Sillé met 1,7M€ sur la table

Construc­tion d’une nou­velle gen­dar­me­rie

Les Alpes Mancelles - - La Une -

La construc­tion d’une nou­velle bri­gade à Silléle-Guillaume est res­sor­tie des ti­roirs. Le pro­jet, por­té par la com­mune, est es­ti­mé à 1 713 600 €. Ce n’est pas un luxe.

Le grou­pe­ment de gen­dar­me­rie de la Sarthe a ma­ni­fes­té, en 2012, le sou­hait de dis­po­ser de nou­veaux lo­caux pour sa bri­gade de Sillé-le-Guillaume. La ci­té silléenne, en ac­cord à l’époque, avec la Com­mu­nau­té de com­munes du Pays de Sillé (CCPS), avait ap­prou­vé cette opération et va­li­dé l’at­tri­bu­tion de la maî­trise d’ou­vrage à la com­mune.

De­puis 2013, le con­seil mu­ni­ci­pal ma­ni­feste son sou­hait d’as­su­rer le por­tage du pro­jet de nou­veaux lo­caux avec le sou­tien fi­nan­cier de l’Etat, la com­mune as­su­rant la maî­trise d’ou­vrage et le fi­nan­ce­ment in­té­gral de l’opération et louant l’en­semble à l’Etat moyen­nant un loyer pré­éta­bli. Le coût de ce pro­jet a été chif­fré en 2013, à 1,4 M d’eu­ros. Le pro­jet n’a pas eu la va­li­da­tion de la di­rec­tion de la Gen­dar­me­rie Na­tio­nale et du Mi­nis­tère de l’In­té­rieur qui avaient d’autres prio­ri­tés. Contraintes bud­gé­taires obligent.

Un en­ga­ge­ment pour 30 ans

La mu­ni­ci­pa­li­té silléenne n’a ja­mais per­du de vue la né­ces­si­té de cons­truire une nou­velle bri­gade. Et il y a quelques se­maines, le Con­seil mu­ni­ci­pal a vo­té fa­vo­ra­ble­ment pour do­ter les gen­darmes d’un ou­til de tra­vail et des lo­ge­ments à la hau­teur de leurs in­ves­tis­se­ments. « Nous tra­vaillons en étroite col­la­bo­ra­tion avec le co­lo­nel Del­hez, com­man­dant de la gen­dar­me­rie Na­tio­nale de la Sarthe. Le dos­sier suit son cours et nous de­vrions avoir des pré­ci­sions sur la ré­or­ga­ni­sa­tion de la gen­dar­me­rie, l’évo­lu­tion des ef­fec­tifs de la bri­gade lo­cale et la du­rée des tra­vaux et toutes les don­nées tech­niques si le pro­jet est va­li­dé bien sûr », fait sa­voir Gé­rard Gal­pin, maire de Sillé-leGuillaume.

Le coût de l’opération (bu­reaux et lo­ge­ments) est es­ti­mé au­jourd’hui à 1 713 600 €. « Nous por­tons le pro­jet et l’Etat ré­gle­ra les loyers. C’est un en­ga­ge­ment pour les trente an­nées à ve­nir », in­dique le pre­mier ma­gis­trat de la ci­té.

La fu­ture gen­dar­me­rie de­vrait voir le jour à proxi­mi­té de la ci­té sco­laire Paul Scar­ron. La ville a dé­jà ache­té 5 hec­tares pour la construc­tion, entre autres, de la bri­gade et de la fa­meuse pis­cine.

« Une né­ces­si­té ab­so­lue »

« Le pro­jet de nou­velle gen­dar­me­rie, sou­ligne Gé­rard Gal­pin, est une né­ces­si­té ab­so­lue pour nos mi­li­taires qui sont à l’étroit dans leurs bu­reaux et leurs lo­ge­ments HLM sont d’une autre époque… Il est clair que la bri­gade de Sillé-le-Guillaume ne peut pas at­ti­rer dans son état de nou­veaux gen­darmes dé­si­reux de s’ins­tal­ler du­ra­ble­ment sur notre ter­ri­toire ».

« Même s’ils datent des an­nées 70, re­con­naît le chef de la bri­gade, les lo­ge­ments restent fonc­tion­nels mais il est vrai qu’ils n’at­tirent pas les vo­lon­taires à ve­nir à Sillé-le-Guillaume. Et pour­tant, la bri­gade lo­cale est très for­ma­trice. Tous les gen­darmes que j’ai vu pas­ser de­puis mon ar­ri­vée, soit 12 ans, re­grettent leur dé­part de Sillé compte te­nu de l’am­biance au tra­vail et la proxi­mi­té avec la po­pu­la­tion et les élus. Il fait bon vivre en ci­té silléenne quand même. Pour un jeune gen­darme, c’est très for­ma­teur d’évo­luer à la bri­gade de Sillé où on touche à tout et l’ac­ti­vi­té est très constante ».

Les gen­darmes à l’étroit

« Notre ins­tal­la­tion, confie Fré­dé­ric Ca­teigne, ad­ju­dantc­hef de la bri­gade de Sillé-leGuillaume, date de 1972. Dans les an­nées 70, la concep­tion des bu­reaux de la Gen­dar­me­rie Na­tio­nale était iden­tique par­tout, c’est-à-dire un bu­reau prin­ci­pal et un bu­reau pour le com­man­dant de bri­gade. Ce temps-là est ré­vo­lu. Et même si nous avons une struc­ture mo­du­lable et ap­por­té quelques pe­tites mo­di­fi­ca­tions, nous res­tons à l’étroit ».

Ini­tia­le­ment, la bri­gade de Sillé était conçue pour ac­cueillir six mi­li­taires. Ils sont 9 ac­tuel­le­ment. Ils évo­luent dans une struc­ture de 50 m2. Le manque de place est fla­grant. « Et compte te­nu de la confi­gu­ra­tion de l’in­fra­struc­ture, ex­plique l’ad­ju­dant Fré­dé­ric Ca­teigne, les vic­times et les au­teurs des faits peuvent se croi­ser dans les bu­reaux. Ce­la en­gendre la gêne des deux par­ties et ça peut nuire au bon dé­rou­le­ment de l’en­quête. Il faut sa­voir aus­si que notre mis­sion a bien évo­lué et né­ces­site plus d’es­pace ».

Pour cer­taines en­quêtes, les gen­darmes de Sillé sont obli­gés de dé­lo­ca­li­ser leur tra­vail à la bri­gade de Con­lie plus ré­cente et plus fonc­tion­nelle.

Un maillon in­dis­pen­sable

« La mu­ni­ci­pa­li­té et notre hié­rar­chie, conclut Fré­dé­ric Ca­teigne, es­timent que notre bri­gade est né­ces­saire et ef­fi­cace dans le maillage du dé­par­te­ment sar­thois. Elle se si­tue sur un ter­ri­toire stra­té­gique avec no­tam­ment le site très fré­quen­té de Sillé-Plage. Puis, il y a les 9 autres com­munes du Pays de Sillé sans ou­blier le tra­vail avec nos col­lègues et voi­sins mayen­nais. Nous tra­vaillons as­sez sou­vent avec la bri­gade d’Evron et avons éga­le­ment des échanges avec Villaines-la-Ju­hel ».

Pour Gé­rard Gal­pin, « il est très im­por­tant pour Sillé-leGuillaume de gar­der coûte que coûte sa gen­dar­me­rie pour as­su­rer un ser­vice pu­blic de proxi­mi­té. Des bu­reaux fonc­tion­nels et des lo­ge­ments conve­nables sont la meilleure ré­ponse pour per­mettre aux gen­darmes de rem­plir leurs mis­sions dans de bonnes condi­tions ». Cha­fik AOUNI.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.