Hier, au­jourd’hui, de­main

Le Petit Journal - Catalan - - Le Point Port -

Aux yeux des ci­toyens d'Eu­rope, des gens pa­ci­fiques qui vou­laient mettre un bul­le­tin dans une urne en ont été em­pê­chés, par­fois bru­ta­le­ment, par la po­lice. Les images l'at­testent. Bref, le jour d'après, les in­dé­pen­dan­tistes ca­ta­lans sont les « bons », tan­dis que le gou­ver­ne­ment de Ma­drid et les par­tis qui le sou­tiennent sont les « mé­chants ». C'est plus com­pli­qué que ce­la ? Peut-être, mais l'image mé­dia­tique est ma­ni­chéenne par dé­fi­ni­tion. Une ques­tion très pré­oc­cu­pante pour eux est dé­sor­mais po­sée à Ra­joy et à ses al­liés : com­bien de nou­veaux in­dé­pen­dan­tistes ca­ta­lans ont-ils fa­bri­qué hier, no­tam­ment chez ceux qui n'ont pas en­core l'âge de vo­ter ?

En ef­fet, cette ré­pres­sion, ajou­tée au re­fus de Ma­drid de dia­lo­guer, n’a fait que ren­for­cer la po­si­tion des in­dé­pen­dan­tistes ca­ta­lans qui, jus­qu’alors, ne sem­blaient pas ral­lier à leur cause une ma­jo­ri­té de ci­toyens. C’est moins le ré­sul­tat du référendum que la ma­nière dont le pou­voir cen­tral a gé­ré cette af­faire qui fait des sé­pa­ra­tistes les vain­queurs du bras de fer. Le roi Fe­lipe VI est au­jourd’hui confron­té à un dé­fi de même am­pleur que ce­lui de son père à la mort de Fran­co. Il lui faut main­te­nir l’uni­té du pays.

Cette ques­tion pose aus­si le pro­blème de la so­li­da­ri­té entre les peuples, comme ce fut le cas lors de la créa­tion de l’Eu­rope quand l’Es­pagne, et la Ca­ta­logne, a lar­ge­ment pro­fi­té de l’aide d’État plus dé­ve­lop­pés afin qu’ils rat­trapent leur re­tard. Les dis­cours des in­dé­pen­den­tistes montrent bien que l’un des mo­teurs de ce dé­sir d’éman­ci­pa­tion est ba­si­que­ment la vé­na­li­té d’une ré­gion riche. Les Ca­ta­lans ne veulent plus payer pour les An­da­lous, ils es­timent don­ner plus qu’ils ne re­çoivent de l’État espagnol.

Au­jourd’hui, la force de la Ca­ta­logne ré­side dans sa pros­pé­ri­té re­la­tive. Son éman­ci­pa­tion lui pa­raît d’au­tant plus pra­ti­cable que l’Eu­rope lui offre en théo­rie un mar­ché et une mon­naie. Sauf que l’Es­pagne n’en­tend pas perdre son pou­mon et créer un dan­ge­reux pré­cé­dent.

Il se­ra plus fa­cile d’écar­ter le référendum et de s’en re­mettre au ré­sul­tat des fu­tures élec­tions ré­gio­nales en Ca­ta­logne, pour sa­voir si les in­dé­pen­dan­tistes sont ma­jo­ri­taires en Ca­ta­logne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.