Mé­de­cin sa­la­rié, une so­lu­tion !

Pour les in­ternes en mé­de­cine

Le Petit Journal - L'hebdo local de l'Aude - - CORBIÈRES ET MINERVOIS -

Constat, à la fin de leur in­ter­nat, 70% des fu­turs mé­de­cins in­ter­ro­gés, font le choix de pou­voir exer­cer en tant que mé­de­cin sa­la­rié. 10% optent pour exer­cer en li­bé­ral, 20% pré­fèrent le rem­pla­ce­ment.

Un phé­no­mène lié à une mu­ta­tion de la pro­fes­sion vers une meilleure qua­li­té de vie des fu­turs mé­de­cins (peu en­clins à tra­vailler de 60 à 70 heures par se­maine comme leurs pré­dé­ces­seurs), mais en­core, la crainte de se lan­cer seul, la fé­mi­ni­sa­tion de la pro­fes­sion sou­cieuse de pri­vi­lé­gier la qua­li­té de vie fa­mi­liale, mais en­core d’être at­ta­qué en jus­tice pour « faute mé­di­cale », la lour­deur ad­mi­nis­tra­tive, qui ré­duit considérablement le temps pouvant être consa­cré à la mé­de­cine.

Créer un vrai sta­tut de mé­de­cin pra­ti­cien ter­ri­to­rial, voi­là un des che­vaux de ba­taille du sé­na­teur Ro­land Cour­teau. « Face aux la­cunes de la cou­ver­ture du ter­ri­toire par la mé­de­cine li­bé­rale, qui ne ré­pond plus aux be­soins des po­pu­la­tions dans cer­taines zones, le re­cours à la mé­de­cine sa­la­rié ou des sta­tuts avoi­si­nants peut être une so­lu­tion ».

C’est pour­quoi, « les col­lec­ti­vi­tés lo­cales doivent être mises en me­sure de re­cru­ter elles-mêmes des mé­de­cins et de leur of­frir un sta­tut adap­té qui leur per­mette d’ins­crire leur ac­tion dans la du­rée »

Il est une évi­dence que ce pro­jet in­té­resse for­te­ment les élus, qui en fonc­tion des be­soins sur leur ter­ri­toire, en­vi­sagent de re­cru­ter des mé­de­cins sa­la­riés.

Si un sta­tut existe bien pour d’autres ca­té­go­ries de pro­fes­sion­nels de la san­té (sages-femmes, pué­ri­cul­trices, in­fir­miers ter­ri­to­riaux), ce n’est pas le cas pour les mé­de­cins. C’est donc ce sta­tut de « mé­de­cin pra­ti­cien ter­ri­to­rial » qui fait l’ob­jet de cette pro­po­si­tion de loi.

Rat­ta­ché à la ca­té­go­rie A de la fonc­tion pu­blique, ce nou­veau grade se­ra ac­ces­sible par concours sur titre. Ce sta­tut, of­fri­ra aux mé­de­cins qui en font le choix, un vé­ri­table sta­tut au sein de la fonc­tion pu­blique ter­ri­to­riale. Il évi­te­ra la sur­en­chère entre les dif­fé­rentes col­lec­ti­vi­tés concer­nées vou­lant em­bau­cher des mé­de­cins sa­la­riés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.