Le quar­tier du châ­teau au­ra-t-il son dis­tri­bu­teur ?

Lun­di pro­chain 13 no­vembre, le con­seil mu­ni­ci­pal au­ra à se pro­non­cer sur un dos­sier im­por­tant : la par­ti­ci­pa­tion fi­nan­cière ou non de la com­mune dans l’ins­tal­la­tion d’un dis­tri­bu­teur de billets au quar­tier Bagnoles-Châ­teau, qui en est dé­pour­vu.

Le Publicateur Libre - - La Une - Mi­chel Mo­ri­ceau

De­puis le 18 oc­tobre der­nier, un DIB (dis­tri­bu­teur in­terne de billets) de la BNP a fait son ap­pa­ri­tion au bar Le Cel­tic, ave­nue du Dr Pierre-Noal à Bagnoles-Châ­teau. Mais, de­puis son ins­tal­la­tion, la ma­chine de­meure « hors ser­vice » : son ac­ti­va­tion étant sus­pen­due à la dé­ci­sion des élus ba­gno­lais, qui in­ter­vien­dra en dé­but de se­maine pro­chaine.

Pour­tant, ce dis­tri­bu­teur est très at­ten­du, comme l’af­firme Na­dine Bel­zid­sky conseillère mu­ni­ci­pale d’op­po­si­tion, qui a mul­ti­plié les dé­marches pour l’ob­te­nir, avec l’aval du maire. « Ce­la fait une di­zaine d’an­nées que ce quar­tier n’a plus de point de re­trait, alors qu’on en compte 7 cô­té Ba­gno­lesLac à plus 1 km d’ici, ob­serve l’élue. Les gens sont obli­gés de prendre leur voi­ture, ou le bus, pour s’y rendre. Pour­tant, cette par­tie de la com­mune est la plus peu­plée, avec les ré­si­dences de tou­risme, les meu­blés. On y trouve aus­si la mai­son de conva­les­cence du Parc, le centre de ré­édu­ca­tion, la Mai­son de re­traite. Au­tant de ré­si­dents qui ont des dif­fi­cul­tés à se dé­pla­cer ».

De­puis 3 ans, Na­dine Bel­zid­sky a en­tre­pris des dé­marches pour pal­lier ce manque. « Du­rant la cam­pagne des mu­ni­ci­pales de 2014, c’est un su­jet qui re­ve­nait sou­vent dans les conver­sa­tions. D’au­tant que ce genre de ser­vice est aus­si un plus pour le main­tien de l’ac­ti­vi­té sur ce sec­teur, avec des com­merces qui né­ces­sitent d’avoir de la mon­naie ».

Membre de la com­mis­sion fi­nances, et avec l’aval du maire Oli­vier Pe­tit­jean, l’élue est donc al­lée frap­per à la porte des ban­quiers de la ré­gion. « A chaque fois, j’ai es­suyé des re­fus. La créa­tion d’un tel ser­vice n’étant pas ju­gée ren­table ». Avo­cate à Pa­ris, Na­dine Bel­zid­sky a dé­ci­dé de plai­der la cause des Ba­gno­lais plus haut en s’adres­sant à la di­rec­tion na­tio­nale de la BNP, où elle a trou­vé, semble-t-il, une oreille plus attentive.

Au fil des échanges, une so­lu­tion est ap­pa­rue : plu­tôt qu’ins­tal­ler un DAB (dis­tri­bu­teur au­to­ma­tique de billets) qui né­ces­site un tra­fic im­por­tant pour être ren­table, la mise en place d’un DIB (dis­tri­bu­teur in­terne de billets) avec la par­ti­ci­pa­tion fi­nan­cière de la com­mune, est re­te­nue. Fal­lait-il en­core dé­fi­nir les condi­tions de ce par­te­na­riat et dé­ci­der où ce point de re­trait se­rait amé­na­gé. « Il fal­lait un en­droit avec beau­coup de pas­sages et sé­cu­ri­sé, ob­serve Na­dine Bel­zid­sky. Après avoir pas­sé en re­vue plu­sieurs pos­si­bi­li­tés, Le Cel­tic est ap­pa­ru comme le lieu idéal puis­qu’il n’est fer­mé que 2 jours par an et qu’il bé­né­fi­cie dé­jà de sys­tèmes de sé­cu­ri­té pour le ta­bac et les jeux ». Après plu­sieurs vi­sites du fu­tur pres­ta­taire, il a donc été dé­ci­dé d’ins­tal­ler le DIB cô­té ta­bac « pour que les per­sonnes n’aient pas à pas­ser obli­ga­toi­re­ment par le bar ». Maire de Bagnoles-del’Orne-Nor­man­die de­puis jan­vier 2016, Oli­vier Pe­tit­jean voit plu­tôt d’un bon oeil le fait que ce pro­jet puisse abou­tir, même s’il re­grette « l’em­pres­se­ment et l’an­ti­ci­pa­tion du pres­ta­taire à ins­tal­ler le DIB » alors même que les élus ne se sont pas pro­non­cés ». « A l’époque du man­dat de Re­né Jam­bon, on avait dé­jà fait ce type de de­mande au­près des banques, mais elles avaient re­fu­sé, rap­pelle-t-il. A titre per­son­nel, je suis fa­vo­rable à ten­ter cette ex­pé­rience, qui est un plus pour la po­pu­la­tion et pour les vi­si­teurs, et qui per­met de confor­ter le tis­su com­mer­cial de ce quar­tier ».

L’élu a alors dé­taillé les condi­tions de la con­ven­tion avec la BNP. « Le pres­ta­taire prend en charge l’ins­tal­la­tion du dis­po­si­tif. Le trans­port de fonds se­ra mu­tua­li­sé avec d’autres points de re­trait de Bagnoles-Lac, ce qui re­vien­dra pour la com­mune à 1 000€/an, pour deux pas­sages par mois. Le fonds de rou­le­ment de 25 000 € se­ra as­su­ré par la com­mune, mais il ne s’agit pas là réel­le­ment d’une dé­pense ». Par ailleurs, un ac­cord a été pas­sé quant à la fré­quen­ta­tion du ser­vice : « Si on est en des­sous de 12 000 opé­ra­tions par an, il nous en coû­te­ra 0,57 € par re­trait non ef­fec­tué. En re­vanche, si on dé­passe les 14 000, le plus se­ra pour la com­mune avec 0,57 € par re­trait sup­plé­men­taire », dé­taille le maire, qui ne cache pas un autre as­pect de cette con­ven­tion : « si au bout de quelque temps, on constate que le DIB n’est pas suf­fi­sam­ment uti­li­sé, sa dés­ins­tal­la­tion se­ra à la charge de la com­mune avec le coût qui va avec ».

Il faut no­ter en­fin que Phi­lippe Bault, gé­rant du Cel­tic, qui met à dis­po­si­tion gra­cieu­se­ment un em­pla­ce­ment, n’au­ra au­cune ré­mu­né­ra­tion. « La pré­sence de ce DIB pour­ra lui ap­por­ter éven­tuel­le­ment un flux de clien­tèle sup­plé­men­taire », es­time Na­dine Bel­zid­sky.

Ces der­niers temps, ce dis­tri­bu­teur sus­cite des pres­sions de part et d’autres, avec une pé­ti­tion qui cir­cule pour sa mise en ser­vice, et en re­vanche cer­tains élus ba­gno­lais ré­ti­cents. « Je sou­met­trai cette pro­po­si­tion au con­seil, et cha­cun pour­ra don­ner son avis. Mais, je ne suis pas sûr d’ob­te­nir un avis fa­vo­rable, confie Oli­vier Pe­tit­jean. Aus­si, du fait de l’im­pli­ca­tion de cer­tains élus dans ce pro­jet, je pro­po­se­rai un vote à bul­le­tin se­cret afin que cha­cun puisse s’ex­pri­mer li­bre­ment ».

A dé­faut d’un DAB, un DIB Qui fi­nance ? Un vote à bul­le­tin se­cret

Phi­lippe Bault, gé­rant du bar Le Cel­tic, de­vant le dis­tri­bu­teur tou­jours hors ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.