970 I pue d’la peucque !

Le Publicateur Libre - - Entre Nous -

- Dis, Vic­tor, tu trouves pas que l’pére Mar­teul d’la Mar­teu­liére, il a bi­au­coup chan­geu ces deur­nieus temps ?

- C’est bin mon n’avis eu­tou. Tu seus, l’pére Mar­teul, i s’leusse al­leu deud­pés qu’la Ma­rie n’est pus là pour s’oc­cu­peu d’li. On n’a bi­au dire, mais les feummes ça seurt tout d’mîn-me à queuque chose. C’est quand qu’é sont pus là qu’on s’eunne n’n’apeur­ceut. J’eu ouî dire qu’il teut tout deu­pi­teu et qu’i s’eu­teut mis à beure. Dame, c’est t-i vreu ? J’en seus rin !

- Ma j’trouve qu’en pus d’ça, i pue d’la peucque. C’est eu­meuyant d’li par­leu. I deut man­geu n’im­porte deuc­qu’c’est mîn-me si c’est cha­ni et beure du vieux cide sans z’iau. Comme i c’mence eu­tou a oueu haut, faut s’ap­peur­cheu d’li pour li cau­seu, alors j’te dis pas.

- Bon, on n’en dit du mal, mais c’est pas l’mo­ment de l’lais­seu tom­beu, l’pére Mar­teul. Il est p’téte pus mal­heu­reux qu’on n’le creut !

- Vic­tor, tu ne trouves pas que le père Mar­tel a bien chan­gé de­puis quelque temps ?

- Il se laisse al­ler de­puis que sa femme est dé­cé­dée. On a beau dire, mais il faut bien re­con­naître que les femmes servent à quelque chose. On s’en aper­çoit quand elles ne sont plus là. On dit qu’il s’est mis à boire. Est-ce vrai ?

- Je trouve qu’il a si mau­vaise ha­leine qu’il est dif­fi­cile de lui par­ler en face. Il doit man­ger et choses pas fraîches et boire du mau­vais cidre sans eau. Et comme il en­tend dif­fi­ci­le­ment, il faut s’ap­pro­cher pour qu’il com­prenne. Alors c’est ter­rible !

- Bon, nous di­sons du mal de lui, ce n’est pour­tant pas le mo­ment de le lais­ser tom­ber. Il est peut-être plus mal­heu­reux qu’on ne l’ima­gine !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.