Ca­ro­line : « Ja­mais sans Imae »

Une nou­velle as­so­cia­tion est née ici. Avec un pre­mier pro­jet, grand comme ça. Il s’agit de rendre un peu de li­ber­té à une jeune fille à qui la ma­la­die l’a confis­quée.

Les Alpes Mancelles - - La Une - F.A.

« On a eu l’idée de mon­ter une as­so­cia­tion pour les per­sonnes han­di­ca­pées qui cherchent des so­lu­tions de mo­bi­li­té ». Quand An­neLaure Ro­blot et son équipe lui cherchent un nom, ils ac­colent les mots qui tra­duisent leur in­ten­tion. Ce se­ra le terme voi­ture en an­glais pour qu’il soit plus court – car- puis, dans un sou­ci d’ho­mo­gé­néi­té, le terme li­ber­té en an­glais : li­ber­ty. Reste à les lier. L’in­ter­jec­tion oh ! va mon­trer la dé­ter­mi­na­tion qu’on a à réus­sir dans son pro­jet. Voi­là pour­quoi l’as­so­cia­tion s’ap­pelle Ca­ro­li­ber­ty. Le ha­sard est ta­quin. La pre­mière per­sonne pour la­quelle ca­ro­li­ber­ty va se battre se pré­nomme… Ca­ro­line.

Souffrance au quo­ti­dien

« Avoir un fau­teuil élec­trique adap­té et un vé­hi­cule ». Voi­là ce qui ré­vo­lu­tion­ne­rait la vie de Ca­ro­line Eva­no. Voi­là ce que l’as­so­cia­tion Ca­ro­li­ber­ty s’est mise en tête de lui of­frir. La jeune fille a 28 ans. Elle est at­teinte d’une ma­la­die gé­né­tique de­puis l’âge de 7 ans. Le fau­teuil rou­lant dans le­quel elle est clouée lui de­mande des ef­forts mus­cu­laires qu’elle ne peut pas as­su­mer en per­ma­nence. « Son quo­ti­dien est fait de souf­frances ». Anne-Laure ose dire ce que Ca­ro­line cache der­rière son sou­rire lu­mi­neux. Elle n’a pas la moindre in­cli­na­tion pour la plainte. C’est aux autres qu’elle s’in­té­resse, en étant bé­né­vole dans les as­so­cia­tions La Mar­sa­lette, Han­diT­ract et AFM Téléthon. En outre, Ca­ro­line, tra­vaille ponc­tuel­le­ment – tou­jours à titre bé­né­vole- pour le Dé­par­te­ment : elle éva­lue l’ac­ces­si­bi­li­té des sites tou­ris­tiques pour les per­sonnes han­di­ca­pées.

Le tour de Ca­ro­line

« Je suis tou­jours là pour ai­der les autres. Au­jourd’hui, c’est moi qu’on aide… ». Ce fau­teuil élec­trique adap­té que l’as­so­cia­tion Ca­ro­li­ber­ty s’est mise en tête d’of­frir à Ca­ro­line lui per­met­trait de bé­né­fi­cier d’un vrai maintien de son corps dou­lou­reux, lui fe­rait ga­gner en au­to­no­mie, per­met­trait d’amor­tir les chocs qui sont sources de souffrance mais aus­si, plus pro­saï­que­ment, d’at­teindre des ob­jets per­chés sur des éta­gères. Le vé­hi­cule lui ren­drait for­cé­ment un peu de la li­ber­té que la ma­la­die lui a confis­quée. Ca­ro­line a dé­jà réus­si l’ex­ploit de pas­ser son per­mis, il y a un pe­tit peu plus d’un an.

Ren­dez-vous

« C’est ma­gni­fique ce qui se passe au­tour de nous et ça fé­dère les ha­bi­tants de notre com­mune ». Anne-Laure Ro­blot est dé­jà en me­sure d’an­non­cer les deux ren­dez-vous que Ca­ro­li­ber­ty a fixés pour vous en­traî­ner dans son com­bat. Le pre­mier se­ra au mar­ché de Noël, à la Quinte, où vous pour­rez ac­qué­rir des ob­jets faits main et par­ti­ci­per à des ate­liers pour en­fants et adultes. En­suite, tous à table sa­me­di 27 jan­vier 2018, à 19h30, à la salle des fêtes. Vous pou­vez ré­ser­ver dès main­te­nant. Contact : Ca­ro­li­ber­ty 7

rue des tilleuls 72 550 La Quinte 06 09 32 14 43 et 06 71 15 73 27 ca­ro­li­ber­ty. as­so@gmail.com et site www. ca­ro­li­ber­ty.com page Fa­ce­book Ca­ro­li­ber­ty. Adhé­sion 10 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.