans »

Du na­tu­rel et pas d’ad­di­tif. Les ali­ments simples « pas trop trans­for­més, pour être cer­tains de ne pas avoir d’in­gré­dients sus­pects » sont pré­fé­rés par 70 % des Fran­çais. Et 53 % d’entre eux re­cherchent des ali­ments sans co­lo­rant, sans conser­va­teur.

Une ten­dance à mettre en pa­ral­lèle avec le suc­cès crois­sant du bio, qui, même s’il reste un mar­ché de niche (2,5 % du mar­ché ali­men­taire to­tal), pro­gresse. De 2007 à 2012, le mar­ché a dou­blé. Il a pro­gres­sé de près de 20 % entre 2012 et 2014 et de 14,7 % en 2015, se­lon l’agence bio.

Dans d’autre pays, ce suc­cès du « sans » a conduit au dé­ve­lop­pe­ment du « raw food » qui com­mer­cia­lise des pro­duits bruts, crus, peu, voire non trans­for­més, comme du « cho­co­lat cru et gour­mand dont les fèves ne sont pas tor­ré­fiées et sont mou­lues à froid ». NL’ori­gine va­lo­ri­sée

L’ali­men­ta­tion est aus­si af­faire de pa­cka­ging. Vous al­lez voir se mul­ti­plier sur les em­bal­lages, et en gros, la men­tion de l’ori­gine des pro­duits.

Car , après les mul­tiples scan­dales sa­ni­taires, pour être sûrs de bien man­ger, les consom­ma­teurs veulent sa­voir d’où viennent les ali­ments (74 % d’entre eux disent y être at­ten­tifs). Et si­non, quoi de mieux que de pro­duire soi-même pour être sûr de la qua­li­té ? Se­lon l’en­quête Tns Sofres pour le Sial, un peu moins d’un Fran­çais sur deux af­firme culti­ver ses fruits, ses lé­gumes ou ses herbes aro­ma­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.