De­puis 30 ans, An­dré Roc­ton a une salle à son nom

Tra­di­tion­nel­le­ment, les com­munes rendent hom­mage à des per­son­na­li­tés en don­nant leur nom à des rues, squares, salles… après leur dé­cès. L’Es­pace An­dré Roc­ton fait fi­gure d’exception. Qui est An­dré Roc­ton ? Qu’a-t-il fait pour la ville ?

Le Publicateur Libre - - Autour De - Nathalie Gué­rin

A Domfront, toutes les salles, rues, places, squares de la ville portent un nom de per­son­nage ayant trait à l’his­toire lo­cale. An­dré Roc­ton est la seule per­son­na­li­té tou­jours vi­vante dont le nom fi­gure de­puis 30 ans sur le fron­ton d’une salle. « Lors de la man­da­ture de 1983 à 1989, An­dré Roc­ton était maire et Guy Gan­gneux qui était conseiller mu­ni­ci­pal, en charge de l’ani­ma­tion de la ville, lui ré­cla­mait en per­ma­nence, une salle de grande ca­pa­ci­té pour pou­voir y or­ga­ni­ser les ma­ni­fes­ta­tions dom­fron­taises », se sou­vient Ro­bert Loquet, an­cien maire de Domfront (1995 à 2008). M. Roc­ton a pré­sen­té un avant­pro­jet réunis­sant en un même lieu une salle cultu­relle et une salle om­ni­sports. Ce­lui-ci a été amen­dé en fonc­tion des de­mandes des as­so­cia­tions. Après l’ac­cord du con­seil mu­ni­ci­pal, An­dré Roc­ton a lan­cé les tra­vaux fin 1989 ». La cons­truc­tion de la salle s’est ter­mi­née du­rant la man­da­ture sui­vante de Claude Ru­gel.

En 1995, Ro­bert Loquet de­vient, à son tour, maire de Domfront. Son ad­joint, Ber­nard Des­grippes de­mande au con­seil mu­ni­ci­pal d’at­tri­buer des noms à toutes les rues, bâ­ti­ments et es­paces pu­blics. « J’ai pro­po­sé le nom d’An­dré Roc­ton pour cette salle, au motif qu’il avait fait beau­coup pour Domfront, en créant plus de 1 200 em­plois avec l’im­plan­ta­tion de Lu­rem, Lac­ta­lis, Mou­li­nex, Mar­bo. Per­sonne n’était contre l’idée mais la plupart des conseillers mu­ni­ci­paux es­ti­maient qu’il était pré­fé­rable de don­ner son nom après sa mort, ex­plique Ro­bert Loquet. An­dré Roc­ton a ap­pris que la salle al­lait por­ter son nom seule­ment quelques jours avant l’inau­gu­ra­tion de la salle. J’ai vou­lu faire une grande fête de son vi­vant, avec toutes les per­son­na­li­tés du dé­par­te­ment, pour lui dire mer­ci pour son tra­vail au ser­vice de la col­lec­ti­vi­té ».

1 271 em­plois créés entre 1958 et 1983

Né à La­val le 26 sep­tembre 1920, An­dré Roc­ton était li­braire. Conseiller gé­né­ral, maire de Domfront de 1959 à 1989, il a fa­vo­ri­sé le pas­sage du monde agri­cole vers le monde in­dus­triel.

La ville lui doit l’im­plan­ta­tion : de la So­cié­té Bes­nier qui est de­ve­nue plus tard Lac­ta­lis, la plus im­por­tante usine mon­diale de fa­bri­ca­tion de ca­mem­berts ; de Lu­rem, lea­der eu­ro­péen de la ma­chine à bois com­bi­née ; de la So­cié­té JM qui four­nis­sait des mo­teurs pour les ma­chines à bois de Lu­rem ; du groupe Odon-Del­croix ; de la Se­ta­dec ou en­core de Mou­li­nex. En 1958, Domfront comp­tait 14 em­plois in­dus­triels, en 1983, pas moins de 1 271.

An­dré Roc­ton est éga­le­ment à l’ori­gine des lo­tis­se­ments de la Cos­nière et des Pe­tites fon­taines. En 1979, il a lan­cé les opé­ra­tions pro­gram­mées d’amé­lio­ra­tion de l’ha­bi­tat pour ai­der, par des sub­ven­tions et des prêts, les pro­prié­taires ou lo­ca­taires dé­si­reux d’en­tre­prendre des tra­vaux d’amé­lio­ra­tion de leur lo­ge­ment.

Un maire vi­sion­naire et bâ­tis­seur

Dans les an­nées 80, l’élu construit le com­plexe spor­tif, les tri­bunes ves­tiaires du ter­rain d’hon­neur de foot­ball, la ré­si­dence-foyer des per­sonnes âgées à La Ha­mar­dière, le col­lège Jacques-Pré­vert, l’école ma­ter­nelle de Saint-Front, la zone ar­ti­sa­nale, res­taure l’échau­guette dans la Grande rue, lance des tra­vaux de conso­li­da­tion du châ­teau, des tra­vaux rou­tiers et ré­nove le centre an­cien. Grâce à lui, l’en­ceinte du châ­teau et la ville de Domfront ont été clas­sées par­mi les mo­nu­ments his­to­riques en 1987. « Cette oeuvre est un tra­vail col­lec­tif, d’une équipe. Elle res­te­ra as­su­ré­ment dans les coeurs de beau­coup comme la réa­li­sa­trice du chan­ge­ment pro­fond qui a trans­for­mé Domfront de­puis une di­zaine d’an­nées », écri­vait-il dans le bul­le­tin mu­ni­ci­pal de janvier 1983 qui nous a été confiés par Karine Lair, agent du pa­tri­moine.

An­dré Roc­ton a contri­bué à l’es­sor de la ville de Domfront et mé­ri­tait bien que son nom fi­gure sur le fron­ton d’une salle com­mu­nale. Une belle re­con­nais­sance pour son oeuvre.

« Une grande fête de son vi­vant »

An­dré Roc­ton (en mé­daillon) a beau­coup fait pour Domfront (photo : Ber­nard Des­grippes).

An­dré Roc­ton (2e à droite) en com­pa­gnie d’élus du bo­cage lors d’une ma­ni­fes­ta­tion dom­fron­taise (photo : Ber­nard Des­grippes).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.