Les arbres du pour­tour mé­di­ter­ra­néen

Le Petit Journal - Catalan - - DÉPARTEMENT -

Le pin d’Alep. On l’ap­pelle aus­si "pin blanc de Pro­vence", ré­gion dont il se­rait ori­gi­naire, contrai­re­ment à ce qu’in­dique son nom. Cette es­sence ré­si­neuse, en tout cas ty­pique du Mi­di, est la première à ré­ap­pa­raître en rai­son de son tem­pé­ra­ment pion­nier. Le pin pos­sède un tronc par­fois tor­tueux, à l’écorce épaisse, qui peut lui don­ner une hau­teur de 20 mètres. Il pro­duit des cônes ovoïdes qui libèrent des graines. Ja­dis , son écorce brun­rouge ser­vait à co­lo­rer les fi­lets de pêche.

Le pin syl­vestre. Cou­sin du pin d’Alep il ha­bite lui aus­si l’es­pace mé­di­ter­ra­néen, en pré­fé­rant néan­moins les zones plus mon­ta­gneuses. Uti­li­sé pour re­boi­ser, son bois est aus­si va­lo­ri­sé dans de nom­breuses ré­gions.

Chêne pu­bes­cent ou blanc. C’est un "feuillu" au tronc tor­tueux qui

l’hi­ver garde ses feuilles den­te­lées. De­ve­nues brunes, elles ne tom­be­ront qu’au prin­temps avec la re­pousse des nou­velles. Son fruit est un gland. L’arbre peut être truf­fier. Chêne vert. Il pos­sède un tronc court et mas­sif. Ses feuilles per­sis­tantes sont lui­santes des­sus et blan­châtres des­sous. Son bois très dense a sou­vent été uti­li­sé pour pro­duire du char­bon.

Chêne -liège. Arbre noble, sa du­rée de vie peut être de deux siècles. Lui aus­si pro­duit des glands et des cha­tons. Mais il a pour par­ti­cu­la­ri­té de pos­sé­der un tronc ha­billé d’une écorce épaisse : le liège.

Sur les arbres les plus an­ciens, la couche peut at­teindre 25 cen­ti­mètres. Lé­gère, l’écorce est ex­ploi­tée pour ses pro­prié­tés iso­lantes. L’un de ses dé­bou­chés les plus connus est bien sûr la vi­ti­cul­ture.

Chêne Kermes. C’est le chêne des

garrigues. L’ar­bris­seau pos­sède des feuilles pe­tites et co­riaces, d’un vert lui­sant. Buis­son­nant , il re­pousse vi­gou­reu­se­ment.

Il a été au­tre­fois uti­li­sé dans le tan­nage des cuirs.

Frêne à fleurs. L’arbre se contente de sols pauvres. D’où son choix pour des re­boi­se­ments. Ses feuilles longues et pen­nées, vert fon­cé des­sus et vert clair des­sous, rou­gissent à l’au­tomne. En avril, de ses fleurs blanches s’échappe un dis­cret par­fum qui rap­pelle ce­lui de l’au­bé­pine.

Le ge­né­vrier cade. Il est aus­si ca­rac­té­ris­tique des garrigues et du ma­quis. Ce pe­tit arbre au bois très dur et aux ai­guilles vert clair, est éga­le­ment ap­pe­lé "cèdre pi­quant". Sur un cycle de deux ans, il livre des baies co­mes­tibles qui virent au brun bleu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.