In­vi­té à une soi­rée, il passe ses nerfs sur la voi­ture de son ri­val

Le Voix - Le Bocage - - Faits Divers - *Le pré­nom a été mo­di­fié

Vire.

Un homme de 19 ans a com­pa­ru mer­cre­di 6 sep­tembre de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Caen (Cal­va­dos) pour avoir pas­sé ses nerfs sur la voi­ture d’un ri­val, à Vire (Cal­va­dos). In­vi­té à une soi­rée, il s’est dis­pu­té avec un autre convive, le 4 juillet 2016. Sous l’ef­fet de l’al­cool, il a alors dé­ci­dé de se ven­ger sur le ca­pot de la voi­ture de ce der­nier.

In­ter­ro­gé par les gen­darmes, Mi­chel* leur a ex­pli­qué n’avoir au­cun sou­ve­nir de cette soi­rée, « sauf d’avoir ta­pé sur une ba­gnole » , dé­taille le pré­sident du tri­bu­nal. Le jeune homme, qui est au chô­mage, a en ef­fet as­sé­né « deux ou trois coups de poing sur le ca­pot » . Les dé­gâts sont im­por­tants.

Le ma­gis­trat change d’avis

Pour jus­ti­fier son ex­cès de colère, le jeune homme ex­plique alors aux en­quê­teurs « ne pas avoir vou­lu ta­per sur le gars » . Non sans iro­nie, le pro­cu­reur sa- lue sa dé­ci­sion et « se fé­li­cite de son choix » . Aux en­quê­teurs qui l’ont en­ten­du, Mi­chel a ex­pli­qué ne pas avoir cher­ché à ré­pa­rer son geste. Il s’était même dit sur­pris que le pro­prié­taire de la voi­ture dé­pose plainte « pour deux bosses » .

Cette mi­ni­mi­sa­tion des faits n’est pas du goût du pro­cu­reur. Le ma­gis­trat re­proche au pré­ve­nu de ne re­con­naître les faits « qu’à de­mi-mot » . Alors qu’il en­vi­sa­geait de re­qué­rir une peine de tra­vail d’in­té­rêt gé­né­ral à son en­contre, il change d’avis face à l’ab­sence du jeune homme. Le re­pré­sen­tant du mi­nis­tère pu­blic de­mande au tri­bu­nal de le condam­ner à une amende de 500 eu­ros.

Après en avoir dé­li­bé­ré, le tri­bu­nal le condamne fi­na­le­ment à 500 eu­ros d’amende. Le jeune homme de­vra éga­le­ment ver­ser 630 eu­ros de dom­mages et in­té­rêts à sa vic­time./BM (PressPep­per)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.